Seiki.
Event en cours.
La quête du pouvoir a toujours été un dangereux moteur. Malgré les sentiers destructeurs qui devaient être empruntés pour y accéder, les guerriers de cette ère en ont fait leur essence. Ils pourfendaient les terres décharnées - avec une gloire exquise, des dogmes écrasant les âmes et un seul dessein : détruire, posséder, dominer. Les grandes contrées étaient bercées par le fer des armes, une mélodie routinière dans ce climat sous tension constante.Afin de plus rapidement effleurer l'apogée du prestige, des clans naquirent et de puissants êtres ne firent plus qu'un pour s'assurer d'une invulnérable descendance. Au cœur du chaos, émergèrent des factions, des combattants liés par le sang, le chakra et les capacités. Leurs apparitions diminuèrent le désordre créé par les soldats indépendants – qui se rangèrent face à cette montée en puissance. L’accalmie permit aux Daimyos - anciennement terrassés par ce chaos, de reprendre leurs fonctions. Les frontières se dressèrent, scindant les nations divisées.



Le Deal du moment : -50%
Lot de 2 Oreillers à mémoire de forme ...
Voir le deal
12.60 €

Sarutobi Okishi
Sarutobi Okishi
Statut : Jônin • A
Expérience : 0

Sujet : Là où le temps se fige | PV Shû

rédigé le le Sam 23 Avr - 17:06

Akeno feat. Shû



Là où le temps se fige...





Une bise rafraîchissante baignait le village caché de la Roche dans une ambiance de paix que l'on délectait avec plaisir après les temps de guerre qu'avait essuyé le monde shinobi il y a peu. Et ce jour était l'une de ces rares fois depuis son retour de cet enfer meurtri qu'Akeno daignait sortir prendre un bol d'air pur après avoir passé la plus grande partie de son temps à bouquiner chez lui, traversant de long en large les collections que son père avait laissé derrière lui depuis son trépas. Aujourd'hui, il avait décidé de pardonner au monde de lui avoir retiré ses parents pendant que son dos était retourné. Franchissant le pas de sa porte d'une marche ferme et décidée, il contempla le ciel une poignée de secondes avant de se mettre en route. Le plafond céleste était d'une belle teinte rougeoyante en cette fin de journée. Quelques écumes nuageuses bordaient les grandes montagnes qui constituaient le fier rempart d'Iwagakure. Ici, le paysage n'avait rien à voir avec les autres pays, à part peut-être Kumogakure où l'environnement était à peu près le même. Des tonnes de roches, des sommets de montagnes à n'en plus finir, et vraiment très peu de verdure. En réalité, les couleurs dominantes sur le tableau était le marron des montagnes, le blanc des nuages qui côtoyaient les plus hauts sommets, et la couleur variable du ciel. Il appréciait ce genre de paysage, n'ayant pas connu les grandes forêts du pays du feu, Akeno était un passionné des chaînes montagneuses de son pays. On y trouvait de belles espèces aussi ! Il y avait parfois de très beaux oiseaux et rapaces, ainsi que quelques éleveurs de bisons par delà leurs grands murs. La rumeur disait également que parmi les montagnes avoisinant le village se cachaient des coins encore inexplorés, ou trop reculés, ou trop dangereux. Marchant tranquillement à travers les grands ponts connectant les édifices, Akeno avait encore l'esprit absent. Il traversait le village comme une âme errante, lançant un regard profond mais inconscient sur le monde qui l'entourait. Mais il n'errait pas vraiment, il savait pertinemment où il se dirigeait. Se rapprochant petit à petit d'un endroit particulier, il esquissa enfin un petit sourire quand un souvenir vint caresser son coeur. Ses pas sur le sol rocailleux le menèrent bien vite sur un terrain herbeux semblable à une forêt s'étendait face à lui. Mais la particularité étonnante de cet endroit résidait dans son décor ; en effet, ici tout était pétrifié. Il s'agissait d'une forêt de roches, le parfait endroit pour se laisser porter par le courant spirituel, pour s'entraîner, ou pour profiter d'un moment de calme. Car oui, les alentours étaient assez tranquilles, loin du centre-ville, ce petit coin de paradis où même le temps semblait se figer était l'endroit idéal pour qu'Akeno puisse se recueillir.

Il s'avança jusqu'à se retrouver près d'un groupement de champignons durs comme la roche et aussi gris que le ciel d'Amegakure. Il prit une grande respiration puis se laissa tomber sur l'un d'eux, s'asseyant sur les statues comme une brebis égarée. Il leva les yeux au ciel, laissant tomber sa chevelure ténébreuse sur ses épaules, recouvrant son dos au passage. Avec la vision du ciel face à lui, il ne pouvait que penser aux personnes qui étaient probablement en train de le contempler depuis un des nuages. Il pouvait entendre dans sa tête la petite voix douce de Hohemi, et pouvait deviner dans le tracé des nuages le sourire aimant de sa mère et le regard rassurant de son père. Il ressentait dans sa gorge s'installer la fameuse boule de peine qui vient rendre la résistance difficile face aux sentiments des Hommes. Une amertume accompagnait le ressentiment, surtout quand il pensait qu'il n'avait même pas pu être présent pour les personnes qu'il aime jusqu'à leur dernier souffle, comme il aurait voulu le faire. Il se sentait coupable surtout, étant donné qu'il avait insisté pour partir en guerre seul, mais était à la fois content qu'il avait pu leur offrir un sommeil loin de la violence et du sang. Il n'aurait sûrement pas supporter les voir périr sur un champ de bataille, il préférait largement les savoir mort dans un lit, entouré des autres personnes qui les aiment. Akeno était si concentré dans sa nostalgie qu'il avait littéralement oublié ce qui l'entourait. Il était plutôt insouciant, et regardait en l'air comme s'il regardait un spectacle, avec un sourire franc mais léger, comme s'il se trouvait devant une comédie tragique. Son regard redevint vif et vivant lorsqu'un petit vent fit frémir son épiderme, levant une rangée de frissons le long de son bras droit. Il était comme revenu à la réalité, baissa la tête et scruta autour de lui, persuadé d'avoir fini son recueillement. Il se leva de son champignon pétrifié et tapota son bas pour le dépoussiérer. Pendant son geste, il pressenti une présence, qu'il voulait penser être un animal. Il continua son action, restant à l'affût de ce qui l'approcherait prochainement.
 



Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
(©) ALL RIGHTS RESERVED, DO NOT COPY OR REPRODUCE THE DESIGN.