Seiki.
Event en cours.
La quête du pouvoir a toujours été un dangereux moteur. Malgré les sentiers destructeurs qui devaient être empruntés pour y accéder, les guerriers de cette ère en ont fait leur essence. Ils pourfendaient les terres décharnées - avec une gloire exquise, des dogmes écrasant les âmes et un seul dessein : détruire, posséder, dominer. Les grandes contrées étaient bercées par le fer des armes, une mélodie routinière dans ce climat sous tension constante.Afin de plus rapidement effleurer l'apogée du prestige, des clans naquirent et de puissants êtres ne firent plus qu'un pour s'assurer d'une invulnérable descendance. Au cœur du chaos, émergèrent des factions, des combattants liés par le sang, le chakra et les capacités. Leurs apparitions diminuèrent le désordre créé par les soldats indépendants – qui se rangèrent face à cette montée en puissance. L’accalmie permit aux Daimyos - anciennement terrassés par ce chaos, de reprendre leurs fonctions. Les frontières se dressèrent, scindant les nations divisées.



Le deal à ne pas rater :
Valise rigide à roulettes pivotantes AmazonBasics – 68 cm
43.48 €
Voir le deal

PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Le Cri du Loup.

rédigé le le Mer 19 Fév - 11:55
Quête éphémère.


Spoiler:

Le Cri du Loup.  5dh2

Arane est un Shinobi de la Brume.
Son rang et ancien grade est à définir, en fonction de son futur assaillant.

Il semble être contre les règles totalitaires des Hôzuki...

Le Soleil se levait de nouveau sur la bourgade qui restait endormie sur son matelas de Brume. Les nuages gris s’étaient retirés pour aller se reposer quelques heures, et le Dieu rayonnant du ciel en profitait pour faire scintiller ses rayons sur cette terre qu’il ne voyait que rarement. Après tout, le Pays était souvent sous la cadence du brouillard et de la pluie ; il était donc rare de voir les lieux ensoleillés. Les gens vivaient de plantation souterraine et non de blé, étant donné que le bain lumineux n’était pas fréquent, et il avait fallu de nombreuses années pour que le Pays effectue tout ce raisonnement et en vienne à cette conclusion. Or, cette fois-ci, le complice des beaux jours avait pris de l’avance sur sa concubine la Lune et avait échangé quelques heures pour démontrer sa beauté aux habitants du Pays de Mizu No Sato. Les lieux resplendissaient de couleur, et l’herbe battait au rythme du vent allègrement, profitant de ce temps si radieux et si exceptionnel pour faire exploser sa Nature de par sa fraîcheur habituelle. Les arbres fruitiers qui restaient peu nombreux semblaient se renforcer et faire éclore en un rien de temps leurs fleurs en espérant que la Brume prochaine n’étoufferaient pas ces jeunes pousses.

Seul ne réagissant pas à la cadence imposée par les éléments de Mère Nature, un Shinobi avançait dans un champ de hautes herbes, qui adoptaient presque la couleur du Soleil et des blés de par l’éclat du jour. Arane continuait dans sa progression, en direction des marécages. Ces lieux n’étaient que très rarement visités, et les marchands préféraient faire un détour pour éviter toute mésaventure dans ce territoire dangereux aux forces mystérieuses. Ils avaient toujours pris la route du Sud, pour éviter à traverser un paysage aqueux et boueux, où un silence profond et sans fin se mélangeait à l’aspect sauvage des environs. Malgré tout cela et la connaissance de ces faits, l'homme n’appréhendait aucune crainte et traversait ce champ qui le séparait donc d’un spectacle pour le moins mortuaire.

Les environs qui se dévoilèrent au Shinobi avaient de quoi refroidir ses ardeurs ; ces lieux n’avaient pas été effleurés par une caresse du Soleil depuis de nombreuses années, une étrange brume s’étant toujours élevé des eaux ténébreuses des marées. Les touffes herbeuses qui apparaissaient ça et là sur quelques minuscules îlots de terre présentaient l’aspect vagabond et sauvage des lieux, qui ne manquaient pas d’un certain charme obscur et sombre. L’eau, couleur ocre et noir, dessinait un paysage semblable au Styx, fleuve des Morts, tandis que cet ensemble peu à peu plongé dans la Brume la plus dense du pays relevait peu à peu de son ambiance funèbre ; aucun animal ne vivant ici, aucun signe de vie paisible ou de long fleuve tranquille. Seul semblait régner le désordre et le chaos, sans que rien de vienne perturber cet ordre vicieux.


Arane dévêtit le sommet de son corps, laissant apparaître sa peau aussi pâle que le lait, aux sous-tons d'olive et de gris, des couleurs nacrées qu'on retrouvait aisément à Kiri... En un roulement d'épaules, ses muscles semblèrent se modifier et ses omoplates prirent une forme de moins en moins humaine... Contre un arbre, son ombre se modifia dans le silence, se métamorphosant dans une enveloppe qui n'avait plus rien d'humain.


Kaguya Sora
Kaguya Sora
Statut : Genin • C
Expérience : 69

Feuille de personnage
Inventaire: 2 Kunais, 2 Shuriken Fuma, 1 Parchemin Explosif, 5 Shurikens

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Dim 23 Fév - 17:57
C’était une incroyable journée ensoleillée. D’ordinaire, un manteau de grisaille enveloppait constamment le village de Kiri et ses alentours. Le ciel gris, l’atmosphère chargée d’humidité et la brume étaient devenus synonymes de banalité. Les habitants de la Contrée de l’Eau avaient fini par se faire une raison. Néanmoins, en ce jour d’exception, le temps était propice aux promenades et aux jeux d’eau. À la belle saison, les enfants du village avaient une rare occasion de s’amuser à des jeux de toutes sortes dans les espaces verts. D’autres préféraient se rafraîchir dans les étendues d’eau. Pour une fois, les rayons du soleil n’étaient pas de trop. Tout en promenant son chien Hiro, Sora était à l’affût de tous les bruits et les mouvements autour de lui. Être sur le qui-vive était une habitude qu’il avait acquise durant ses séances d’entraînement régulières. Mais maintenant qu’il était devenu Genin depuis peu, Sora se concentrait davantage sur ses entraînements et ses missions. À tel point qu’il culpabilisait d’avoir négligé Hiro depuis quelques temps. Pour se rattraper, le jeune Genin partait en longues ballades avec son seul ami. Et heureusement, aujourd’hui était une journée radieuse pour une belle promenade.

L’air autour d’eux était incroyablement doux et revigorant, en complément de la chaleur agréable du soleil. Le jeune Shinobi profitait si bien de son parcours qu’il s’était aventuré en périphérie du village. Il aperçut à peine la tête de Hiro lorsqu’il arriva dans un champ d’herbes hautes. Sora nota qu’ils étaient non loin des marécages, zone assez peu recommandable pour ceux qui ne voulaient pas avoir d’ennui. D’ailleurs, les bruits alentours s’étaient tus depuis un moment. Sora ferma les yeux et apprécia étrangement cette quiétude dans un endroit aussi macabre. Toutefois, il fut obligé de les rouvrir très vite ; Hiro s’était un peu trop éloigné du champ. Le chien, encore très jeune, avait tendance à ne pas écouter son maître. Celui-ci soupira de dépit : son grand-père l’avait prévenu de ne pas prendre ce chien sous sa garde. Ces derniers temps, il ne lui attirait que des ennuis. Le Shinobi se mit à courir, suivant la trace de son animal. Lorsqu’il quitta le champ, la vision morbide qui s’offrit à lui le rebuta.

En effet, le Genin ne s’était jamais aventuré aussi loin. Du moins, sauf pour certaines missions avec son Jōnin. Sora n’était pas dupe, ce lieu n’avait rien d’attirant. Il fallait être masochiste pour traîner ne serait-ce qu’une minute de plus dans cet endroit maudit. Sora héla son chien à plusieurs reprises, ce dernier absent de son champ de vision. Quand soudain, le garçon reconnut les grognements de son compagnon. Quelque chose n’allait pas. Hiro n’émettait jamais un son pareil, à moins qu’il ne se sente menacé… Préoccupé, Sora se concentra pour repérer la présence de son chien. En vérité, ce dernier n’était qu’à seulement une vingtaine de mètres de lui. Le Genin se précipita aux côtés de son animal, s’apprêtant à lui faire des remontrances. Néanmoins, le chien, sur ses gardes, ne fit pas plus attention à son maître, et se contenta de fixer un point devant lui. Sora suivit le regard de l’animal. Ses yeux s’écarquillèrent sous le choc et, sans plus attendre, il agrippa son animal avant de se dissimuler derrière une butte proéminente. En position couchée, Sora espérait qu’il ne s’était pas fait repérer. Il tenta un coup d’œil discret vers la forme monstrueuse devant lui. Instinctivement, Sora renforça tous les os de son corps, comme il avait appris à le faire durant ses longs entraînements. Il garda son chien près de lui dans un geste défensif. Estomaqué et empreint à l’incompréhension, Sora se demanda si ce qu’il observait était bien réel…
Spoiler:
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Lun 24 Fév - 9:20
Cette transformation s'acheva par un sacrifice. Des plus simples, pour le règne animal. Le fait de déguster une proie. Le sang. La couleur rouge envoûtante, l’odeur entêtante qui lui montait à la tête comme une drogue dure dont il était incapable de se passer. Cette soif intarissable qu’il épanchait dès qu’il le pouvait, animal tordu qu’il était, créature monstrueuse. À quoi cela pouvait, il bien servir de se battre contre cette nature qui lui était propre ? Celle d’un monstre, d’une aberration piétinant des êtres - ces êtres dont il foulait les chairs arrachées par ses crocs et sa mâchoire barbouillée de sang encore frais, s’égouttant sur son poil aussi noir que l’ébène en créant d'étranges reflets sur sa fourrure. Sa langue rosée vint lécher le liquide vital recouvrant ses babines avec délectation.

L’adrénaline retombait lentement, en même temps qu’il avait cessé cette chasse qui n’en était pas une. Ce n’était qu’une tuerie des plus primaire et qui répondait à un seul besoin : la faim. Dans cet état de frénésie, il pouvait tuer des humains… Un coup de folie, un coup de sang suffisait. Peu importait le nom donné, de toute manière. Mais Arane ne déployait pas sa gueule sur des gorges ennemies. Hôzuki, Kaguya, étaient des proies de choix. Ces hommes despotiques méritaient le sort de finir dans son estomac.

Il déchira la chair d’un lapin – sans doute était ce genre d’animal, à dire vrai, il ne ressemblait plus à quelque chose de vivant au vu son état - mâchouillant la viande crue sans plus se préoccuper du reste, s’aidant de ses pattes avant pour coincer la créature et mieux la dévorer. Mais son flair fut perturbé. Deux odeurs. Une commune à la sienne – sûrement un chien, et une autre qu'il connaissait très bien. Celle de la peur. De la faiblesse humaine. Arane détourna ses yeux bicolores, qui contrastait avec le pelage noir qui recouvrait son corps d'ancien homme. Il obliqua dans un grognement et il le vit. Son allure n’avait rien à voir avec celle féroce et impressionnante de l’animal, plus petit que la normale, il ressemblait à un adolescent à la gueule d’ange. Un doux agneau, coincé dans un bourbier maléfique...

Le lupin détourna ses lourdes pattes pour obliquer face à ce petit bonhomme. Sa gueule, dégoulinante d'organes et de sang, laissait une traînée nauséabonde sur le sol. Il lâcha un grognement, proche du hurlement naturel d'un loup hybridé avec la plainte d'un homme. Il ramena sa patte vers lui pour prendre de la vitesse et rabattit cette dernière sur le petit chien. Il avait beau être proche de l'étreinte protectrice son maître, rien ne pouvait aller plus vite que la vélocité d'une bête enragée.

Ses muscles se tendirent vers l'avant pour prendre une position de fauve, épousant le sol de ses quatre membres. Le temps sembla se figer un instant avant qu'Arane prenne son impulsion pour bondir de toute sa masse, de tout son poids, sur cette brebis égarée... Son ombre se dessinait déjà sur sa silhouette, prête à l'écraser pour l'étouffer dans son étau.
Kaguya Sora
Kaguya Sora
Statut : Genin • C
Expérience : 69

Feuille de personnage
Inventaire: 2 Kunais, 2 Shuriken Fuma, 1 Parchemin Explosif, 5 Shurikens

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Mer 26 Fév - 18:40
Sora ne savait pas exactement ce qu’il était en train d’observer. Seulement, il était certain d’une chose : cela n’avait rien d’humain. Il se demandait même s’il s’agissait d’un animal anormalement large et féroce. La chose à la fourrure noire de jais mangeait goulument quelque chose. Ou plutôt la dévorait. Ce qui servait de repas à la créature était littéralement en train d’être broyée par une mâchoire redoutable. Ça avait peut-être dû être un pauvre petit rongeur qui passait par là. Néanmoins, alors qu’il observait l’imposante bête se délecter de chair et de sang frais, Sora se demanda quelle était la taille habituelle des proies de cet animal. Le jeune Shinobi jeta un coup d’œil inquiet vers son chien. Ce dernier, écoutant les ordres répétés de son maître pour ne pas bouger, était tout de même distrait par ce spectacle hors norme. Aussi, le jeune homme ne s’empêcha pas de se demander si ce monstre appréciait la chair humaine. Sora avala sa salive, signe de son malaise évident face à la situation critique. Il le savait, s’il ne bougeait que d’un poil, l’animal accourrait vers eux deux.

La créature se détourna brusquement de son repas, semblant tout à coup être attirée par quelque chose. Sora se demanda un instant s’il y avait quelqu’un d’autre près des marécages. Mais non, l’espèce de gigantesque loup continuait de flairer quelque chose ou… quelqu’un. Le jeune Shinobi paniqua au moment où deux yeux bicolores se posèrent sur lui. Il était à peine visible, mais il était certain que la créature l’avait vu. Ou du moins senti. Elle devait posséder un odorat des plus fins. Sora enserra davantage Hiro, tentant de se dissimuler davantage du regard de la bête. Mais rien n’y fit, il avait été repéré, et il était déjà trop tard. Le monstre lupin prenait de l’élan, sa gueule dégoulinante de sang, prêt à foncer sur eux. Sora avait déjà durci ses os en prévision, mais rien ne suffisait pour protéger Hiro. D’ailleurs, ce dernier représentait une proie de premier choix. Le Genin réfléchissait à toute vitesse à un lieu où mettre son animal à l’abri alors que déjà, la bête les avait pris pour cible.

Très vite, Sora sortit de sa cachette – qui n’en était plus vraiment une – pour tenter d’esquiver l’assaut du lupin sur Hiro. Sora serra son chien au creux de ses deux bras et prévit d’esquiver le coup par la voie des airs. Malencontreusement, le loup gigantesque arriva très vite sur eux et blessa Sora à la jambe. En plein vol, le Shinobi, n’ayant pas été assez réactif pour esquiver à temps, atterrit maladroitement sur ses jambes à quelques mètres du monstre. Il se mit à courir le plus rapidement possible afin de mettre son chien à l’abri. La douleur était vive et presque supportable. Escaladant l’arbre à côté duquel s’était trouvé le monstre plus tôt, il déposa un Hiro effrayé contre la branche la plus haute. Des traînées de son sang marquèrent certaines branches. Tout en comprimant sa blessure moyennement sérieuse, le Genin ordonna à son chien de ne surtout pas bouger. Il s’en voulait terriblement de l’avoir amené là. S’il lui arrivait quoique ce soit, il en serait le seul fautif, et il ne pourrait pas le supporter. Utilisant son châle pour bander sa blessure, Sora prépara le futur coup à venir. Mais avec un peu de chance, peut-être qu’il ne s’en prendrait plus à Hiro. Comme Sora saignait, c’est peut-être lui qui deviendrait sa proie.

Depuis l’arbre, Sora visa le côté gauche et le côté droit de la bête. Avec toute la force dont il était capable, il lança ses deux Kunai à grande vitesse. Le temps de descendre de l’arbre et de courir le plus loin possible, pria pour que l’espèce de loup épargne son chien. Dans tous les cas, le Genin n’avait pas le choix, il ne pouvait pas combattre tout en protégeant Hiro. Dans sa course, Sora utilisa un troisième Kunai et se taillada la paume de la main, déversant une traînée de sang derrière lui, désireux d’attirer le monstre aux crocs acérés. Quelque peu essoufflé, le jeune Shinobi s’arrêta net et se tourna vers la direction opposée, espérant que le lupus l’eût suivi. Il était temps de passer aux choses sérieuses.
Spoiler:
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Jeu 27 Fév - 20:22
Son saut débusqua les deux ombres, camouflées maladroitement qui jaillirent pour s'échapper après avoir été effleuré des longues griffes lupines. Derrière lui, le petit bonhomme lassait des traînées aux fragrances ferriques – il fut bien aisé pour le loup de marcher dans ses pas. Son odeur était devenue un fléau et son pire ennemi en cet instant. Arane déambulait maladroitement sur ses postérieurs, comme un bipède, griffant arbre après arbre sous son passage. Il contenait malgré toute sa frénésie, après tout, ce garçon n'était pas sa cible principale... Il n'avait pas l'étoffe des Hôzuki. Loin de là. Mais dans un coup de vent, Arane avait distingué la signature clanique sur son front à l'image de deux ronds rubis. Un Kaguya, sûrement... Ce clan éteint sous les pieds despotiques.

La pénombre qui régnait dans les marécages semblait s'accentuer à mesure que la poursuite peu commune se poursuivait. Dans cette ambiance morbide, cette humidité, l'air devenait plus lourd à mesure que les émanations de fer rongé s'élevaient dans l'air, propageant un parfum des plus plaisant. La bataille n'avait même pas encore commencé à proprement parlé, que déjà, le sang maudit fendait l'atmosphère, goutte à goutte, s'écoulant de sa gueule que l'on aurait pu dire peinte d'un liquide délicieux et subtile. Sa parade guerrière était achevée et le véritable jeu pouvait débuter maintenant.

Deux kunais firent trembler l'environnement pour se heurter à la silhouette fourrée d'Arane. Son propre fluide vital s'écoula – bien que légère, mais assez pour le faire grogner. Son attention se porta sur le garçon qui s'entaillait, sûrement pour magnétiser l'appétit animal.

« Tu devrais dégager de mon chemin... Je n'aime pas les voyeurs, et plus ta présence persiste, plus tu aggraves ton cas... »

Sa voix était un cocktail de grognement, de timbre rauque et glaireux, mais aussi d'une voix humaine. Le bonhomme avait été une distraction temporaire – mais son réel but se tournait vers une cité brumeuse, annexe à Kiri, qui s'avérait être le berceau des Hôzuki. Arane désirait causer un chaos sur ce territoire et le damner pour l'impact totalitaire qu'avait cette dynastie sur la Contrée de l'Eau.

« Mais ces deux points sur ton front signent ton appartenance et ta soumission à ces ordures. »

L'homme-loup approcha silencieusement ses doigts touffus, deux griffes effleurant ses sphères claniques.

Spoiler:
Santé : 90%
Chakra : 85%

La consommation de chakra est impactée par sa transformation en loup, qui dure aux travers des tours.
Kaguya Sora
Kaguya Sora
Statut : Genin • C
Expérience : 69

Feuille de personnage
Inventaire: 2 Kunais, 2 Shuriken Fuma, 1 Parchemin Explosif, 5 Shurikens

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Dim 1 Mar - 18:56
Dans l’ambiance morbide de ces eaux infâmes, Sora se tenait là, bien droit et imperturbable, attendant que l’étrange animal ne s’acharne sur lui. Au moins, ses Kunai ne l’avaient pas manqué. De toute façon, ce n’était qu’une tactique pour faire diversion. Le jeune Shinobi se doutait bien qu’il n’arriverait pas à blesser une bête de cette ampleur du premier coup. Il allait devoir rester sur ses gardes. Sa technique de Kekkei Genkai toujours active, le chakra de Sora se consumait lentement et sans relâche. L’entaille du Genin le faisait légèrement souffrir, mais il faisait tout pour se concentrer sur l’instant présent. Il l’avait appris durant ses entraînements, aussi bien seul qu’en compagnie de son père il y a bien longtemps. Son regard fit le tour entre son ennemi et son chien, toujours coincé dans l’une des plus hautes branches de cet arbre. Sora espérait de tout cœur que le lupus ne ferait plus attention à Hiro.

Alors qu’il essayait de déchiffrer les intentions du sombre animal, ce dernier se mit à parler dans un mélange de râle profond et de voix d’homme. Sora en resta bouche-bée, mais se reprit rapidement pour ne rien laisser entrevoir à son adversaire. Alors cet étrange loup était peut-être un homme avant tout ? Sora n’y comprenait rien. Il avait pensé depuis le début qu’il s’agissait d’un monstre hantant ces marécages déserts. Au plus loin de ses retranchements, il avait même suspecté que cette étrange bête s’était égarée non loin du village et qu’elle était originaire d’une lointaine contrée. Seulement maintenant, il était évident que cet homme-loup n’était pas là par hasard. D’ailleurs, ce dernier continuait de s’approcher dangereusement du Genin. Sora paniqua lorsqu’il vit de très près deux griffes effleurer son visage. Il esquiva à temps, mais pas assez vite car il eut une légère entaille sur la joue droite.

Dans un saut de quelques mètres en arrière, Sora capta le regard chargé de haine de l’animal. Or, ce n’était pas un simple regard animal. C’était celui d’un homme qui avait une haine profonde pour les Hôzuki. Comment avait-il pu deviner son identité aussi aisément ? S’il savait qu’il était un Kaguya, il avait sans doute également eu vent de ses capacités héréditaires. Sora paniqua, mais se força à se concentrer sur la force physique de son ennemi. Il avait sûrement un point faible, non ? Perturbé par les paroles du loup, Sora s’efforça de se concentrer sur leur sens. Pourquoi donc le pensait-il soumis au Hôzuki ? Les Kaguya ne se soumettaient à personne ! Et Sora allait bien le lui faire entendre : « Qu’est-ce que tu es au juste ? Et pourquoi donc parles-tu de soumission ? Je ne suis soumis à personne, que je sache. Je suis libre de mes actions et fidèle à ma nation ! » s’écria Sora avec autant d’assurance qu’il le pouvait. Cela lui donna juste le temps nécessaire pour contre-attaquer.
Spoiler:
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Lun 2 Mar - 10:55
Comment ne pas reconnaître ces êtres uniques, aux arcanes anatomiques surprenants ? Ils étaient tous porteur de ces sphères rouges sur leur visage, cassant la blancheur immaculée de ces visages d'anges. Les traits du petit bonhomme semblaient perdus ; était-il réellement un natif de la capitale ? Ou était-il né dans une bourgade préservée de cette politique sanglante ? Soudainement, Arane sembla se détendre et ses muscles, jusqu'à présent contractés, lâchèrent prises – lui offrant une position plus apaisée. Il n'était pas un ennemi à proprement parlé.

Malheureusement, il avait déjà eu peur et son petit poing relâcha des balles de cartilage qui vinrent heurter le torse touffu de la bête. Il grogna en amenant directement son long museau sur les plaies ouvertes pour les renifler et les recouvrir de sa longue langue humide. Il redressa ses babines pour dévoiler des dents aiguisées comme la lame d'un rasoir et grignota sa propre chair pour extraire les fragments sélaciens.

« En effet, tu es bien un Kaguya... » dit-il en recrachant un morceau blanc à terre, son buste animal se parfumant de l'arôme ferreux, « mais tu ne comprends pas mon discours. Ton clan est à la botte des Hôzuki. Pourquoi cela te semble-il inconnu ? Tu parais ne pas être au courant du chaos qui règne à Kiri. »

Le système politique l'avait poussé à se retrancher. Et désormais, de simples et tristes mots symbolisaient son rythme de vie ; errances, vagabondages, déambulations. Autant de termes pouvant être utilisés pour qualifier les incessantes pérégrinations du descendant lycanthrope. Un changement de décor radical dont il se serait bien passé, quand il entendait, de ses aïeux, le théâtre différent et heureux qu'avait offert le règne Yuki. De tout temps, il n'avait eu de cesse de voir ses ailes rognées par ceux qui le maintenaient dans une étreinte épineuse au sein d'une machination infernale. Combien de fois avait-il donc espéré percevoir la sortie de ce dédale ? Il ne voyait pas d'autre issue que mettre un terme à la dynastie Hôzuki, quitte à baigner dans une mare ensanglantée.

Spoiler:
Santé : 70%
Chakra : 80%

Kaguya Sora
Kaguya Sora
Statut : Genin • C
Expérience : 69

Feuille de personnage
Inventaire: 2 Kunais, 2 Shuriken Fuma, 1 Parchemin Explosif, 5 Shurikens

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Lun 9 Mar - 19:17
Même si la technique de Sora n’avait pas laissé l’inconnu indemne, ce dernier se tenait toujours là devant lui. Cet homme-loup était coriace. Sora savait qu’il ne parviendrait pas à l’atteindre en enchaînant des techniques aussi faibles. La bête à la fourrure noir ébène avait retiré les phalanges avec une simplicité déconcertante. Bien évidemment, le jeune Genin se doutait de la souffrance des impactes infligées à l’animal parlant. Toutefois, ce dernier s’était contenté de lécher ses plaies pour amoindrir l’affluence du sang, peut-être même l’intensité de la douleur. Sora le détailla lentement, comme pour s’assurer que cet étrange animal se tenait bel et bien là, que ce n’était pas une affabulation. Jamais il n’avait observé un phénomène semblable. Un homme-loup qui parlait, qui communiquait dans sa langue qui plus est. Ignorant le pourquoi du comment, le Kaguya était certain de l’intelligence humaine de cette bête. Depuis le début, Sora l’avait prise pour un ennemi. Néanmoins, c’était après Hiro qu’elle en avait eu, mais peut-être parce qu’elle était affamée ?

Sora resta sur la défensive, toujours sur ses gardes. Il allait tenter de percer le mystère de sa présence. Il n’attaquerait que pour se défendre. Quant à son « interlocuteur », il n’était pas en position agressive. Sora allait donc le questionner sur sa présence. Quand tout à coup, le lupus reprit la parole. « En effet, tu es bien un Kaguya… » avait-il prononcé de cette voix à la fois si rauque et si humaine. Sora en eut la chair de poule. Une seule technique avait suffi à l’identifier ; il n’avait plus de secrets pour l’homme-animal. Après avoir passé sa langue sur ses plaies fraîches, l’animal reprit la parole. Cette fois-ci pour parler d’un sujet plus qu’inattendu. Que savait-il des Hozûki ? Et pourquoi fallait-il qu’y ait le chaos à Kiri ? Décidément, cet « homme » abordait une conversation bien énigmatique. Pour le Genin, il n’y avait rien de plus compliqué et de plus ennuyeux que la politique. Il en était longuement détaché, ainsi que le reste de son clan. Était-ce possiblement ce que lui reprochait le loup ? Sa désinvolture vis-à-vis des affaires politiques de son pays ? De son allégeance pour les Hozûki ? Après-tout, sans leur clan, ce pays courrait à sa perte.

« Tu sembles concerné par la politique de Kiri. Or, tu ne viens pas d’ici, je me trompe ? Aussi, tu parles de chaos, mais jusqu’à présent, j’ai toujours vécu nourri, logé et dans la dignité en tant que Shinobi. Aussi, mes missions me rapportent tous les bienfaits dont j’ai besoin. Je ne vois pas de quoi je me plaindrais. Et s’il y avait un quelconque chaos ici, je pense que je l’aurais remarqué. » Sora baissa les yeux sur la fin de sa phrase, réfléchissant en secret à des images qui le hantaient depuis très longtemps. Des images qu’il préféra garder pour lui. Des enfants mendiants sous la neige, près des poubelles… Des meurtres en plein jour dans des ruelles peu fréquentées… Les regards d’aversion et de colère des membres se son propre clan… Sora reposa son regard sur la silhouette du loup : « Toi et moi, nous n’avons pas la même définition du chaos. »
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Sam 14 Mar - 10:04
Il pouvait parler, mais le loup n'assimilait pas ses paroles. Leurs vies semblaient être aux antipodes. Le Kaguya était passé aux travers des mailles de la famine, d'après ses adages. Arane se plongea dans ses pensées – un océan huileux et dangereux pour son esprit. Aussi loin que remontait sa mémoire, il ne percevait que la solitude, se retrouvant isolé contre tous et devant se battre pour survivre. Se battre. Encore et toujours. Uniquement pour survivre, s'accrochant avec une rage de vivre qui transparaît encore aujourd'hui. D’où avait-il tiré toute cette soif de vivre – une soif éteinte par les Hôzuki et leur désir de contrôle absolu - ? Il n’arrivait plus à s’en souvenir, son corps rongé par la haine refusant de répondre aux questions muettes que son cœur recherchait ardemment depuis ce qui semblait être une éternité.

Une éternité qui lui laissait un goût amer dans la bouche. Coincé dans cet étau de fourrure, sa respiration était faible, son corps fiévreux perdant un peu plus pied avec la réalité à chaque minute qui passait. Le poil sombre disparut mollement du corps, pour dévoiler une enveloppe charnelle masculine, une crinière brune et deux yeux bigarrés, dont l'un se panachait d'un orange unique tandis que l'autre se perdait dans un gris perle. Deux cicatrices se frayaient un chemin sur son visage – témoignages de ses luttes d'antan. Son allure n’avait rien à voir avec celle féroce et impressionnante de l’animal, le sang maculant encore certaine partie de son faciès au même endroit que celle que le loup avait plus tôt – au niveau du nez par exemple, les tâche carmines ressortant d’autant plus sur la peau clair du garçon.

« Mon clan n'a jamais été admis par le pouvoir Hôzuki. Sûrement trop soucieux de posséder des clans « bâtards » dans ses rangs. On a erré, sans parfois pouvoir se nourrir car certains villageois, affamés par le chef de village, se jetaient sur les quelques proies et animaux qui restaient dans les forêts environnantes... Tu n'as certainement pas la même vision que moi, car tu ne sembles n'avoir jamais manqué de rien. Tu as toujours eu l'élémentaire. Moi, je n'avais ni toit, ni de quoi remplir mon estomac.  »

Il sourit d'une façon triste après ses paroles, sa voix d’adolescent claire comme de l’eau pure et cristalline brisant le silence qu’il avait provoqué dans la clairière entouré d’arbre et de roche. Comme il semblait innocent ! Comme il pourrait l’être davantage sans ses marques rouges maculant sa veste courte de la même couleur et son pantalon noir descendant jusqu’à ses chevilles…Mais cette personne avait  assistée à la scène, alors cette impression avait volé en éclat. D'ailleurs, le petit bonhomme restait sur ses gardes ; prudence était de rigueur lorsque l’on faisait face à un monstre - même si Arane ne manifestait plus aucun geste agressif.

« Quels sont tes arguments pour me prouver que j'ai tord ? Ou verras-tu enfin plus loin que le bout de ton petit nez ? Tu comprendras peut-être que la vie dont tu es l'heureux joueur n'est pas la même pour tout le monde... »

D’un air un peu plus intéressé, il récupéra un peu du liquide rouge qui maculait son nez du bout des doigts et observa la tâche sur celui-ci. Il devait penser à aller faire un tour dans ce marécage pour se nettoyer, comme il le faisait habituellement.

Spoiler:
Santé : 70%
Chakra : 80%
Kaguya Sora
Kaguya Sora
Statut : Genin • C
Expérience : 69

Feuille de personnage
Inventaire: 2 Kunais, 2 Shuriken Fuma, 1 Parchemin Explosif, 5 Shurikens

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Mar 24 Mar - 11:02
Même s’il détestait se l’admettre, Sora ne savait plus quoi faire. Devait-il continuer à attaquer la bête ? Alors que celle-ci était ouverte au dialogue à présent ? Le Genin était en proie au doute. Alors qu’il l’avait repris sur leurs opinions partagées, Sora se demandait ce par quoi cet inconnu était passé. Cependant, le jeune Shinobi fut brutalement ramené au présent lorsqu’il fut témoin d’un phénomène peu commun. Ahuri, il observa la bête prendre la forme d’une silhouette humaine ; désormais, devant lui, se dressait un jeune homme à la peau pâle et aux yeux hétérochromes. Les anciennes cicatrices qui figuraient sur son visage témoignaient de la vie peu facile de cet étranger. Fasciné par ses yeux aux couleurs hypnotiques, Sora observa longuement le jeune homme. Alors que le Kaguya avait écopé de blessures superficielles, dont une qu’il s’était infligé lui-même, il ne pouvait en dire autant de son interlocuteur. Ce dernier semblait être plus mal en point. Et Sora ignorait si cela était dû à leur combat ou à l’extraordinaire métamorphose du Shinobi. Car dorénavant, le mystère était résolu. Du moins, en partie. Était-ce une technique héréditaire ou acquise ?

Lorsque le mystérieux Shinobi prit à nouveau la parole, Sora l’écouta attentivement. Plus qu’il ne voulait se l’admettre, il fut frappé par les détails dramatiques de la vie du jeune homme. En plus d’apprendre qu’il était originaire du village. À la fin de son discours, Sora eut tout juste le temps de capter son sourire âpre. Le cœur du Genin se serra devant cet adolescent d’à peu près son âge, au passé douloureux et au contraste du liquide carmin sur sa peau blanche. Dans cette vision, l’inconnu paraissait si pur et pourtant tellement marqué par les affres de l’injustice. Sora se secoua mentalement : il ne devait pas ressentir de peine face à un ennemi. Après tout, il s’agissait peut-être d’un leurre. Et s’il avait quitté le village depuis longtemps, comment était-il parvenu à y pénétrer ? Avait-il fait des morts sur son passage ? Sora l’ignorait. Et c’est pour cela qu’il se concentra à nouveau sur la posture de l’homme-loup. Il ne devait plus refaire la même erreur. Il ne devait en aucun cas baisser sa garde. C’était l’un des fondements des Shinobi.

La voix cristalline du garçon se fit de nouveau entendre, cette fois-ci plus déterminée et d’avantage prudente. Les arguments de Sora ? Il n’en avait pas sous la main, là, tout de suite. Du moins, il ne savait que répondre. Et ce fut la dernière phrase de l’inconnu qui manqua d’achever les dernières parcelles de sa patience. Sora soupira. Longuement. Il était face à sa première altercation. Mais qui plus est, plus qu’un combat des corps, c’était aussi un combat de l’esprit, de persuasion, de convictions. Sora jaugea son interlocuteur d’un regard réservé. Il répondit à ses questions par d’autres : « Je ne sais toujours pas qui tu es. Tu as dit faire partie d’un ancien clan de Kiri : puis-je savoir lequel ? Et par-dessus-tout, comment être sûr que tu ne racontes pas de balivernes pour gagner ma sympathie ? » Sora inspira grandement, plus que jamais sur ses gardes, se forçant à créer de l’ordre dans son esprit. « Je ne suis pas insensible à la pauvreté, je vois bien l’austérité qui peut régner au village. Néanmoins, ce n’est pas propre à Kiri. Aussi, comme je te l’ai dit, je suis conscient que je n’ai manqué de rien. Mais j’écoute tes propos et je ne peux m’empêcher de penser à la chose suivante : qu’a fait ton clan pour s’attirer les représailles des dirigeants ? Peut-être ont-ils été jugés pour des actes qui leur ont valu l’exil ? Ou alors, avaient-vous fuis pour assurer votre survie ? Pourquoi revenir maintenant ? As-tu donc des idées de vengeance ? » Sora baissa le regard vers le sol, presque triste par son impuissance, de n’être qu’un « gamin » qui ne comprenait rien aux jeux du pouvoir : « Tu devrais partir, je regarderai ailleurs. Ce combat n’est pas le mien. »
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le le Dim 29 Mar - 15:09
Tout en l'écoutant, le regard du jeune homme s'orienta en direction des anodines blessures, infligées par le garçon, qui d'ailleurs, à l'instar de ses déboires psychiques, m'assassinait lentement. Son épiderme s'était mué en une teinte rougeâtre. Il déchirait une étoffe de ses tissus déjà étiolés pour nouer autour des plaies et empêcher le sang de couler davantage - et d'attirer les carnassiers. Le petit bonhomme semblait curieux et Arane sourit secrètement. Il avait troqué son expression revêche intensément ancrée sur son faciès avec un visage plus doux. Il n'était plus l'archétype de la bête primaire mais un solitaire des plus basiques. Le lycanthrope ubuesque, de par sa physionomie et son style vestimentaire, constituait un incontestable paradoxe en comparaison avec l'aura luminescente qu'exhalait le Kaguya. Un imperceptible rire s'échappa de ses lippes.

« Je fais parti du clan Ōkami. » À contrario des paroles précédentes, cette discussion touchait un sujet scabreux. Il ne plaisait guère à Arane de dévoiler sa nature - mais après avoir effrayé le petit homme, il se sentait bien obligé. « Tu ne dois pas le connaître. Nous sommes éloignés de la capitale, pour nous permettre une certaine pérennité. Mais elle fut illusoire. Les Hôzuki ratissent large avec leur pouvoir. Je suis bien obligé de t'avouer que la vengeance est une idée qui brûle en moi, et dans les cœurs des autres membres de ma famille. Nous espérons qu'un jour, ce pouvoir sera renversé... Peut-être par des membres de ta propre famille ; les Kaguya. »

L'holocauste de la Contrée de l'Eau s'avérait de plus en plus étouffante. Quant à Arane, il ne supportait plus cet étau destructeur. Dans un coin de sa tête, il appréhendait grandement le jour où ce supplice serait trop dantesque pour son fébrile être, et que son esprit viendrait exploser en fragments destructeurs. Le jour où il serait trop oppressé par ces damnations, il n'aurait plus le choix et se devra de périr dans une vengeance folle.

« Je dois rentrer. Ça serait con que ma blessure s'infecte. »

Avant de partir, Arane s'approche des paumes déchirées du garçon, dans lesquelles il dépose un étrange orbe blanc couplé à sa maigre pochette. De quoi peut-être, le remercier mais aussi lui rappeler qu'il avait une importance future pour ce pays maudit.
Quête terminée.


Récompenses : +8 XP.
+  1 technique de rang C de Taijutsu pour ton chien - qui peut à présent devenir un véritable compagnon d'arme.
+ 5 shurikens.
Contenu sponsorisé

Sujet : Re: Le Cri du Loup.

rédigé le
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
(©) ALL RIGHTS RESERVED, DO NOT COPY OR REPRODUCE THE DESIGN.