AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: RANG B - Marchands du Sud [PV : Kiseki] Dim 24 Avr - 19:53
Toshiyaki Fino

Iwa

Le Partenaire



Mission:
 

Jusqu’à l’aube, Iwa ressemblait beaucoup à un monastère où le célèbre silence de cathédrale régnait royalement. Fino avait coutume de quitter tôt son modeste habitat pour profiter pleinement de ce calme semi-nocturne et chercher alors sa prochaine mission. La tour du Tsuchikage ne faisait pas exception. A cette heure-ci, le personnel affecté au lieu-dit ne déambulait pas encore affolé, entre les étages. Devant la porte d’entrée, l’ex-moine s’arrêta quelques secondes. Symbolique instant de concentration, je suppose. Lorsqu’il se sentit enfin prêt, il poussa la porte d’un coup sec avec la simple force de ses puissants bras enroulés de bandes blanches. Le bruit rauque de la porte résonnant à travers les couloirs de la tour, ne sembla titiller l’audition de grand monde. Le bâtiment ne devait vraiment pas être bien rempli.

Il ne se précipita pas pour monter les nombreuses marches qui le menaient au bureau du Tsuchikage. En avance de plusieurs minutes, il n’avait pas raison de se dépêcher au sommet de l’immeuble. L’appréhension du type de mission était aussi un facteur qui jouait sur sa marche ralentie, mais l’échéance qu’il retardait arrivait tôt ou tard. La fameuse salle droit devant, il ne s’étonna pas une seconde d’y trouver un inconnu à la place de M. Onoki, à l’intérieur. Le contexte politique du village était assez délicat. Le vieux Sandaime Tsuchikage affichant clairement la fin de sa suprématie sur Iwa, il n’était pas rare de croiser des intendants distribuant les ordres de mission à sa place, en attente d’un Yondaime définitif.
Le nouvel individu posté dans l’antre du Tsuchikage ne perdit pas son temps. Dès qu’il le vit arriver, il entama directement une conversation sans cacher ses subtiles provocations :

« Toshiyaki Fino, je suppose ? Pour un simple chunnin, vous êtes assez célèbre ! Vos yeux vous trahissent cruellement, M. le Monstre aux yeux vairons ! Quoi qu’il en soit, voici votre nouvel ordre de mission ! »

La tension de Fino augmenta drastiquement. Ce surnom était assez populaire au sein du village, donc l’entendre sortir de sa bouche n’était pas une surprise pour lui. Par contre, je mentirais si j’affirmais que ce sobriquet lui faisait chaud au cœur.  Il essaya de ne pas contre-attaquer et laissa son audacieux interlocuteur poursuivre :

« Il s’agit d’une mission d’escorte de rang B ! Des marchands originaires du pays des neiges nous ont fait l’humble demande de les escorter. Leurs affaires étant finies à Iwa, ils désirent rentrer chez eux et être protéger jusqu’à Mizu no Sato… probablement préfèrent-ils laisser le Pays de l’Eau s’occuper d’eux jusqu’à leur terre ensuite. Tâchez d’être efficace ! »

Après avoir brièvement résumé le but de la mission, l’intendant tendit un parchemin vert où était alors écrit les modalités de la mission. Il y était notamment écrit le lieu où il allait retrouver les cibles à protéger. Acquiesçant d’un simple signe de tête pour indiquer l’acceptation de la mission, il voulut se hâter de ne plus voir la face de l’homme l’horripilant, mais l’individu ne sembla toujours pas avoir fini de parler :

« Ah oui, j’oubliais ! Tu ne feras pas cette mission seul ! Un Jonin t’accompagnera dans ce travail… en fait, il serait plus juste de dire que tu devras l’accompagner dans ce travail ! Enfin, bref ! Tu peux disposer ! »

La dernière annonce ne l’enchanta guère. Avec quel nouveau gugusse devra-t-il faire équipe pour cette mission ? Durant le court trajet qui le mena aux marchands en question, il n’arrêta pas de s’imaginer les pires coéquipiers tombés dans la marmite d’arrogance quand ils étaient gamins. Malgré toutes les pensées maussades hantant son esprit, il effectua comme à son habitude un salut respectueux aux trois personnes qu’il vit à l’endroit indiqué par le parchemin. Ses yeux semblèrent sans surprise intriguer les marchands, mais l’air froid que dégageait son visage les fit rebrousser chemin.
Ils semblaient moins chargés en affaires que l’avait présumé le jeune Chunnin, la mission n’en était que plus simple à réaliser. Il ne manquait donc plus que le Jonin qu’on lui avait assigné avant de partir. Mais que faisait-il et surtout qui était-il ? Il aurait pu demander son identité à l’intendant tout à l’heure, mais Fino avait préféré quitter la tour rapidement afin d’effacer sa face hautaine de sa mémoire. Toujours est-il que sans le Jonin en question, la mission ne pouvait toujours pas démarrer.

HS:
 

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 06/04/2016
Localisation : Iwa

EXPÉRIENCE
XP:
0/750  (0/750)
Iwa no Chunin ⎜ 岩隠れの里
MessageSujet: Re: RANG B - Marchands du Sud [PV : Kiseki] Dim 24 Avr - 22:43
Matsu Kiseki


Il y'a une semaine j'était tranquillement chez moi, allongé de tout mon long dans mon pieux, en train de lire le message d'un ancien contact quand mon très cher cap' déboule chez moi et me lance un parchemin.

Bazuu - Hey gamin j'ai une mission pour toi et cette fois ce n'est pas pour moi. Il se trouve que Iwa doit envoyer deux ninjas pour escorter des marchants et ils n'ont qu'un Chunnin sous la main. Du coup je t'ai inscris d'office.

J'étais déconcerté et il a bien vu mon regard, après six mois il a fini par totalement me cerner. Il ne cessait de me fixer de ses petits yeux de fouine à peine dissimulé sous son chapeau en haussant la tête de haut en bas comme s'il voulait me dire : ''Ho que si tu vas y aller''
Je jetais le parchemin vers le plafond et le réceptionnais en me demandant comment j'allais éviter cette galère.

Kiseki - Et je peux savoir pourquoi je dois remplir les tâches des ninjas d'Iwa ? je pensais que je travaillais pour toi. J'ai fait tout ce que tu m'as dit. Ça ne te suffit plus ?


Il s'est posé calmement sur mon bureau puis m'a regardé avec son sourire en coin si reconnaissable.

Oui tu travailles pour moi, mais moi je travaille pour Iwa. Si tu veux avoir plus d'informations sur tu sais quoi, il va falloir que tu montres plus d'entrain dans la vie active du village. De plus, tu es ANBU, le village est censé être ta priorité.

Il se leva, se mit dos à mon intérieur en tenant la poignée puis me regarda par-dessus son épaule.

Bazuu - Ah oui regardes ! Tout en bas.

Et c'est sur ces mots qu'il claqua ma porte sans avoir le temps de répliquer pour m'échapper de ce pétrin.
J'ai regardé en bas de ce foutu parchemin et là, miracle. 200 ryos ! Mais avec ça je vais lui payer une tournée au vieux débris. Même si c'est 200 pour deux y'a vraiment moyen de commander plusieurs litres.

C'est le jour de ma première mission et ça commence mal. J'ai l'habitude de n'être guidé que par mes désirs et de ne faire que ce que me disent mes clients, du coup je ne me suis pas réveillé. La galère surtout que j'ai absolument pas compris comment me rendre au lieu de rendez-vous. C'est vraiment mal foutu ces parchemins de mission. Vivement que le Tsushikage en ruine ne se casse. La tour est en morceau et le village à la traine sur leur vis à vis, il leur faut une nouvelle vague de fraîcheur à Iwa.
Par contre, on peut reconnaitre une chose au village cacher des roches c'est que leurs paysages sont magnifiques. Il m'arrive régulièrement de m'allonger sur le dos au sommet de ma baraque pour observer le ciel. Les rayons perçant à travers les montagnes, baignant le village sont d'un éclat particulier. Et l'aube de ce matin ne fait pas exception.
N'empêche, je commence à m'habituer à ce village remplit de tarés en tout genre. Bazuu surtout. Il a un truc qui ne me laisse pas indifférent. Au delà  du fait que l'on partage le même vice de la bouteille, plusieurs chose m'intrigue chez lui. Il a une aura différente des autres clients avec qui j'ai fais affaire. C'est bien la première fois que j'arrive à trouver des repère dans un village sans rêver de me barrer fissa.
Mince je rêvasse et le temps cours lui. Va falloir s'activer. Courir sur les toits et repérer des marchants attendant leur héros me semble un bonne idée. Sauter, courir, voltiger et sprinter à travers le vent en surplombant Iwa, voilà une autre chose que j'aime.
J'ai toujours adoré la sensation de vitesse et de puissance dans les mouvements rapides. C'est pour ça que c'est la première chose que j'ai voulu apprendre de mon maître lorsque j'étais encore enfant. La liberté de mouvement est somme toute, quelque chose de merveilleux.
Iwa n'est pas encore réveillé, seul quelques ninjas en post au village rôdent dans les rues.
Hey mais c'est le blondinet que je vois en bas! À mon retour je vais devoir lui rappeler qu'il me doit un coup à boire, et en fonction de la quantité qu'il m'offre, peut être que je serais généreux et que je lui payerais un coup avec mes ryos fraîchement gagnés.

Là bas un groupe de trois marchants ! En plus il sont accompagné d'un mec, ça doit être mon partenaire. Pitié pas un trou du cul à cheval sur le règlement shinobi. Bazuu me l'a bien filé à mon arrivé mais je ne l'ai jamais lu.

Allez, on va faire une entrée qui claque des culs. J'ai décider d'être de bonne humeur et ne pas regarder tout le monde avec un regard de barbare, ''Il faut représenter le village'' comme dirais le cap'.
Je saut depuis le toit en prenant un maximum de hauteur et retombe à fond en laissant entendre mon cri d'extase quant à cette sensation de voltige.

Kiseki - YAAAAAAAA HAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!

Je retombe tel un boulet de canon, droit sur mes pieds. La poussière s'envole tout au tour de mon point d'impact et ce sur cinq mètres facile. Une fois que le nuage retombe et que les marchants ont arrêtés de cracher leurs poumons, ils me voient droit face à eux, le torse bombé, le regarde droit avec un sourire au coin des lèvres et faisant le salut des combattant Matsu. À savoir droit comme un I avec le poing droite sur le cœur et le gauche le long du corps en repliant quelque peu le bras vers l'arrière.

Kiseki - Je me présente, Kiseki du Clan Matsu. Ninja d'Iwa, enrôler pour vous amener à bon port. Je m'excuse du retard.

Devant moi se dresse trois marchants, un homme d'une cinquantaine d'années d'abord choqué puis se remettant de ses émotion, me rend mon salut en s'inclinant, une jeune fille d'une trentaine d'années me regardant de haut en bas avec un sourire pour le moins charmant et un jeune homme, sûrement mineur me rendant mon salut dans la même pause que la mienne. Il me regarde avec admiration c'est presque troublant. C'est une bien belle famille que nous allons escorter avec mon partenaire.
Mon partenaire ...
Mon partenaire !
Je me retourne d'un mouvement vif, j'avais complètement oublier mon coéquipier. Je travaille rarement en équipe.
Il se tient les bras croisés, adossé au mur, je suis prêt à parier que mon retard et mon effet de style à mon arrivée ne lui ont guère plus. J'espère qu'il n'est pas hautain ou imbu de lui même. J'aime pas ces gens et je suis dans un bon jour. Je ne veux pas qu'il me le gâche.
Je le regarde de haut en bas. Il est plutot bien taillé pour son jeune âge, presque autant que moi dans ma jeunesse. Il était simple mais un truc venait lui donner un certain style, ses yeux. C'est la première fois que je vois des yeux vairons, c'est vraiment classe. Il a un visage ferme, il à l'air de savoir ce qu'il veux et de tout mettre en oeuvre pour y arriver. Un jeune homme prometteur en somme.
Je pense que je vais passer un meilleur voyage que prévu.
Je lui tends la main pour le saluer.

Kiseki - Salut mon gars, moi c'est Kiseki. J'espère que l'on va bien s'entendre, en tout cas j'aime ton regard !




avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 08/04/2016
Age : 22
Localisation : Lyonnie

EXPÉRIENCE
XP:
0/750  (0/750)
Iwa no ANBU ⎜ 岩隠れの里
MessageSujet: Re: RANG B - Marchands du Sud [PV : Kiseki] Mar 26 Avr - 19:39
Toshiyaki Fino

Iwa

Direction le Sud


A mesure que le temps s'écoula, l’image qu’il se faisait de son partenaire se dégrada exponentiellement. De toute façon, Fino prenait rarement en considération ses coéquipiers de travail. Au fond de lui, résidait quand même cette petite lueur débordant d’espoir, affirmant que le partenaire du demain serait meilleur que celui d’hier. Il faisait pourtant de son mieux pour y croire, mais généralement la synergie se révélait presque toujours décevante. Ce retard n’aidait évidemment pas son Jonin à se faire bien voir, mais une flamme pleine de foi scintillait toujours dans le cœur de Fino…

« YAAAAAAAA HAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!! »

Jusqu’à cet affligeant moment ! Son cerveau avait tout de suite réagi au cri d’extase, qui s’était propagé au-dessus de sa tête. Cela ne faisait aucun doute pour le jeune Chunnin. Ce braillement déplacé ne pouvait provenir que de son partenaire. Il en était strictement persuadé ! Son Karma avait la fâcheuse tendance d’attirer des profils bien atypiques.
Sautant du haut d’une bâtisse, une masse rougeâtre s’écrasa brutalement ses pieds contre le sol de l’allée sans pour autant perdre équilibre, de par l’intensité de son bond. Le fameux ninja à la crinière flamboyante avait effectué une entrée des plus fracassantes. Une seule action et le caractère de son partenaire fut écrit noir sur blanc dans le cerveau du moine. Pour cette mission, Fino disposait donc d’un débile heureux confondant très certainement, courage et témérité… de quoi le navrer davantage !

Dès son arrivée, il ne chôma pas et alla présenter ses excuses au trio de marchands. C’était peu cher payé pour supporter son incompétence. Contrairement à Fino, il semblait beaucoup plus à l’aise socialement. En même temps, ce n’était pas très difficile ! Les yeux du petit groupe escorté brillèrent intensément, rassurés par sa présence j’imagine. Il semblait déjà apprécié celui qui allait nous diriger jusqu’à Mizu no Sato.
Après avoir brièvement discuté avec les cibles, le ninja se rapprocha de Fino qui, depuis son arrivée le regardait avec un œil vigilant. A son tour, il eut droit à une inspection détaillée de son physique et s’il y a bien un endroit où le Jonin avait prolongé son attention, c’était sur les yeux vairons. N’aimant pas être fixé de la sorte, le Chunnin ne cacha pas son dérangement par un léger grincement de dents.

Ancrée dans son visage, le sourire satisfait de son « supérieur » le déstabilisa légèrement. C’était un sourire de guerrier convaincu, mais il avait quelque chose de spécial. Quelque chose que Fino n’arrivait pas à discerner. Quelle machiavélique dessein pouvait se dissimuler derrière cette assurance enfantine ? Son visage ne montra aucun signe d’hésitation, ce qui le troubla davantage. Lorsqu’il tendit furtivement sa main, il avait encore ce fameux sourire pour se prononcer :

« Salut mon gars, moi c'est Kiseki. J'espère que l'on va bien s'entendre, en tout cas j'aime ton regard ! »

Ses yeux généralement semi-fermés s’écarquillèrent l’espace d’un instant. Peu de ninjas à Iwa avaient réussi à perturber la coquille dans laquelle s’était enfermé le jeune homme. Ecouter des paroles élogieuses à propos de ses yeux le mettaient toujours dans un profond état de subversion mentale. Bien qu’il soit de base méfiant à ce sujet, il n’arrivait pas à desceller une once de sarcasmes dans sa présentation pour le critiquer sévèrement.
L’avis qu’il eût de la personne semblait avoir fait un grand bond en avant, mais la route pour une entente amicale avec Fino était encore longue. Beaucoup n’avait même pas franchi la ligne de départ. En somme, un exploit de la part du rouquin, mais il était hâtif de se réjouir si tôt. Son retard ainsi que son entrée en grande pompe avaient été moralement retenus contre lui. Même s’il serra amicalement la main tendue de son acolyte, le jeune chunnin ne rata de lui faire remarquer son manque de rigueur tout en gardant une politesse soignée :

« Fino Toshiyaki, Chunnin à Iwa ! Un plaisir de vous rencontrer M. Kiseki… enfin, c’est ce que j’aurais certainement dit si votre arrivée n’avait pas été aussi tardive et rocambolesque. La rigueur ne semble pas être votre point fort ni la ponctualité d’ailleurs ! Mais il semble que nous devrons faire avec pour cette mission, ce n’est pas à moi de vous changer ! Ne tardons plus, il est temps de se mettre en route ! Je prie pour bien entendu pour notre réussite ! »

Fino se refermait sur lui-même, comme à son habitude et ce n’était pas avec ce genre de paroles cinglantes qu’il se trouverait des amis. S’il pouvait également devenir plus expressif lorsqu’il s’adressait à M. Kiseki ou n’importe qui d’autre, un grand pas serait effectué. Bref !
Les premières lumières du soleil furent visibles lorsqu’ils quittèrent le village. Pour assurer une solide protection aux cibles, Kiseki se positionna derrière les marchands, afin d’avoir une vue d’ensemble des trois marchands. Quant à Fino, on lui avait semble-t-il attribuer le rôle de guide, placé en tête de file, à les diriger sur les éternels plateaux du Pays de la Terre. En entendant Mizu no Sato, le jeune homme avait fait une brutale fixation vers le sud. Peut-être n’empruntait-il pas la voie la plus rapide, mais c’était pour lui et de loin, la direction la plus pertinente pour boucler cette mission. Un premier détail vint cependant gêner leur efficace cadence de marche : le soleil. Après plusieurs heures de marche sauvage sur les infinis plateaux de la nation, l’état de nos cibles se dégradait progressivement. Le soleil ne semblait pas être leur meilleur ami. Venant du pays des neiges, cela paraissait tout à fait normal. Fino aurait voulu continuer encore un peu afin de terminer le plus vite son travail, mais il ne pouvait se résoudre à laisser les marchands brûler dans un braséro. Il décréta sans surprise :

« Je propose une pause ! »

Bien entendu, personne n’était assez suicidaire pour refuser une pause inespérée dans un coin d’ombre qu’ils avaient peiné à localiser. Il y avait même un coin d’eau pour remplir leurs bouteilles. Déballant avec fatigue leurs lourdes affaires, les marchands s’affalèrent par terre à rythme musical et profitèrent de leur pause les joues contre le sol rocheux. Il était également temps pour Fino de faire un topo de la situation avec son partenaire… il venait d’ailleurs de trouver une question existentielle à lui poser. Lui-même ne comprenait pas pourquoi il n’y avait pas pensé plutôt. Sortant une carte, il s’approcha de Kiseki pour lui demander humblement :

« M. Kiseki, quel trajet avez-vous planifié pour nous rendre à Mizu no Sato ? J’ai beau avoir fait le guide jusqu’ici, c’est à vous que revient logiquement la responsabilité de notre itinéraire ! J’aimerais donc savoir à l’avance la suite de notre parcours… a moins bien entendu que vous comptiez arpenter sans but le monde pour arriver un jour peut-être à destination ! »

En tant que Chunnin, Fino avait un rang inférieur à celui de son partenaire, donc la quasi-majorité des décisions se faisaient en fonction de Kiseki. La voix de Fino ne servait qu’à proposer et recadrer son supérieur, doutant des capacités du Jonin à gérer une mission d’escorte. Attendant la réponse de son Jonin, il savourait la splendeur des plaines silencieuses du pays. Il ne détestait pas cette sensation de plénitude au milieu de nulle part, mais quelque chose d'indescriptible le dérangeait ! Fino avait un mauvais pressentiment ! Probablement la fatigue...

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 06/04/2016
Localisation : Iwa

EXPÉRIENCE
XP:
0/750  (0/750)
Iwa no Chunin ⎜ 岩隠れの里
MessageSujet: Re: RANG B - Marchands du Sud [PV : Kiseki] Ven 29 Avr - 19:54
Matsu Kiseki


[EN COURS]

À ces mots le Chunnin écarquille les yeux tel une truite hors de l'eau. Il ne doit pas avoir l'habitude que les gens lui fassent éloge de cette partie anatomique. C'eSt vrai que la populasse à la mauvaise habitude de critiquer tout ce qui sort de l'ordinaire. Ma chevelure rouge feu qui était un signe de puissance au sein de mon clan est pour le moins dévisagée dans d'autre contrées. Mais j'a réussi à faire abstraction de ces regard curieux voir médisants et à mon avis le jeunot devant moi en est incapable.

« Fino Toshiyaki, Chunnin à Iwa ! Un plaisir de vous rencontrer M. Kiseki… enfin, c’est ce que j’aurais certainement dit si votre arrivée n’avait pas été aussi tardive et rocambolesque. La rigueur ne semble pas être votre point fort ni la ponctualité d’ailleurs ! Mais il semble que nous devrons faire avec pour cette mission, ce n’est pas à moi de vous changer ! Ne tardons plus, il est temps de se mettre en route ! Je prie bien entendu pour notre réussite ! »

Pardon ? Il me provoque le gosse ?! Une tatane dans sa bouche ça va le détendre! Il m'énerve, ses propos à mon égards me rendent furieux, mes poings se serrent et mes dents grincent. Mes pieds me hurlent de les lui encastrer dans son cul de jeune impertinent. Un coup sec derrière la nuque ? Un coup de genou dans le ventre? Nunchaku dans les dents? Une simple mandale dans son pif?
Les idées se bousculent dans ma tête et réchauffent le corps maintenant avide de baston. Le simple fait qu'il m'appelle "Monsieur" me donne envie de lui faire ravaler ses paroles par son trou d'balle.

Calme toi Kiseki, ce n'est que le temps d'une mission. Et cette mission il faut la voir comme déterminante pour l'avenir de ma collaboration avec Cap' et puis je commence à me plaire dans le village caché par le caillasses, il ne serait pas judicieux de tout gâcher maintenant. Prendre sur soit, ce n'est pas quelque chose dont j'ai l'habitude. Il m'est plus facile de patater des bouches que de me calmer face à des langues de putes.
Fino ... Même si il m'a mit dans une rage folle je ne peux pas dire qu'il ne m'intéresse pas. J'ai lu son dossier la veille de la mission et il est écrit qu'il maîtrise étonnement bien le Tai pour son âge et le plus étonnant est qu'il maîtrise l'art de la guérison. Il pourrait devenir un adversaire intéressant à massacrer dans le futur.  

On se met en route rapidement. J'ordonne à Fino de prendre la tête du cortège. C'est pour le moins logique, à l'arrière il me sera plus simple d'intervenir si un danger se présente. Ma vitesse me permettra d'agir rapidement peut importe l'endroit d'où vient le danger.
Le vieil homme dirige évidement son convoie, le gonzesse poster sur le chariot du milieux semble observer le merveilleux paysage baigné d'une douce lumière quant au jeune homme il marche à mes côtés. Il me regarde de haut en bas avec un regard brillant d'intérêt à mon égard. Ce regard était perturbant au début mais je commence à m'y habituer, il ne doit pas avoir l'habitude de rencontrer des Ninjas de haut rang tous les jours. Il m'amuse presque.

Je le regarde à mon tour en lui souriant.

Kiseki - Du coup gamin, c'est quoi ton nom ?

Takeshi - Je m'appelle Takeshi M. Kiseki.

Sa réponse est timide, il n'ose même pas me regarder dans les yeux.

Kiseki - Ne m'appelle pas Monsieur steuplait. Au sein de mon clan c'est une marque de respect, au même titre que Sama, Senpai ou Sensei, que seul les Combattants de 20 ans ayant battus leur parents en combat singulier peuvent détenir. Et toi, tu as quel âge ? T'es pas un peu jeune pour entreprendre ce genre de voyage ?

Il est quand même minuscule, sans un gramme de muscle. Ses yeux verts clairs transmettent une impression d'innocence comme s'il ne connaissait rien à la vie. Il m'attendrit, et je doit dire que ce n'est pas un mal vu le trou du cul qui m'accompagne.

Takeshi - Non Mons... Kiseki-Kun ? J'ai 14 ans. C'est à partir de 10 que les enfants de ma famille commencent à accompagner leurs parents lors de leurs voyages dans le but de prendre la succession à leur retraite. On est une vielle famille de marchant vous avez!

Il commence à prendre la conf' Takeshi. Plus il prononce de mots plus j'aime bien ce gamin.

Fino -

Kiseki -




avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 08/04/2016
Age : 22
Localisation : Lyonnie

EXPÉRIENCE
XP:
0/750  (0/750)
Iwa no ANBU ⎜ 岩隠れの里
MessageSujet: Re: RANG B - Marchands du Sud [PV : Kiseki]
Contenu sponsorisé
RANG B - Marchands du Sud [PV : Kiseki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de rang spéciaux
» Demandes de rang
» Demandez votre rang de padawan!
» [Banniere]Createur de bannieres/rang de guilde.
» Les guildes de marchands ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de l'Eau :: Village Caché de la Brume-
Sauter vers: