Seiki.
Voter pour le forum octroie de l'argent et des gains ! Cliquez sur les étoiles.
La quête du pouvoir a toujours été un dangereux moteur. Malgré les sentiers destructeurs qui devaient être empruntés pour y accéder, les guerriers de cette ère en ont fait leur essence. Ils pourfendaient les terres décharnées - avec une gloire exquise, des dogmes écrasant les âmes et un seul dessein : détruire, posséder, dominer. Les grandes contrées étaient bercées par le fer des armes, une mélodie routinière dans ce climat sous tension constante.Afin de plus rapidement effleurer l'apogée du prestige, des clans naquirent et de puissants êtres ne firent plus qu'un pour s'assurer d'une invulnérable descendance. Au cœur du chaos, émergèrent des factions, des combattants liés par le sang, le chakra et les capacités. Leurs apparitions diminuèrent le désordre créé par les soldats indépendants – qui se rangèrent face à cette montée en puissance. L’accalmie permit aux Daimyos - anciennement terrassés par ce chaos, de reprendre leurs fonctions. Les frontières se dressèrent, scindant les nations divisées.

Invité
Invité
avatar

Sujet : Murmures dans la brume [PV NORA]

rédigé le le Lun 27 Juin - 11:24
Murmures dans la brume
Se vendre comme dans une maison de passe est la même chose qu'obéir à son village. L'action elle, est juste différente. ▬ NORA&SENGETSU

La brume l'entourait. Le froid avait fait hérisser les poils de son échine et, pour peu, Sengetsu se serait crue de retour au pays de la Brume. L'humidité ambiante lui faisait du bien et l'avait toujours rassurée. Elle pouvait s'y cacher, l'utiliser. Au pays de la Foudre, elle savait que chacun de ses pas pouvait être dangereux. Non pas à cause des ninjas de Kumo, où des mercenaires qui pouvaient arpenter le pays, mais à cause des orages qui déchiraient le ciel. Ce qui était d'habitude pour elle protecteur, une pluie qui lui permettait de connaître les alentours afin de ne jamais manquer une seule âme dans son périmètre, s'accompagnait d'éclairs mortels. Sa force s'accompagnait d'une menace, et bien que cela aurait été plus facile pour elle de monter sur le paratonnerre qui lui aurait donné une vue d'ensemble, la jeune femme préférait les détours au moindre risque.
Ci-jît Sengetsu du clan Hozuki, morte par la foudre.
Une gloire de plus pour une famille qui ne l'était plus vraiment.

Elle avait croisé des ninjas partit s’entraîner. Genin et senseï, jônin, tous détournaient le regard en l'approchant, elle, la kunoichi aussi pâle que la brume dans laquelle elle était cachée. Parfois, Sengetsu aimerait bien faire partie intégrante de la brume, au même titre que l'eau, mais quelqu'un, quelque chose lui manquait. Un membre de son clan, probablement. Là était tout le problème, et la raison pour laquelle elle était simplement ce qu'elle était. « Je ne fais que passer » disait-elle à ceux qui le lui demandaient. « Je ne suis là que pour du repérage, rien de plus. » Rien de plus. Si quelques senbons et son katana l'accompagnaient, la kunoïchi en kimono ne représentait aucun danger. Le symbole des Hozuki était plus gros que celui de son village, qui se faisait discret, presque invisible, comme pour prouver que quoi qu'elle fasse, elle était à sa place.
Moins dangereuse que la foudre elle même. Une seule attaque de ces amateurs de raiton et là voilà mise en position de difficulté.
« Je ne fais que passer »

Les jours s'étaient écoulés entre brume, fleuve, et herbe mouillée. Ils se ressemblaient, comme à chaque fois qu'elle venait ici. Sengetsu ne s'y attardait pas, ni dans ce pays, ni dans aucun autre. Rien à voir, rien à faire. Ses muscles fatigués réclamaient une nuit de sommeil au sein de Kumo, mais elle savait que celle-ci ne se fera que dans une modeste auberge sur le bord d'une route ou, si elle était chanceuse, au sein d'un petit village. Ne pas se montrer, être discrète. Faire partie de la brume - si seulement elle le pouvait. Le temps d'une pause près du fleuve, la main dans l'eau, elle cherchait les siens. Ceux qui étaient partis, ces nukenin, où plutôt ce nukenin qui lui vivait la même vie qu'elle. Evidemment elle ne trouvait rien, et évidemment, elle se disait qu'au final, elle se moquait bien de son sort. De lui, et des autres qui ont salis un nom autrefois porté par le second Mizukage. Si leurs routes se ressemblaient, elles ne se croiseraient probablement pas - et c'était mieux ainsi. Quitter Kiri n'était pas le reproche que la jeune femme faisait, mais plutôt l'honneur qu'il avait emporté avec lui, lui et son frère.
Se vendre à qui voulait.
Se battre pour l'idéal de quelqu'un d'autre.
Digne de ces femmes bien trop maquillées qui jonchaient les auberges de passages dans lesquelles elle s'arrêtait, mais pour d'autres raisons. Elle, elle ne fait que passer. Et elle, elle oubliait royalement celui qui avait réussit à devenir épéiste, se disant que c'était de la chance, et sans plus, car lui était un exemple qui remettait sa mise au placard en doute, la contredisait, l'énervait. Les autres n'avaient pas d'intérêt.

Arrêt près de l'eau. Elle en avait retiré sa main, sans avoir trouvé un quelconque Hozuki, et observait son pâle reflet. Quelqu'un venait. Quelqu'un avait marché sur le fleuve, mais c'était tout ce qu'elle savait - et maintenant, ce quelqu'un arrivait probablement dans sa direction. Ankylosée, la jeune femme se releva et commença à reprendre sa route. Mieux valait éviter les ninjas qui commençaient à affluer en cette fin d'après-midi pour s’entraîner ici.
© GASMASK
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
(©) ALL RIGHTS RESERVED, DO NOT COPY OR REPRODUCE THE DESIGN.