Seiki.
Event en cours.
La quête du pouvoir a toujours été un dangereux moteur. Malgré les sentiers destructeurs qui devaient être empruntés pour y accéder, les guerriers de cette ère en ont fait leur essence. Ils pourfendaient les terres décharnées - avec une gloire exquise, des dogmes écrasant les âmes et un seul dessein : détruire, posséder, dominer. Les grandes contrées étaient bercées par le fer des armes, une mélodie routinière dans ce climat sous tension constante.Afin de plus rapidement effleurer l'apogée du prestige, des clans naquirent et de puissants êtres ne firent plus qu'un pour s'assurer d'une invulnérable descendance. Au cœur du chaos, émergèrent des factions, des combattants liés par le sang, le chakra et les capacités. Leurs apparitions diminuèrent le désordre créé par les soldats indépendants – qui se rangèrent face à cette montée en puissance. L’accalmie permit aux Daimyos - anciennement terrassés par ce chaos, de reprendre leurs fonctions. Les frontières se dressèrent, scindant les nations divisées.



Le Deal du moment : -29%
Prix cassé sur le PC portable LENOVO IDEAPAD 3 ...
Voir le deal
499.99 €

PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : L'Art est une Explosion.

rédigé le le Dim 22 Mar - 17:36
Quête éphémère.


Spoiler:

L'Art est une Explosion.  3ajf

Zhàdàn est une Kunoichi solitaire - mais d'après certaines recherches, elle semblerait être native du berceau de la Roche...

Connue pour ses talents d'explosion, elle a dérobé les archives d'anciens Kinjutsu pour agrandir ses talents de ninja et devenir une bombe humaine. Galvanisée par l'idée d'une fin-suicide qui amènerait dans son étau, plusieurs gens, quoi de mieux que se rendre dans la Cité la plus prospère du continent - le Rōran ?

Si elle est battue, son inventaire pourra être dépouillé.

La foudre déchirait les nuages noirs de sa toute-puissante colère déchaînée, son éclat étincelant pourfendant sans vergogne les ténèbres nocturnes et le voile de nimbus obscurs masquant les cieux pour laisser exploser avec fracas la manifestation de sa fougue et de sa fureur. Un cosmos unique pour la Contrée du Vent, habituellement bercée d'une chaleur pesante. La colère se lisait sur le visage féminin tandis que l'averse n'avait de cesse de se déverser inlassablement sur cette nouvelle silhouette, apparue sur la ligne de l'horizon. L'androgyne n'avait d'autre choix que d'accélérer sans fin et de presser sa progression pour s'extraire au plus vite de ce temps de chien qui la mettait d'une humeur noire. Elle aurait tout donné pour se calmer les nerfs d'une quelconque manière. Bien entendu, le fait de pouvoir exercer son Art était le meilleur moyen pour se relaxer et d'évacuer la tension qui la pesait par sa magnificence ; seulement, sous cette pluie diluvienne, il était assez malaisé de trouver de quoi faire usage de ses talents esthétiques, ce qui tendait à accentuer encore sa tension déjà bien surélevée.

S'engouffrant vivement dans les cryptes aréiques qui jonchaient ce Sahara unique, Zhàdàn pesta silencieusement tandis que ses étoffes détrempées dégoulinaient de toute l'eau imprégnée, laquelle laissait un tracé humide dans le sillage de la créature rocheuse. Sa crinière lumineuse, elle aussi, n'avait pas manqué de subir la pénible averse qui avait perturbé le voyage bien amer.

Une heure dans le silence, et le temps dévoila à nouveau son soleil d'origine. Zhàdàn quitta l'intérieur de la grotte pour relaxer ses muscles sous l'hélianthe céleste. Elle releva légèrement la tête lorsque, dans le contre-jour, elle perçut l'approche d'une silhouette. La créature plissa légèrement les yeux pour tenter d'apercevoir les traits de son vis-à-vis...




Yûki Miku
Yûki Miku
Statut : Ex-Jônin • A
Expérience : 58

Feuille de personnage
Inventaire: 1 Katana - 1 Shuriken Fuma - 10 Senbons - 1 Onguent

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Mer 25 Mar - 12:11

  • Deux semaines auparavant, au "Croc de Fenrir".


Un ami de Miku était présent ce soir-là. Il s'agissait également d'un Shinobi Vagabond originaire du Pays de la Rivière. Cette connaissance rendait visite à son confrère Yûki assez régulièrement, généralement chargée de marchandises pour remplir un peu les réserves et procéder à quelques échanges... La contrée de la Neige avait peu à offrir, mais le peut qu'elle pouvait produire était en général assez intéressant à saisir ! Par exemple, les eaux froides de la région grouillaient de mammifères marins dont la graisse et la viande pouvaient se vendre assez cher. Visiblement, les deux hommes troquaient quelques bricoles au niveau du comptoir et discutaient autour d'une bonne bière.

- Tu comptes repasser dans combien de temps, Miku? On a fini de préparer du saké, les fûts partent comme des petits pains, alors faudrait te dépêcher si tu veux commander... ! Et tu devrais venir visiter un peu à l'occasion, pour voir s’il n’y a pas d'autres produits qui te tentent. J'suis assez limité pour les transports donc ce serait bien de voir un peu avec toi ce qui te plait pour préparer une livraison bien comme il faut.

Miku prit une gorgée de Bière avant de répondre à son collègue.

- Ce n’est pas la porte à côté quand même... Je vais devoir passer par toutes les petites nations pour arriver jusqu'à ton groupe... Enfin, ça me fera faire une bonne balade et sur la route je trouve souvent des marchands avec quelques bricoles. Et n'en dit pas plus, tu as parlé de fûts de saké, j'en suis, haha !

Les deux hommes rigolèrent un moment et le Vagabond reprit la parole pour ajouter quelques informations supplémentaires.

- Une fois dans le Pays de la Rivière, tu devrais en profiter pour aller voir un peu du côté de la Contrée du Vent. Ces types sont assez prospères à ce qui parait. Pour une bonne partie d'entre eux en tout cas... Mais leurs frontières sont très bien gardées donc j'te conseille pas de jouer au plus malin et de passer à un poste-frontière comme tout le monde.

Miku soupira légèrement avant de donner sa réponse.

- J'aimerai bien, tu sais... En dehors du fait que je déteste la chaleur, je ne suis pas vraiment dans une situation qu'on pourrait qualifier de favorable... Si les autorités me mettent la main dessus, il risque d'y avoir du grabuge. Et ça, ce n'est pas bon pour les affaires. Je n’ai pas toujours été un simple aubergiste hein... La Contrée de la Neige est suffisamment hostile pour éloigner les ennuis, mais si je commence à m'aventurer un peu partout... C'est déjà pas mal de faire tout ce chemin jusqu'à chez toi, déjà! J'ai l'impression que c'est à l'autre bout du monde !

- Tes soucis avec la Contrée de l'Eau...? Je doute que cela se propage jusque là-bas comme ça. Ok, on est tous des Vagabonds et on n’a pas toujours fait des choses extra... Mais s'ils pouvaient se passer de nous, il n’y aurait pas des missions et des missives qui nous parviendraient régulièrement. Même des grandes nations. Peu importe ce qui t'est arrivé dans la Contrée de l'Eau - et je ne veux pas le savoir, la Contrée du Vent n'en a probablement rien à fiche. Et crois-moi, ils ont l'air assez occupés entre eux, déjà... Alors, se mêler des problèmes des autres... Penses-y en tout cas, si jamais tu viens nous rendre visite. Ce serait bête de faire toute cette route et d'éviter la Contrée du Vent juste à côté !  

- J'y réfléchirai...

Les deux hommes trinquèrent à nouveau et bientôt, les clients quittèrent l'établissement un à un. Les Shinobis eux, continuait leur discussion de marchandises et leurs débats concernant les tarifs de tel ou tel objet. Miku avait vite pris le coup avec ces choses-là... L'ouverture de son auberge en bord de mer avait rapidement amené de nouveaux navires marchands et quelques contrebandiers. Rencontrer des contacts comme celui-ci était une belle opportunité... En plus de faire vivre son établissement, cela lui donnait également la chance de se faire quelques Alliés parmi les autres vagabonds. Toujours utile en cas de coup dur non ?


  • Aujourd'hui, à proximité du Ravin Perdu.


Miku avait fait de très bonnes affaires en route. Son sac de voyage était lourdement chargé. En passant par quelques petites nations et quelques villages qui bordaient la Contrée du Feu jusqu'au Pays de la Rivière, le Shinobi avait sélectionné quelques échantillons de produits comme des épices ou quelques denrées rares. Pour les plus gros objets, il avait simplement passé une commande en indiquant aux marchands à qui il pouvait faire confiance l'emplacement de son auberge. Le jeune Yûki n'avait pas oublié de vendre les mérites des pêcheurs de la Contrée de la Neige ! Cela permettrait sans doute de faire un peu de troc et d'éviter de gaspiller quelques Ryos. Une fois au Pays de la Rivière, Miku avait pu retrouver son contact et apercevoir cette fameuse production de saké. Après avoir discuté affaires une nouvelle fois, le Vagabond se laissa tenter par l'idée de visiter la Contrée du Vent. Son collègue avait accepté de lui conserver ses affaires afin de faciliter le voyage. Sans son sac à dos, cela serait déjà plus simple de se balader, surtout dans une région réputée très aride. Il pouvait faire confiance à son ami pour surveiller ses biens. Après 2 semaines environ de voyage, Miku se sentait bien plus léger sans toutes ses trouvailles...! Il priait pour trouver un moyen de transport pour le voyage de retour, mais pour l'instant, il partait à la découverte d'un autre coin du globe !

- Aride mon cul ouais... ! Non, mais sérieusement...

Un orage se déchainait sur la région. Il était très difficile de voir devant soi dans l'obscurité tellement le vent lui soufflait en pleine face. Les gouttes qui tombaient se mouvaient comme des grêlons de glace, frappant et cognant dans tous les sens sur le moindre centimètre carré de peau laissé à nu... Cette tempête était sacrément violente ! Les éclairs qui se déchainaient dans le ciel offraient par intermittence un peu de lumière pour l'aider à s'orienter, mais le sol devint rapidement boueux et la progression se faisait de plus en plus épuisante. Miku se mit donc en quête d'un abri le temps que le déluge passe. Arrivant à proximité d'un grand ravin et d'un torrent, le Yûki trouva une petite alcôve rocheuse sous laquelle on pouvait s'abriter contre la pluie et le vent. Il s'installa donc là, emmitouflé dans son manteau de voyage en attendant que le déluge passe. Le torrent qui se jetait dans le ravin était comme en ébullition. Les vagues frappaient la berge avec violence et le tout se déversait avec fracas au fond de la gorge rocheuse, faisant sortir le fleuve de son lit momentanément. Petit à petit, le jeune homme laissa le sommeil prendre le dessus sur ses sens... L'orage qui le perturbait un peu, les éclairs qui lui faisaient craindre le pire et le vent qui soufflait tout sur son passage n'avaient plus la moindre importance. Il s'endormit et ne se réveilla que quelques heures plus tard, aux premières lueurs.

Une fois réveillé, il put constater qu'effectivement la chaleur avait repris le dessus. Lentement, mais surement. La zone était encore sacrément humide, de nombreuses flaques jonchaient la route et le torrent avait toujours un débit important. Miku s'étonna de ne pas voir plus de végétation que ça, mis à part autour du fleuve qui parcourait le ravin. Visiblement, c'était la route la plus sure, au moins on ne manquait pas d'eau en passant par là. Le reste de ce pays était-il aussi sec et aride qu'on lui avait présenté? Vu ce qu'il venait de se ramasser sur la figure, il n'en croyait pas un mot... Enfin soit ! Une fois sorti de son alcôve il remarqua que ce qui s'apparentait à un poste-frontière n'était pas loin. Un genre de petit campement pouvant accueillir 2 ou 3 personnes et qui se trouvait à proximité de la route. Mince alors... Il aurait pu passer la nuit dans ce petit camp, au chaud, plutôt que sous son alcôve de pierre... ! Mais en pleine nuit le Yûki n'avait pas vu grand-chose à l'horizon, à cause de la tempête... Avec un seul œil valide, cela avait rendu la tâche de s'orienter correctement bien difficile. Heureusement pour lui, il ne s'était pas aventuré dans le Ravin. Il y avait bien quelques grottes visibles ci et là en contrebas qui auraient fait d'excellents abris, mais s'il avait progressé plus loin Miku aurait tout bonnement violé la frontière sans se faire contrôler. Il se souvenait parfaitement des avertissements de son camarade du Pays de la Rivière.


- Foutue tempête... Bon, et bien allons voir ça... !

Miku s'approcha tranquillement du poste-frontière. Il portait son katana à sa ceinture, son Fuma Shuriken était accroché dans son dos et ses autres équipements de Shinobis se trouvaient dans ses poches. Il ne cherchait pas à dissimuler son arsenal, mais il n'effectua aucun mouvement brusque non plus histoire de n'alarmer personne. Son sac de voyage était quasiment vide en prévision des achats qu'il pourrait effectuer dans les premiers marchés... Le Yûki n'avait donc rien de suspect sur lui qui aurait pu inquiéter les gardes. Miku s'arrêta à quelques mètres de l'entrée du petit campement et il annonça d'une voix assurée:

- Bonjour ! C'est bien ici le poste-frontière...? Je souhaiterais me rendre dans la Contrée du Vent. Je viens pour commercer et échanger... J'espère que vous êtes ouverts aux simples Vagabonds comme moi.  

Il entendit un peu de bruit dans le campement et le son de quelques pas dans sa direction. Il attendit patiemment, la main posée sur le pommeau de son katana.
Bunraku Nue
Bunraku Nue
Statut : Chûnin • B
Expérience : 69

Feuille de personnage
Inventaire: Senbon + Kunai + Abdomen de capture + Bouclier + Futagoza + Yagiza

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Sam 28 Mar - 23:53

l'art est une explosion


YÛKI



Je sens le fouet du vent et le sable coléreux, comme les bras d’une mère violente qui enlacent sans pénitences ses enfants et gardent jalousement leurs cadavres. L’habitude tourment, les crises thermiques qui frappent la contrée en météorites hebdomadaires, la beauté d’un océan minérale, ne me lassent pas. J’affronte, j’admire, avec une prudence naïve, mon berceau tombeau, je le garde jalouse absurde, le désert décide sans nous.

Les tranchées éphémères du sables se referment derrière mes pas et l’étoffe blanche qui protège ma peau danse comme une flamme nivéene affolée, se gonfle et se plaque contre mon corps mince, secret, cassant peut-être, nocif. La sinistre réputation des marionnettistes n’est plus à faire, mais quand pointe une corne les rats se bousculent, s’effritent et s’engouffrent, un spectacle émouvant de grotesque. C’est comme être la princesse des nuisibles dont les sujets s’écartent par respect tenaillé pour m’éviter de les regarder.

La frontière est irrégulièrement brodée d’abris stratégiques que l’escouade visite régulièrement, rudimentaires et ensablés, entourés d’étoffes déchirées qui portent, délavées, le symbole du pays du vent. J’atteint, escortée par la poussière, le poste du ravin. Une façade belle mais hasardeuse de la contrée, qui comme moi, cache la mort derrière son visage enjôleur dilué par des sourires arséniques.

La modeste bâtisse ouverte est tenue par des poutres métalliques, seules éléments véritablement solides, les planches qui la quadrillent, fragiles et en train de s’émietter, sont jonchées de mégots mutilés. Je peux quantifier l’ennui, la réflexion imaginaire, ses grondements, quand il arpente, comme j’arpente maintenant, et je manque, envie, ses lèvres autour d’un souvenir froid. Nous venons souvent ici après les nuits de tempête, j’aime l’atmosphère ivre, surchargée, du déchainement pressé.

Si le ciel est tranquille, c’est une silhouette inconnue, aiguë, qui ondule le long de la chaleur en ma direction. Point de manières, je ne m’apprêtes pas, je sens, cependant, que le rythme s’accélère, assez doucement, lancinant, mais j’accueille avec un rictus charmant, déstabilisant, l’unique pupille. L’or brille au soleil, sa main près de son katana, la mienne n’est pas si loin des parchemins.

« Tu es déjà au Vent, vagabond. » j’accuse ses armes : « As-tu peur ? »

J’avance, discrète menace, mon regard se découpe entre le tissu, mes mains bandés sont vides. J’aperçois derrière lui cette femme. Saturation, excitation, la nymphe mutilée apparait comme une martyre sur fond de soleil, je descelle une lueur inflammable et ainsi se met en place, aussi simplement, une tragédie qui respire la cendre.

« Qu’en est-il de ton amie ? » J’exulte la peur, jamais ne la redoute. « Quel genre de commerce puis-je vous proposer ? Je n’ai que quelques cauchemar à vous offrir … »  

Ma langue effleure ma bouche, siffle, je ne cache pas l’effervescence qui faiblement embrase mes organes. Curiosité fiévreuse transpire et je ne veux pas être déçue, j’espère que l’instinct ne trompe pas.

         
          Halloween
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Mer 1 Avr - 12:37
Elle observait, au loin, les silhouettes se rapprocher dans cet horizon sablé. Une cigarette inconsidérément positionnée à la commissure de ses lippes, elle l'alluma d'un claquement de doigt suffisant pour créer une étincelle. La magie de son arcane... Son entière attention était derechef rivée vers ces ombres méconnues. La tempête abaissa ses armes et elle se retrouva dans l'échine d'un homme bleuté. Devant eux, un Bélier langoureux s'étend comme un rempart. Zhàdàn fut crûment extriquée de cette contemplation par les cendres de sa clope, s'étant laissées choir, brûlant ainsi très légèrement sa peau cireuse. L'amertume lui vînt. Elle aspira une dernière fois - l'incandescente extrémité donnant naissance à une nouvelle volute de fumée, qui s'étiola lentement. La brûlée en aspira une bouffée, puis d' 'un geste nonchalant, se débarrassa du tabac. « C'est la période des marchés ouverts. J'ai quelques œuvres à présenter pour remplir mes poches. » Zhàdàn était méconnue du pouvoir – de quoi pouvoir intégrer les rangs telle une vipère silencieuse, sans éveiller les soupçons... Elle dépassa le garçon devant elle pour coller son épaule à la sienne, dénudant les imperfections de son faciès cauchemardesque. « Je suis habituée aux cauchemars... Avec une créature aussi délicieuse que toi dans ces derniers, je signe tout de suite. » Les courbes de la succube la submergeait par le flot tumultueux de ses délicieux songes. Ses pensées s'alambiquaient de manière anarchique au sein de son esprit, pour former une kyrielle non-intelligible.

Elle sortit un matricule boisé depuis sa poche. Un patronyme simple - qui n'offrait aucune information et un statut marchand. De quoi pédaler dans la brume pour vérifier l’identité fictive qu'offrait Zhàdàn et qu'elle avait dérobé à une artisane méconnue du berceau rocailleux.  « Je serais heureuse de sculpter les courbes de votre corps à l'argile, une fois que je serais installée. » La femme avança encore d'un pas qui vint éteindre sa mélodie dans la couche d'erg. Elle ne faisait plus attention au Shinobi dans son dos - son seul but étant d'endormir les soupçons pour entrer dans la capitale.
Yûki Miku
Yûki Miku
Statut : Ex-Jônin • A
Expérience : 58

Feuille de personnage
Inventaire: 1 Katana - 1 Shuriken Fuma - 10 Senbons - 1 Onguent

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Mar 7 Avr - 11:09
La personne qui semble en charge de la protection de la frontière se présente à lui. Cela étonne un peu Miku de voir une jeune femme dans cet endroit paumé, mais il savait bien qu'on ne jugeait pas un Shinobi uniquement sur son apparence. La prudence était donc de mise, il ne devait pas se montrer impertinent ou irrespectueux envers elle. Après tout, son seul objectif était de se rendre sur les différents marchés de la Contrée du Vent. Sa situation de vagabond ne le mettait pas en position de force si jamais un conflit éclatait. La jeune femme lui adresse alors la parole puis elle pose son regard sur son armement. Un questionnement légitime lorsqu'on rencontre un inconnu à la frontière. Miku ne se laisse pas abattre pour autant et préfère jouer la carte de la courtoisie avec elle. En engageant le dialogue il arriverait sans doute à apaiser ses craintes et peut-être qu'elle le laisserait passer.

- Ce n'est pas facile de s'orienter par chez vous... Je me suis momentanément égaré pendant la tempête. Ma vue n'est plus ce qu'elle était. Le jeune homme posa sa main l'espace d'un instant sur son bandeau à l'œil. - En effet je suis armé. Inutile de le cacher, j'étais un Shinobi autrefois. Aujourd'hui je ne suis qu'un Vagabond qui cherche à survivre comme il peut. J'effectue un peu de troc dans divers pays. Une demi-vérité puisqu’occasionnellement le Yûki arrivait à remplir quelques missions pour le compte d'un contrebandier ou d'un criminel notoire... Les choix n'étaient pas vraiment variés du côté des Vagabonds. Ces missions avaient pour but de lui apporter les fonds nécessaires au maintien de son auberge. Le marchandage et le trafic ne suffisaient pas toujours à arrondir les fins de mois.

- J'ai cru comprendre que les marchés de la Contrée du Vent sont sans pareils. J'aurais aimé en avoir le cœur net, mais si vous émettez la moindre réserve à mon égard, mademoiselle, je retourne d’où je viens. C'est aussi simple que cela.

Accompagnant sa dernière remarque d'un sourire sincère, Miku espérait vraiment qu'on le laisse passer. Mais une nouvelle arrivante venait perturber leur discussion... Le Yûki vit le regard de son interlocutrice se perdre par-dessus son épaule, elle l'interrogea donc sur cette inconnue. Visiblement, elle n'apprécie pas cet attroupement plutôt anormal à son poste-frontière et son regard semble se durcir un peu. Miku se retourne, voyant effectivement qu'une nouvelle personne s'approche. Il s'adresse donc rapidement à la garde-frontière, levant légèrement les mains - notamment de son arme, en signe d'apaisement.

- Je suis venu seul, je vous l'assure. Je ne connais pas cette personne, elle a dû s'égarer également pendant la tempête...

Miku recule de quelques pas, se tenant à une distance respectable de la garde-frontière. La nouvelle venue s'approche, cigarette en bouche. Visiblement cette femme cherchait à se rendre aux marchés. Des œuvres à présenter ? Cela piquait légèrement la curiosité du jeune homme... À peine avait-il eu le temps d'ouvrir la bouche que la femme le dépassa pour s'approcher de la garde-frontière. Il voulut émettre une plainte, mais son regard se posa sur son visage marqué par des brûlures. Était-ce vraiment une artiste...? On retrouvait ce genre de blessures plus souvent chez des combattants que chez des artisans... Enfin... Peut-être qu'elle avait été prise entre deux feux, plus jeune... Miku fit au mieux pour ne pas s'attarder sur le visage de la nouvelle venue. Il savait que cela pouvait être sacrément déplaisant d'être épié de cette manière, ses clients le regardant assez étrangement dans son auberge quand il retire parfois son bandeau à l’œil.

Miku resta silencieux, mais pas moins choqué en entendant la réponse de cette inconnue à la remarque du garde. Elle lui faisait de la drague ou quoi ?! Créature délicieuse...? Le Yûki secoua la tête pour se retirer cette image de la tête. Les joues légèrement roses, il écouta ce que l'inconnue avait à dire tandis qu'elle sortait un matricule en bois pour se présenter au garde. Elle sculptait vraiment avec de l'argile...? Cela le rendait assez curieux sur le sujet. Lui-même s'essayait parfois à cet art, bien que cela soit extrêmement plus compliqué avec de la glace. Elle a vite tendance à se briser si l'on ne fait pas suffisamment attention.


- Des sculptures en argile ? Vous devez être sacrément douée, ça doit pas être simple... Si vous vous rendez également au marché, j'aimerais beaucoup voir cela. Vous êtes une artiste ?

Miku reposa machinalement sa main sur son katana, observant les deux femmes avec un réel intérêt pour ce que la nouvelle venue venait de dévoiler. Ce qu'elle avait dit sur les sculptures l'intriguait vraiment. Il ne savait pas ce qu'il pourrait bien en faire s'il en achetait une, mais cela lui ferait probablement un souvenir de voyage. Combien de fois on lui répétait que son auberge manquait de décoration... Peut-être qu'elle aurait de quoi contenter un peu ses clients ?
Bunraku Nue
Bunraku Nue
Statut : Chûnin • B
Expérience : 69

Feuille de personnage
Inventaire: Senbon + Kunai + Abdomen de capture + Bouclier + Futagoza + Yagiza

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Dim 12 Avr - 15:57

l'art est une explosion


YÛKI



L’échiquier en désordre démange mes doigts, les harcèle d’une étincelle méfiante, certainement pas prudente, et je sens, l’augure de la chaleur monter au même rythme que la courbe du soleil. L’avalanche des mots fades me bouleverse en sens inverse, je pense à toi - je ne pourrais pas en guérir - je regrette nos conversations muettes belles substantielles, comme rencontrer son reflet pour la première fois, sans cesse.

Les gravas locuteurs m’éraflent à peine mais m’arrachent le sourire politique d’une embuscade en compliment quand elle minaude l’incendie, comme lorsque je m’enroule autour d’une bouche qui veut trop parler. Si je m’éprends des secrets tactiques, ma gourmande curiosité déclenche boulimique l’impérieuse pulsion de découvrir son vice. Quant au cyclope je le regarde banal mais le soupçonne rare, camouflé dans une chrysalide courtoise aiguisée qui me tente d’ouvrir.

Les deux négociants mutilés s’attardent docilement, s’épanchent en explications que je pourrais croire au juste prix d’une information tactique, d’un secret égaré dans leurs errances chroniques. J’interprète ici un rôle secondaire, celui d’un rempart corrompu qui devrait protéger une frontière et l’assise paresseuse des Sabaku, feindre une loyauté absurde quand je sais, la certitude lorsque le rideau est tombée sur tes yeux, que je serais la seconde sacrifiée.

« Le vent échange et murmure des mystères étrangers, qu’avez-vous à me raconter qui vaudrait la poursuite de votre route … mercantile ? »

Mon regard haletant comme celui des rapaces noirs volant au dessus de nos silhouettes alléchantes se pose sur le matricule de l’artiste et je siffle « Tu n’es pas timide, qu’attends-tu pour nous dévoiler ton art ? »  

Je ricane, l’art est une noblesse effrontée que je traîne à genoux dans la boue. Quand l’ébène prend forme en créatures cauchemardesques, n’est-ce pas de l’art certains dirait, pour moi, seulement des fantasmes satanés, articulés.

Ricoche sur sa main mes pupilles distraites, le borgne prudent ou nerveux agrippe la gaine de son sabre comme on tire sa couverture. « Quel est ce clan que tu as abandonné, vagabond ? » Shinobi prétendu d’autrefois révèle moi tes secrets évadés.

         
          Halloween
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Mar 14 Avr - 9:33
Les banalités d'un dialogue... Zhàdàn pensait avoir réussi ces convenances incessantes en s’isolant, perfectionnant son art à l’abri des regards insidieux - comme un anachorète. La solitude était un drap dans lequel elle se plaisait à s'enrouler. Son art ne pouvait s’apprécier qu’une fois. C’était ce moment que la jeune artiste essayait de capter, ce flash lumineux, cette seconde précise où l’explosion retentit, où le corps est déchiqueté par le souffle, cette peau qui fond, ces os qui se brisent… Comment le cerveau pouvait réagir ? Sa perception, étirait-elle le temps au maximum, cherchant désespérément à profiter de ces derniers instants de conscience ? Ou au contraire, s’éteignait-il rapidement, succombant à la douleur ? Cette question obsédée la jeune depuis qu’elle avait assisté à sa première explosion. Qu’avait ressenti les victimes ? C’était cette interrogation qui l’avait tenu éveillé durant son enfance et aujourd’hui, elle était proche du but, proche d’enfin trouver la réponse. Ce n’était pas ces shinobis de seconde zone qui allait l’empêcher. Et si elle devait faire semblant d’être cordiale, elle le ferait. « Grâce à vous, je vais pouvoir savoir quel prix je vais pouvoir en tirer. Vous êtes plutôt complaisante pour une gardienne des cauchemars. Mais honnêtement, j’aurai préféré que vous soyez une vilaine fille. »

Un petit clin d’œil avait accompagné cette déclaration. Ces pensées n’avaient jamais modifié la structure de son visage, figé en ce sourire sympathique. La faussaire porta doucement, sans mouvement brusque, ses mains à son sac, sortant une statue d’une héroïne connue du pays de la Terre. Elle était venue d’elle-même à ce poste frontière, évidemment, elle avait préparé tout ce qu’il fallait. La sculpture mettait évidemment l’accent sur les courbes féminines de la guerrière. Nous étions toujours dans un monde dominé par les hommes et pour vendre une héroïne, il fallait la rendre désirable, atteignable pour les pauvres mâles. Zhàdàn n’avait jamais eu la moindre attache a ce genre d’ « œuvre ». Ces choses n’avaient pas d’âme contrairement au souffle de l’explosion. C’était simplement de petites figures qu’elle produisait en série pour pouvoir lui permettre de s’acheter son maigre souper. Toute sa vie était vouée à l’art et à la recherche de ce moment et à sa compréhension. « Vous me semblez bien nerveux, jeune homme. Peut-être devriez-vous des bordels de Roran pour vous détendre et relâcher toute cette pression. Peut-être même qu’on pourrait s’y retrouver… » Un petit gloussement à moitié timide était sortie de ses lèvres. Passer cette poste-frontière représentait sa chance d’atteindre son objectif final, le paroxysme de son existence, le but de sa vie. Ce n’était qu’un petit obstacle sur la route qui la mènerait à la jouissance ultime. Si elle devait séduire deux-trois crapauds pour atteindre ce moment de plaisir intense et inégalé, ce ne serait pas un problème. La jeune femme avait déjà sacrifié bien plus par amour pour son art.

Yûki Miku
Yûki Miku
Statut : Ex-Jônin • A
Expérience : 58

Feuille de personnage
Inventaire: 1 Katana - 1 Shuriken Fuma - 10 Senbons - 1 Onguent

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Jeu 16 Avr - 15:34
Visiblement, la garde-frontière ne semble toujours pas disposée à les laisser passer. Plus la situation évolue, plus Miku se demande si c'est une bonne raison d'insister... Après tout, il avait déjà pu visiter quelques marchés des petits pays traversés jusqu'ici. S'il devait rebrousser chemin, après cette tempête cela n'allait certainement pas le ravir, mais il comprendrait néanmoins les inquiétudes de la douanière. La jeune femme leur demanda alors qu'est-ce qui pourrait justifier qu'elle accorde son aval aux deux vagabonds... Elle se tourna d'abord vers l'artiste qui décida de leur montrer l'une de ses œuvres. Une figurine de guerrière, dans une posture assez vulgaire, assez dénudée... Miku soupira d'ennui en voyant cela. Cela ne valait pas mieux que les vendeurs à la sauvette qui essayaient de refourguer leurs merdes bon marché. Elle se considérait comme une artiste avec ce genre de choses...? Elle semblait douée pour provoquer et titiller un peu les gens verbalement, mais pour ce qui est de la sculpture le Yûki avait de sacrés doutes. Cela faisait vraiment "fabrication en série" pour les pervers du coin.

- C'est... C'est assez vulgaire quand même... Vous avez vraiment des gens qui paient pour ça ?

Miku semblait réellement déçu... Il s'attendait à de véritables sculptures, des représentations de personnages célèbres ou d’œuvres littéraires, voire des créations originales qui feraient vraiment ressentir quelque chose. Mais là, à part faire baver quelques vieux crevards, il ne voyait pas l'intérêt de ce genre de choses. L'inconnue lui rétorqua alors qu'il devrait sans doute se détendre dans un bordel pour évacuer toute cette pression. Le summum du ridicule fut atteint lorsqu'elle suggéra qu'ils pouvaient s'y retrouver tous le deux. Rouge comme une tomate, Miku laissa échapper pleinement son exaspération et sa colère.

- De... De quoi ?! Non, mais je rêve ! Et vous prétendez être une artiste ? Allumer les gens avec vos petites statues et vos gloussements de poule, ça prend pas avec moi !

Le jeune homme gardait toujours la main sur son sabre. Plus elle déballait ses conneries, plus il trouvait ça louche. La façon qu'elle avait d'aguicher la garde-frontière puis lui... Petit à petit, Miku se disait que rebrousser chemin n'était pas si mal en fin de compte. Il trouverait sans doute un autre poste-frontière où il n'aurait pas l'impression de converser avec des cinglés... Tout ce qu'il voulait, c'était marchander un peu. Pas subir des interrogatoires ou se faire draguer de la sorte !

La garde-frontière lui posa une nouvelle question. Elle souhaitait savoir à quel clan il avait appartenu. La réponse n'allait pas vraiment leur plaire... Son clan était déjà chassé sur une bonne partie du continent, il ne voyait pas en quoi se confier à ces deux personnes allait faciliter sa traversée. Il préféra rester vague et n'apporter aucune réponse concrète.


- Aucun clan en particulier... Mes parents étaient des mercenaires, je l'ai été aussi. On vendait nos services aux plus offrants. Désormais, je me contente de tenir ma propre boutique et je troque quelques marchandises régulièrement. J'ai suffisamment roulé ma bosse pour éviter d'avoir à me battre constamment.

Miku fouilla un instant dans ses poches, abaissant sa garde en relâchant son arme. Il avait bien dû garder quelque chose de ses achats récents... Après quelques secondes de fouille, il sortit deux flacons d'épices, un sachet de riz, une fleur séchée et une fiole de saké. Il n'avait pas grand-chose du fait que son sac était resté chez son contact. Est-ce que cela suffirait ?

- Du riz du pays de la rivière, avec une nouvelle cuvée de leur saké. Des épices de la contrée du feu et du pays de la cascade, une fleur des montagnes rouges qui bordent votre contrée... Une fleur assez rare, d'ailleurs. Très recherchée en médecine pour contrer certains poisons. Eeeet là-... Miku sortit un autre petit pochon d'une des poches de son pantalon. - Une poudre de feu d'artifice... Du pays de la pierre. J'étais bien trop chargé à l'allée donc j'ai laissé mes marchandises à mon dernier point de chute. Ces quelques échantillons devraient me suffire à faire quelques échanges sur vos marchés. Pour le reste, j'ai suffisamment de ryôs afin d'acheter ce qui me plait.

Le jeune homme déposa les quelques échantillons à proximité de Nue, sur un petit tabouret près du feu de camp, afin qu'elle puisse les observer si elle le souhaitait. Après tout Miku n'avait pas caché ses origines de Shinobi. On pouvait très bien penser qu'il dissimulait d'autres armes ou quelques pièges.

- Je suis sur la route depuis plus d'une semaine, alors honnêtement, si vous avez des doutes ou quoi que ce soit... Dites-le franchement. Je m'en irai sans faire d'histoires, vraiment.

Si Miku s'était tout d'abord montré assez discret quant aux origines de son clan, là il ne pouvait pas être plus honnête dans sa démarche. Ce contrôle s'éternisait, le Yûki faisait tout pour rester un minimum patient et poli, mais il en avait déjà marre de l'autre aguicheuse d'artiste... Si la garde-frontière ne le sentait pas, il rebrousserait chemin, tout simplement. Après son long voyage, le Vagabond avait déjà trouvé bon nombre de marchandises. Il passerait dans la contrée du vent une autre fois.

Spoiler:

Bon PNJ ! L'Art est une Explosion.  4111536195 C'est quand qu'elle allume ses bombes, la Deidara? Au lieu de m'allumer moi L'Art est une Explosion.  944218315
Bunraku Nue
Bunraku Nue
Statut : Chûnin • B
Expérience : 69

Feuille de personnage
Inventaire: Senbon + Kunai + Abdomen de capture + Bouclier + Futagoza + Yagiza

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Ven 17 Avr - 1:10

l'art est une explosion


YÛKI



Leurs prières incomplètes vibrent et dissonent suraiguës, en même temps siffle le vent qui me rapporte une tempête récidiviste et ma patience qui s’égraine et s’embrase sur leurs étincelles mensongères. La malchance les désigne, si mes doigts commandent avec aisance mes poupées d’épouvantes, ma langue bifide manipule les simagrées autant qu’elle peut les apprivoiser.

Mon dévolu se jète sur la statue d’argile aux courbes alléchantes, j’effleure lascivement sa paume pour inspecter de plus près l’oeuvre que rouspète l’outrager éborgné. Elle supplie le châtiment aux griffes du Sphinx immobile et refuse la taxe de ses mystères, qu’il en soit ainsi : je joue.

La terre frémit invisible au creux de ma main et ma langue fourchue fréquente le bord de mes lèvres, salivant l’odeur argileuse qui s’associe avec un fuseau électrique. Un sourire fend mon visage opalin et je lâche la pathétique idole qui s’écrase sans bruit à nos pieds.

« Je t’en donne une tombe anonyme au milieu du désert, la chaleur et sécheresse du sable conservera ta peau, tu resteras resplendissante. »

La conflagration de sa chair affine mes suspicions et j’éveille avec une prudence convulsive mon chakra, prête à échanger mon corps au refus de sa sculpture inflammable.

« Ta liste de course ne m’intéresse pas vagabond. Je n’apprécie guère le mensonge mais si tu veux fuir, fais le maintenant. »  

Les dunes s’étalent comme un océan et me sépare de toute opportunité de trouver un soutien dans le cas où cet acteur révèlerais un mauvais jeu. La certitude interdite, l’indignation chaste du camelot prévoit qu’il n’est pas allié à la blonde abîmée.

Au soupçon d'une entrevue éclatante avec les pièces arrivées à bout d’indulgence, je me languis de ce gout funeste qui s’accroche à mes papilles.

Nue:
Nue est un ninja senseur ce qui lui permet de déceler le doton ayant permis de modeler la statue, le raiton est plus une sorte de pressentiment qui fait sens avec la brûlure de Zaza. Elle est habituée à ces natures de chakra mais ne peut pas affirmer à 100% qu'elle maitrise le Bakuton.
Elle sait que Miku ment (#charisme).


         
          Halloween
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Sam 18 Avr - 15:52
Le temps se figeait dans le cadran. Rien ne semblait avancer, la succulente créature restant de marbre devant ses frontières. Une vraie cerbère... Zhàdàn observe, en silence, les murs de kaolin et de sable dans l'échine féminine. Plusieurs créatures veillent à la prospérité de la cité, leurs yeux rivés sur les deux ombres. Cet homme commençait à ralentir la propagation du virus d'Iwa et suscitait les doutes divers. Rangeant son argile dans le creux de son coccyx, où une besace était posée de manière lasse. L'idole d'argile rejoint leurs pieds, en fragments – peut-être le signe que cette chimère démoniaque subirait le même sort très vite. Elle approche, d'un pas, puis d'un second, rapprochant leurs peaux. La sienne était étonnement froide, et d'une teinte blafarde – comme si un puissant poison meurtrier coulait dans ses veines et intoxiquait tout son être. Elle a dans ses beaux yeux la froideur et son empire ; aussi tout s‘ennoblit sous son regard ensorceleur. Face à cette grâce, on ne peut faire qu'admirer et sentir trembler son cœur. L‘orgueil fuit devant elle et sa toxicité reluit depuis ses chairs. Quand sa bouche épanche un sourire, Zhàdàn rompt la dernière distance qui les sépare. « Tu comptes danser avec moi, toute la journée et nuit, à l'orée de tes frontières ? Ouvre-moi les portes de ta cité et de ton âme. » Elle fait mollement reculer la créature onirique jusqu'à ce que ses omoplates épousent l'orée des frontières. Zhàdàn déposa sa main prêt du visage obscurci par cette masse noirâtre qui bordait ses épaules ; « Et ce soir, je t'offrirai un repas. Tu me feras découvrir les saveurs du Rōran. » Sa voix soulignait bien plus. Un second Bunraku dressa son bras pour dessiner une ombre sur le désert et éveiller la marionnette toxique. « Tu ne vas pas rester plantée toute la journée, si ? Soit tu ouvres les portes, soit tu notifies un problème. »

Zhàdàn se recule, une main sur ses cils pour apercevoir la silhouette. La tension commençait à monter – tant mieux. Ça pousserait peut-être la nymphe à prendre une décision rapide. Elle ne témoignait rien, son corps restant interdit et son faciès intact. Une reine de la manipulation – qui d'une certaine façon, était également joueuse de marionnettes. Les humains sont de délectables pantins ; tant qu'on sait sur quels fils tirer. « Mon but n'était pas que tu sois réprimandée. » Elle redresse son matricule en direction des Bunraku qui plissent leurs iris pour lire les informations avant de retourner prêt des mécanismes. Lentement, ils s'activent pour dévoiler l'horizon d'une cité dorée...

Spoiler:
Zhàdàn, possédant 5 en charisme, n'éveille aucun soupçon. Les portes s'ouvrent doucement. Deux options s'offrent à Nue ; laisser passer la Shinobi qui présente correctement et dont toutes les informations coïncident...
Ou alors lui refuser l'accès ; qui n'aurait aucune rationalité, qui va dans le sens-contraire des autres protecteurs frontaliers ; sachant que plusieurs marchands viennent vendre leurs items et objets lors des grands marchés printaniers.
Yûki Miku
Yûki Miku
Statut : Ex-Jônin • A
Expérience : 58

Feuille de personnage
Inventaire: 1 Katana - 1 Shuriken Fuma - 10 Senbons - 1 Onguent

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Dim 19 Avr - 17:12
La garde-frontière fracasse la statue d'argile au sol. Visiblement, cela ne lui plait pas non plus. Aurait-elle descellé quelque chose en particulier sur cette "œuvre d'art" particulière...? Difficile à dire vu que Miku n'avait pas souhaité s'approcher ou toucher cette chose... Quoi qu'il en soit, le comportement aguicheur de la nouvelle venue n'arrêtait pas d’éveiller ses soupçons. Elle semblait prête à tout pour passer la frontière. Cela n'empêche pas Nue de lui répondre sèchement, lui faisant clairement des menaces. Miku observe donc en silence, sa main toujours prête à saisir son arme si le besoin s'en faisait ressentir. La tension est clairement palpable du côté de la Bunraku. Lorsque la garde se tourna vers le Yûki, ce fut pour se montrer tout aussi sèche avec lui. Elle ne semblait pas avoir apprécié ses mensonges sur ses origines et son clan.

- Le mensonge ? Puisque je vous dis que je ne fais que marchander un peu partout... ! Punaise, vous faites la paire vous deux...! Entre folles c'est incroyable que vous n'arriviez pas à vous entendre non plus ! Pas de soucis, je ramasse tout ça !

Miku récupéra les quelques échantillons qu'il avait présentés. Il les rangea dans les quelques poches que lui offrait sa tenue. Il recula ensuite de quelques pas, pour observer l'inconnue s'avancer vers Nue. Elle se rapprocha de plus en plus de la gardienne, lui proposant un repas et bien d'autres choses... "Ouvre-moi les portes de ton âme" ? Bweah ! Le jeune homme afficha une mine outrée devant son attitude cavalière. Elle ne lâchait pas l'affaire celle-là?! D'abord elle propose un séjour dans un bordel et maintenant elle fait du gringue à la garde-frontière? Elle a vraiment un souci celle-là... Faire ça avec des inconnus, non mais franchement... Si cela avait été plus subtil de sa part, Miku aurait pu croire qu'il s'agissait d'une Kunoichi en mission d'infiltration. Mais vu la grossièreté de son approche, il se disait qu'elle avait juste le feu au cul.

Un autre garde - probablement un marionnettiste aussi, leva le bras pour faire signe à leur surveillante. Apparemment, le contrôle prenait bien trop de temps et cela agaçait ses collègues. Après tout, elle n'avait rien contre eux ! Rien ne justifiait qu'on leur bloque le passage. Même si le jeune homme avait menti sur ses origines, cela ne la regardait pas. Il avait été on ne peut plus honnête dans sa démarche, montrant qu'il était bien un marchand itinérant ne cherchant qu'à faire des affaires. Qu'il soit origine du clan Yûki, qu'il soit recherché mort ou vif par la Contrée de l'Eau... Miku ne voyait pas en quoi dévoiler ces informations l'aiderait à franchir la frontière. Ignorant les relations entre les deux contrées, le vagabond préférait éviter d'en parler au risque d'avoir encore plus de problèmes.

L'artiste présente son matricule afin qu'on lui ouvre les portes. La garde-frontière semble un peu désemparée, désormais. Si lui ne passe pas, l'inconnue, elle, semble en bonne voie pour pénétrer dans le territoire la Contrée du Vent. Il lui vient alors une idée un peu saugrenue, mais qui pourrait peut-être fonctionner et la mettre en confiance. En plus de cela, elle pourrait peut-être lever le doute qu'elle avait sur l'autre jeune femme. Miku s'approche un instant de Nue et lui adresse quelques mots, suffisamment bas pour que seule elle puisse l'entendre.  


- S’il vous reste le moindre doute... Pourquoi ne pas nous fouiller ? Si vous trouvez le moindre truc louche, vous pourrez les conserver ici, non ? En plus de ce que je vous ai montré, j'ai mes armes. Mais elle, à part sa statue obscène... J'suis le seul à trouver ça louche, la manière dont elle essaye de vous aguicher ? En tout cas je suis le seul à avoir vidé complètement mes poches.

Le jeune homme recula de nouveau, pour se mettre à une distance respectable des deux jeunes femmes. Miku étant assez exaspéré que cela prenne des plombes pour pouvoir passer un vulgaire poste-frontière, il ne mâcha donc pas ses mots en s'adressant à l'artiste qui attendait que les portes soient ouvertes. Il parla suffisamment fort pour que tout le monde puisse entendre, y compris les gardes qui ouvraient la porte.

- Eh...! "Ma Belle"...! T'as quoi dans ta besace, sinon? Y a que tes statues obscènes ou y a autre chose ? J'espère que t'as ta crème solaire en tout cas. Visiblement y a un côté qui en aurait bien besoin. Malheureusement, ça règlera pas ton problème de feu au cul pour autant !

Il mima quelqu'un s'étalant de la crème solaire sur la joue, restant néanmoins à bonne distance de Nue et de l'artiste. Une main sur la joue, l'autre sur son katana... Le Vagabond attendait une réaction. Celle des autres gardes ne se fit pas attendre en tout cas, car l'un d'eux ricanait assez méchamment. Ce n'était pas son genre de s'attaquer comme ça au physique, mais en dehors de sa marque de brûlure, la tronche de l'artiste ne lui revenait pas. Il n'avait clairement pas apprécié ses allusions sur le bordel et la garde-frontière aussi froide que son Hyoton lui tapait un peu sur le système. Miku étant plutôt du genre réservé et poli à la base... C'était assez drôle de le voir aussi vulgaire, tout à coup. Les mercenaires et contrebandiers de sa contrée commençaient à déteindre sur lui...!

Arbitre
Arbitre
Expérience : 4

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Jeu 23 Avr - 11:42
    Il reste 3 jours à @Bunraku Nue pour répondre à la quête avant que cette dernière disparaisse dans les limbes désertiques...
PNJ
PNJ
Expérience : 273

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le le Mar 5 Mai - 8:27
Quête abandonnée.


Récompenses : +3 XP chacun.
+ 2 parchemins explosifs.
Contenu sponsorisé

Sujet : Re: L'Art est une Explosion.

rédigé le
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
(©) ALL RIGHTS RESERVED, DO NOT COPY OR REPRODUCE THE DESIGN.