AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Sam 23 Avr - 21:59
Matsui Yue

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent.
Yue | Ginshi
La voûte céleste, teintée aux nuances de la fumée s'était éclaircie par-dessus leurs pas et la chaleur vint les étreindre, faisant suffoquer Yue. L'ardeur de l'atmosphère était étouffante, resserrant son étau flamboyant autour de leurs deux corps. L’hélianthe alanguissait son épiderme de parasite lumineux, affectant sa chair fragile. Sous un soupir, la Matsui enveloppa sa peau opaline des étoffes de soie. L'insigne de son clan pourfendait les steppes, une énième fois. Hasanoke éternisait ses foulées dans ce limon maudit, au travers de cet organisme qui n'était pas le sien. Les jambes de la Kunoichi suivaient le rythme dévorant de ce sable qui s'enfouissait sous ses pas et qui forçait l'épéiste à approfondir sa marche. Ses muscles, teintés de quelques troubles amers, étaient encore bercés par songes odorants dans lesquels elle s'était irriguée. À chaque battement, une douleur aiguë s’étiolait dans son esprit, renvoyant l'image de cette nymphe ténébreuse et flamboyante, la nymphe aux mille saveurs brumeuses qui s'était éteinte dans les scintillements de la haine. Une aura sanguinaire libéra son âme, et les précédents sceaux s'évaporèrent sous son poignet. La pluie divine avait marbré son corps d'une constellation de gouttelettes qui furent aspirées par les bourrasques sèches. Ses cheveux d'ébène dansaient les plaines arides, ses mèches d'opale devenant des œillères aux environs. Le blanc, cette teinte chimérique était en proie de cette malédiction qu'elle avait effleurée dans son enfance et rappelait à la Jônin la silhouette méprisante de son géniteur. La femme rabattit ses paumes en arrière, décoinçant l'épingle ambrée pour relâcher sa chevelure qui bondit dans son échine tel un fauve sombre.

« Ne cherche pas à me perdre, bête sauvage. Ou la souris saura se transformer en scorpion. »

Un sourire s'esquissa sur ses lèvres avant d'aussitôt disparaître, laissant apparaître une énième fois son faciès placide. Son regard côtoyait son coude et elle relâcha un grognement. Sa taille était devenu un réel handicap face à ce colosse des dunes. Yue se logea dans son occiput, profitant de la grandeur de son ombre. Il lui était surprenant d'être bordée par de telles températures, elle qui avait seulement connu les violentes tempêtes balayant la surface de Mizu no Kuni, balafrant la roche de profondes vallées et sculptant des rivages escarpés dans les vertigineuses montagnes qui se dressaient conquérantes jusqu'au ciel. Jamais le soleil éblouissait Kiri. Et pourtant, aujourd'hui, une créature de la brume était suivie par cette lumière céleste.

L'éphèbe d'argent attira la dame des eaux jusqu'à une ville effervescente, perdue dans les landes granuleuses à l'esthétique cossue. Plusieurs silhouettes reflétaient sur les murs des boutiques luxuriantes, vêtues en vêtements civils. La demoiselle engloba la zone de son regard bicolore, relâchant un gémissement de béatitude. La Matsui allait pouvoir faire taire ce tourbillon qui ankylosait son estomac déserté. Ses pieds foulaient les dalles blanches, et sa tête pirouettait sur les vitrines qui offraient plusieurs menus.

« Je ne sais pas si tu arrives à t'asseoir sans taper le plafond, mais j'ai envie de goûter aux mets locaux. Sinon tu seras obligé de te traîner mon corps anémié. »

Yue pénétra une échoppe « aux Sables Chauds ». Son physique sortait de l'ordinaire. Ici, les habitants étaient pourvus de cheveux aux teintes flamboyantes et aux peaux halées. La physionomie glacée, ses iris aux nuances aciers témoignaient du froid qui l'habitait elle et sa nation. L'épéiste aborda la femme qui se tenait à l'arrière d'un comptoir, développant une commande qui englobait aussi un plat pour Ginshi. Elle ne connaissait ni ses goûts, ni ses appétences, mais c'était son budget qui en pâtissait ; alors autant décider des vivres qui viendraient ondoyer dans son œsophage.

Les deux entités aux antipodes se faisaient face, accoudés sur une table bistrée, leurs commandes parsemant le bois. Elle avait opté pour une spécialité provinciale, du poisson séché accompagné de gingembre pourpre. Entre leurs prunelles, se tenait une fiole d'alcool où se recourbait un reptile. Yue arqua un sourcil, effleurant le verre, peu sûre des protéines qui devaient graviter dans ce fluide tassé.

« Ton clan... Qu'avait-il de différent pour qu'un de ses membres attirent Hasanoke dans ses filets, à tel point qu'elle en vienne à balayer ses origines ? »

Était-ce cette grandeur ? Ces muscles saillants ? Ces bras veineux où il était aisé d'examiner ce parcours marbré ? Elle redressa son faciès pour le tenir devant le sien. Il était loin d'être une créature chimérique dont le pouvoir défiait le temps et l'univers matériel. Il n'était qu'un homme et son reflet d'antan aussi. La Matsui respirait l'atmosphère chaude et sèche de cette autre nation, parfumée de fragrances épicées venues de terres lointaines et de contrées encore à découvrir. Le paysage stérile des dunes éloignées était visible aux travers des carreaux de la bâtisse, et la paume appuyée à sa joue, la Kunoichi perdait sa vision. Cette puissance et ce savoir avaient traversé les âges, transmis par l'intermédiaire de ce psyché, et à présent, ce fardeau et cet honneur lui étaient offerts en don. Cet héritage se matérialisait en cet être argenté.

« Je me sens perdue. D'après ma nation, il était annoncé que je trouverais des réponses en ce temple. Mais au final, j'ai une myriade de questions sans pouvoir y répondre... Pourquoi étais-tu sur mon chemin ? Le hasard fait bien les choses. Et si j'avais repoussé ma traversée à un jour supplémentaire... Peut-être que tout aurait été différent. Quant à toi, que cherchais-tu dans ce temple d'antan ? »

Il semblait, lui aussi, confus. La Kunoichi fit glisser l'alcool grisant dans leurs verres respectifs avant d'approcher la porcelaine de ses commissures désireuses. Une légère fumée rosâtre s'en dégageait. Ses lèvres rencontrèrent la mystérieuse boisson qui fermentait au cœur du cristal. Elle lui brûla la gorge, mais lui procura un plaisir intense. Yue connaissait bien ces liquides corrosifs pour le foie mais envoûtants pour le palais. Ce philtre caustique anima ses sens, offrant une énième étincelle à ces yeux. Ces braises ardentes qui vous brûlaient quand elles avaient le plaisir de se poser sur vous.

Messages : 77
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
57/750  (57/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Lun 25 Avr - 21:52
Senjūrō Ginshi

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent
.



L'homme du désert avait construit un village aux antipodes de sa nation. Seul son emplacement l'affiliait au pays du vent tandis que le reste n'était que mixité. Le limon jaunâtre l'entourait et pénétrait seulement les abords tandis que des dalles de bétons délimitaient la zone habitable. Le monde civilisé coupé du monde sauvage extérieur, un bien grand paradoxe. L'astre solaire de nouveau au-dessus du pays, marbrait d'ombres le béton scindant les rues. Les façades de bois et de terres molles permettaient des constructions solides et étaient un bon isolant pour les rayons solaires. L'intérieur des habitations restaient frais et agréable. Les touristes ne risquaient pas de mourir de suffocation. Ce petit village frontalier était principalement animé par les touristes mais également les nombreux marchands qui y voyaient en cette zone, leur apport principal d'argent. Là où les cultures se mélangeaient, des bénéfices y étaient à faire. Qu'il soit question de restauration et même de souvenirs divers ou bien d'accoutrements atypiques, qu'importe la boutique, les clients étaient abondants. Tout cela donnait un goût amer dans la bouche du jeune borgne. Toutes ces avancées, tous ces rassemblements, tout cela le répugnait au plus haut point. L'être humain se développait bien trop vite et se relevait bien trop tôt après une guerre titanesque. À cette allure, la nature ne prendrait sans nul doute jamais le dessus. Il allait être de plus en plus compliqué de la protéger.

Il souriait sous les blagues vaseuses de la kunoichi qu'il accompagnait. Cette petite souris intriguant l'emmenait dans les tréfonds du village dans ce qu'il semblait être une taverne promettant de petites restaurations. Le sunajin n'avait clairement pas l'habitude de ce genre d'endroit, lui qui mangeait à la belle étoile sur le sable brûlant. De plus, sa taille imposante et dépassant de quelques têtes voir parfois de bustes toutes les personnes présentes, il sentait les regards se poser sur lui. Dérangeant. La petite souris avait commandé un plat de sa corpulence mais ce qu'elle avait choisit pour le géant était loin de la convenir. Il ne connaissait pas de quoi il s'agissait et un nom de lui aurait servi à rien, il mangeait, c'est tout. Ce dont il était certain, c'est qu'un plat n'allait être en rien satisfaisant. Dans le dos de la jeune femme, il sélectionna davantage de mets. L'alcool … maître mot de bien des hommes. Étonné que la kirijin puisse y puiser ses lèvres, l'effet était réduit sur sa propre personne. La bouteille en cristal servie avec ce serpent à l'intérieur, ne suffirait même pas à faire rougir notre armoire ambulante.

« Mon clan … Je ne sais pas si on peut appeler cela un clan. Je ne connais rien à propos de ceux comme moi. Je ne connais que ma mère. Et maintenant l'un de mes ancêtres à qui je ressemble étrangement. » Dit-il en portant la boisson sucrée à ses lèvres asséchées. Elle était si proche à le regarder si intensément qu'il ne savait que trop peu comment réagir. Il ne savait pas grand-chose de son clan et lui en savait tellement sur le sien. Si quelques informations pouvaient l'aider à y voir plus clair, il en serait heureux. « Nous sommes maudits. Nous ressemblons plus à des bêtes, des monstres et des démons qu'à des hommes. Hasanoke est tombée folle amoureuse de ce démon, inutile de chercher plus loin. » Finit-il sur une pointe d'ironie et d'un large sourire aux lèvres. Ce n'était pas complètement faux après tout. Elle était amoureuse et l'amour pousse les gens à faire des choses incompréhensibles pour les autres, des choses pourtant si logiques …

Les plats étaient arrivés et pour le géant à l'estomac proportionnel, ils se suivaient dans des allers-retour des serveurs. Une dizaine d'assiettes s'étaient accumulées sur le coin de la table et sous les regards du petit peuple effrayé, dégoûté. Eux aussi voyaient le sunajin comme était une bête sauvage. À raison.

« Un jour, une heure, tout aurait été différent. Mon absence aurait réduit à néant ta quête. Le destin ? J'en sais fouchtre rien. Je cherchais la bête à une queue comme les jours précédents et ceux encore avant. C'est ma quête personnelle. » Son regard ardent se plongeait dans celui de sa partenaire et s'amusait de voir rosir ses joues auparavant si pâles. Un corps si petit s'alcoolisait rapidement. Sa pâleur transcendait la pièce et était en contraste parfait avec le borgne. D'une poigne brute et indélicate, il réservait les deux verres sur la table tandis que de son autre main il ingurgitait d'autres bouchées de viandes. C'était vraiment délicieux mais si peu bourratif.

« On s'attend toujours à de grandes choses d'un patrimoine mais l'histoire est-ce qu'il y a de plus gratifiant. Du moins c'est mon avis. Je suis satisfait de ce que j'ai trouvé aujourd'hui, petite souris. » Les regards de plus en plus lourds commençaient doucement à l'exaspérer. Il n'aimait pas la population et encore moins lorsqu'elle se faisait insistante. Qu'est-ce qui l'intéressait tant ? La présence du géant ? La trentaine d'assiette sur le côté ou autre chose encore ? Ennuyant. Enrageant. Le regard enflammé, le jeune homme n'avait qu'une seule envie, détruire cette pièce et ces misérables humains qui tournaient autour de lui comme des rats. « Que vas-tu faire maintenant ? Une partie de ton peuple se trouve au pays du vent tandis que la branche principale est au pays de l'eau. La paix ne persistera pas. » Entre grignotages et cul sec, sa pupille devenait mydriase.

Messages : 68
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
144/750  (144/750)
Suna no Jônin ⎜ 砂隠れの里
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Mer 27 Avr - 23:23
Matsui Yue

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent.
Yue | Ginshi
La cascade de porcelaine s'étendait sur le bistre de la table, sous les sourcils froncés de la dame des eaux. Ses doigts effleuraient l'argent qui résidait dans les recoins de ses tissus. Finalement, une démêlée verbale autour de mets fut sa pire idée. Aux travers des vitraux pourpres, le soleil cognait, la brume de la chaleur et l'aridité de l'air demeuraient aussi accablantes qu'elles l'avaient toujours été dans ces terres maudites. D'ardentes bourrasques soufflaient depuis l'ouest, faisant danser les robes cossues des touristes et dérobaient les chapeaux des étourdis. Les teintes amarante des cristaux qui les séparaient du monde extérieur miroitaient sur son visage dont l'épiderme d'opale se moirait dans de chaleureuses nuances après que le liquide grisant ait inondé son œsophage. La voix rauque de Ginshi enveloppa ses idées et forma des paroles puissantes sur ce clan. Une lignée cauchemardesque, remplie de chimères méphistophéliques d'après lui. La Matsui n'avait jamais rien ouï une description aussi attractive et malsaine à la fois. Cette créature mâle était un sphinx, dont le regard exprimait les ténèbres. Un iris unique qui rappelait les peurs d'un enfant de glisser un pied en dehors de la literie, durant les temps nocturnes. L'arc électrique qui ondoyait dans son échine à l'endroit où son squelette avait frappé le plafond lui rappelait cette puissance qui serpentait dans chacune de ses cellules. Elle s'était raidi quand la fermeté du dôme avait traversé son corps, flamboyant comme un faisceau d'air enflammé. Auparavant, son enveloppe charnelle n'avait été dominée par un porteur d'une telle puissance anatomique. Cependant, les mots établis pour représenter sa nature semblaient erronés. Les simulacres des abysses n'auraient pas escorté Yue jusque dans le berceau des pénombres damnées. Il était aux antipodes de l'esquisse qu'il faisait de la nature d'un démon.

Enveloppé dans un linceul d'hostilité, il mettait une distance avec les autres Shinobis de par la largeur de ses épaules et sa grandeur. Les civils tout autour d'eux, gravitant telles de la poussière, semblaient craindre cette entité masculine qui respirait mortelle sauvagerie. Il inspirait la peur, le respect et la dévotion de façon égale. Son corps était d'une absoluité sculpturale, élancé et doté de tous les atours du massacre. La créature se dressait tel un guerrier gigantesque, d'une gloire exquise, un idéal de tout ce que le mal avait en lui de royal et d'inspirant.

« Tu fais allusion à ces marques noires qui ont bouleversé ton apparence ? »

La guerre avait apporté aux nations des informations plus denses sur les expériences du serpent et de ses laquais de l'ombre. Cette transformation qu'elle avait pu contempler s'apparentait aux marques maudites octroyées par les crocs reptiliens d'Orochimaru.

Elle l'écoutait souligner son utilisé dans cette quête souterraine, tirant un rictus à la Matsui. Il était indéniable que la force qui sinuait dans ses muscles avait permis à l'épéiste d'effleurer la psyché. Ils avaient eu besoin de l'un comme l'autre, comme la lune d'argent a besoin de son ciel sombre pour briller de mille feux. Ce paladin du désert paraissait légèrement perdu entre l’incompréhension et l’irrésistible envie de connaître les réponses à ses questions. Il continuait de la fixer de sa pupille volcanique. Une atmosphère légère, comme devenue disciple de leur prestance, était le cadre dans lequel les deux silhouettes s'échangeaient ces paroles. L'alcool incandescent, titillant la couleur de son teint, devenu secrètement rose, noyant ainsi la blancheur flamboyante de sa peau. Ses jambes étaient amoindries par cette position stoïque et Yue appuya ses paumes contre la table pour s'en reculer et sortir un billet. Ses doigts tournèrent autour de ce dernier pour exécuter un ninpô basique qui permit au papier financier d'être dessiné d'une somme triple.

« Je comprends pourquoi tu n'es pas familier aux autres membres de ta famille. Tu dépouilles les gens avec un unique repas... Quelle plaie. »

La demoiselle rabattit ses mèches hybridées en arrière et apposa l'argent sur le comptoir avant de quitter la chaleur de ce restaurant. Ses poumons se remplirent de l'oxygène ambiant, et les alizées enveloppèrent son organe de vie pour le vivifier. Ce nouvel air lui rappelait à quel point elle était éloignée de Mizu no Kuni, de sa brume, de sa végétation humide... L'homme la questionnait sur ses projets futurs. Elle n'y avait pas encore songé après tout ; elle qui pensait trouver dans ce cœur de limon les réponses aux questions de son clan se retrouvait sans rien, hormis cette titanesque silhouette qui la surplombait et qui marchait dans ses pas.

« Satisfait ? Qu'as-tu trouvé ? Hormis un feuilleton à l'eau de rose ?  »

Mauvaise foi. Yue rejeta ses mots comme le grognement d'un félin hargneux. La Jônin ne connaissait pas l'étendue de son peuple et si une partie s'était ancrée dans les dunes Sunajin. Hasanoke avait-elle eu le temps d'enfanter une étoile construite par le pouvoir et la valse de leurs deux corps aux antipodes ? Un hybride, possédant le Kekkei Genkai du clan Matsui et la puissance sulfureuse des Senjūrō. Un cocktail effervescent qui avait éployé une nouvelle ascendance dans cette nation du sable.

« Les corniauds ne m'intéressent pas...  »

Cet ange des glaces perdu au milieu de cette chaleureuse tourmente faisait un contraste sur la peinture de Suna. La sombre carrure de Ginshi semblait Ombre, perdue, au-dessus de toute cette blancheur qu'incarnait Yue. Ses iris de perle se posèrent sur l'homme avant de l'entraîner, d'un fil immatériel, dans les venelles de la ville. La foule l'oppressait.

« Pourquoi désirer la puissance d'un démon ? Tu dis en être un... L'essence qui coule dans tes veines ne te satisfait-elle pas amplement ? Tu as besoin de devenir un hôte pour accroitre tes capacités ?  »

Devenir le maître d'une créature légendaire résultait d'un long voyage sur un sentier sanglant. Ce chevalier noir dépourvu d'émotion, inébranlable ; se sentait-il incomplet au point de désirer une deuxième entité pour partager son enveloppe charnelle ?
Messages : 77
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
57/750  (57/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Sam 30 Avr - 23:44
Senjūrō Ginshi

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent
.



Le géant. Un air malsain sous des traits durs et un sourire malicieux. Sans transition, aucune, sa grande silhouette sombre s'insinuait dans les ruelles dallées de ce village marchand. La foule avançait lentement, au rythme du vent, traçant un chemin linéaire. Bousculant, s'insinuant dans les moindres petits espaces, certaines personnes pressaient le pas. Le borgne ne parvenait pas à s'effacer et comme pour être apaisé dans ce moment lancinant, son regard se posait sur la petite femme à la peau pâle et délicate. L'éclat dans ses yeux lutait contre l'alanguissement. Une voix coléreuse hurlait en son être prête à lui donner son châtiment, être le battoir sur sa peau douce et blanche virant au rouge. Lui extirper des soupirs, lui faire mouiller sa toison et lui mordre le mont vénus. Déposer son calice, fier des hurlements perçants. Contrairement à ce qu'elle pouvait penser, il était une bête et quoi de mieux qu'une bête pour calmer une bête. Un équilibre qu'il trouvait parfait et comme étant la seule issue possible. Autant être maudit et détesté jusqu'à la moelle. Cela lui plaisait amplement, une satisfaction secrète. Et puis, être fort, ne plus être sous le joug d'une personne ou d'un groupe, c'était une chose inouïe. Une liberté totale malgré l'étreinte d'un démon.

L'astre solaire aussi présent que puissant frappait le visage de l'homme faisant scintiller sa tignasse argentée et sous des rides discrètes, l'éblouissait. Il avançait presque à l'aveugle, sous l'odeur enivrante de la kunoichi qui le guidait au fin fond de cette ville humaine. Lui, était-il satisfait de ce qu'il avait découvert dans ce temple un peu plus tôt ? Une question à laquelle il ne pouvait pas répondre. Une vieille histoire et une rose aux épines. C'est ce qu'il y avait gagné, lui qui n'espérait rien de sa recherche non fructueuse du jour. « Je n'ai rien trouvé et je n'espérais rien non plus. » Dit-il en tentant de se faire entendre malgré le bruit de la foule. Les bâtisses s'étendaient à perte de vue. Il s'agissait de l'un des plus gros villages frontaliers et surtout un point de rendez-vous pour les amoureux de nourritures et de plaisirs divers. Ginshi n'avait qu'une hâte, sortir de cet enfer et retourner auprès de la solitude aride.

« Un démon pour nourrir le démon. Tu ne trouves pas cela ironique ? Ça me permettrait d'être libre de moi-même. » Il la surplombait, elle et tous les autres. Au loin, il pouvait apercevoir les portes du village mais difficile d'estimer la distance à laquelle elle pouvait bien se trouver. Presque nerveux, il pressait le pas emportant la jeune femme dans sa course. Ses épaules larges frôlaient certains tandis qu'elles repoussaient les têtes qu'elles rencontraient. Personne n'osait se retourner et se plaindre. C'était cela aussi l'avantage d'être une armoire ambulante. Les gens prennent rapidement peur et ont un grand manque de confiance en eux lorsqu'ils surestiment autrui. Dans ce cas si, ils avaient bien raison. Ce fut réellement le parcours du combattant pour sortir de ce fichu amas de petits gens. Lorsqu'ils furent enfin en dehors, ils tombèrent nez à nez à une falaise dont de l'eau ruissellerait qu'à chuter quelques dizaines de mètres plus bas. Il ne s'agissait pas des portes de sortie mais plutôt d'un exutoire pour une panoramique de rêve. C'était ce qu'il fallait au géant pour respirer un bon coup. « Désolé pour ça, les gens … les gens m'énervent. Je n'arrive pas à supporter tous ces cris, tous ces bruits, ça me rend complètement fou. » Il s'était arrêté net, admiratif de ce qu'il apercevait. Il n'était encore jamais venu dans ce pays et s'émerveillait du paysage. C'était un homme simple. Un homme facilement impressionnable. Si on peut le dire ainsi …

Une rivière finissant en de nombreuses chutes et qui se définissait en de multiples plateaux. Une eau aussi clair que du cristal dont le fond parsemé de poissons divers, était visible depuis des lieux. Des couleurs idylliques et une chaleur supportable. Les paysages de ce monde changeait parfois si rapidement que ça en devenait troublant. « De quoi sont capables les Matsui ? » Il avait déjà eu de brefs aperçuts grâce à sa jeune soeur, corniauds, comme la jeune femme aimait parler de cette partie de son peuple. Une ombre disparate et une personnalité propre. Etait-ce la même chose pour elle ? Il espérait bien le savoir, elle qui descendait également de Matsui Hasanoke. Le jeune homme criait bruyamment en son être, déchiré en deux, sa psychologie meurtrie en demandait davantage. Aussi lourde et épaisse que le grondement du tonnerre, sa voix devint plus grave tandis que sa peau devenait écailleuse et aussi sombre que l'obscurité. Son oeil s'était teinté d'une couleur ocre méconnaissable, des défenses lui poussaient au niveau de ses tempes. Dans son dos, poussaient des mains belliqueuses et épineuses. Deux gigantesques mains comme s'il s'agissait d'ailes prêtent à prendre leur envol d'un simple battement. Il n'était plus le même homme. Son corps n'était plus celui d'un homme. Une bête, un animal ou encore comme il aimait se nommé, un démon. Le démon du désert, l'édifice aride. Lui faisait-il peur ? Le craignait-elle ? Qu'importe, elle avait devant lui la chose qui lui avait arrachée son ancêtre de sa nation.

Messages : 68
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
144/750  (144/750)
Suna no Jônin ⎜ 砂隠れの里
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Sam 7 Mai - 0:09
Matsui Yue

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent.
Yue | Ginshi


Dernières nitescences de l'astre solaire sur cette terre aride... Ce dernier vint s'abriter dans le ciel pour laisser les ombres s'étendre sur les landes de sable. La fraîcheur du crépuscule, les vrombissements lointains des bourrasques pourfendant les steppes avec fracas. Comme si ce monde lui appartenait, Yue flânait sur cet espace sans fin, accompagnée par cette silhouette qui la surplombait. Ses pupilles d'encre et de perle s'étant dirigées vers cette fresque de sable assombrie en ces heures indomptables d'une journée qui s'était vue énigmatique. Ses étoffes pouvaient se confondre avec cette pénombre qui n'aurait de cesse de tourmenter la Matsui si cet éphèbe ne pourfendait pas les ténèbres. Il était la personnification de la gloire, une véritable créature onirique se distinguant dans la nuit. Si seul mais pourtant si flamboyant. Parcourant ces terres sauvages d'un cadence leste et lente, son regard perdu dans l'immense mosaïque ténébreuse, son abdomen fut ceinturé du bras de Ginshi. Ses pieds se soulevèrent du désert, emportant quelques poussières dorées. Le Sunajin bousculait les êtres qui se retournaient auparavant sur eux pour s'éloigner du bourg effervescent. Durant cette course, l'épéiste avait croisé ses poignets sur son visage pour s'épargner de mineures éraflures. Lorsque l’Apollon d'argent relâcha ses courbes, elle fit face à un circuit fluviatile. Ses pupilles vitreuses scrutant cette source d'eau dans son champ de vision. Ses iris aux teintes des gemmes, bercés par les doux rayons du soleil couchant, reposaient sur l'horizon aux mille nuances. Un sourire spontané mais éphémère se dessina sur ses lippes, avant de s'évanouir. Yue comprenait son aberration face à la foule et son comportement digne d'un félin sauvage qui cherchait à la fuir était semblable à celui de l'homme.

La dame des eaux n'était guère accoutumée à ce genre de bavardages et reflétait la brume ; feutrée et silencieuse. Malgré tout, la jeune femme ne pouvait que se laisser aller à apprendre les joies relatives de ce genre d'échange. En dépit de son absence émotionnelle, il était indéniable qu'elle commençait à avoir une certaine complicité avec Ginshi et leurs âmes entremêlées par les sceaux d'un temps révolu, poussaient inconsciemment la Matsui à approcher ses pas des siens. En cet instant crépusculaire, les bourrasques étaient les seules pouvant unir leurs âmes au-delà des horizons et des montagnes qui y dépeignent un relief déchiqueté. Ils étaient les monarques de ce décor esseulé ; et dans ce tableau aux tons opposé, une chimère naquit. L'épiderme d'onyx, des apophyses, des crêtes corporelles... Une enveloppe charnelle maudite, le reflet d'un être déchu. Yue restait stoïque ; elle avait déjà assimilé ses aptitudes vipérines et elle le contourna pour analyser chaque détails de son organisme. Dans sa marche, la Jônin avait l'impression d'entendre une voix murmurer à travers elle. Des susurrements de tristesse, de solitude et de désarroi. Comme si une part d'elle-même l'incitait à la peine. Un ressenti des plus étrange et totalement indescriptible qui la ramenait face à ses visions. L'ancêtre des terres arides fut pourvu d'un physique et d'une transformation analogue... Hasanoke s'était élancée dans les bras d'un démon, dont les ailes de chairs s'étaient refermées sur son être pour la protéger jusque dans les flammes des géhennes.

Ginshi semblait être tombé des cieux pour venir inexorablement à sa rencontre. Entre questionnements, doutes, et désir, elle laissa la confusion la submerger. Son ombre s'agrandit sur l'épiderme terrestre avant de s'élever à l'image d'une seconde Yue. Des cambrures assombries qui s'approchèrent de l'homme. Elle semblait animée d'une conscience propre et ses ongles parcoururent les rémiges damnées. Le contact de cette représentation irréelle laissait derrière elle une sensation ardente, comme une légère brûlure qui s'évaporait au fil des secondes. L'ombre se dessina sous les pieds de Yue, revenant à elle avant de se nuancer dans son échine, étreignant le corps de sa détentrice de ses bras fins. Elle enveloppait la Matsui dans les ténèbres. L'épéiste était nappée d'un manteau d’abîme. Seuls ses yeux vairons ressortaient de cette noirceur, tels deux fauves incandescents. Une mèche blanche se croisa sur son regard. Elle le sentait si proche et si loin à la fois... Imperceptible dans ce dôme de nébulosité qu'était son anathème.

« Je suis capable de devenir le démon qui te faisait peur quand tu étais enfant. »

Sa super-vitesse la propulsa sur l'anatomie de Ginshi, son ombre la relâchant pour la dévoiler dans son entièreté. Les genoux à l'avant, ces derniers heurtèrent le buste du mâle. Son double illusoire prit la forme d'un faisceau pour se glisser entre les jambes du Sunajin et se forma derrière lui. Une main coincée sur sa gorge, sa poitrine enveloppée au cœur de ses omoplates, l'ombre et Yue venaient de coincer cet être titanesque dans une formation presque sépulcrale. Durant le choc de leurs chairs, Yue mua ses lèvres à son oreille pour murmurer des paroles suaves qui vinrent auréoler ses sens.

« Et toi, tu ressembles à cette image que je me faisais des monstres quand j'étais enfermée dans le noir... »

L'ombre se matérialisa au sol pour reprendre sa fonction basique. Les protagonistes, portés par la vélocité et le mouvement des alizés, se retrouvaient entrelacés aux abords d'une chute si l'un des deux offrait un mouvement brusque à cette danse physique.

« Ces monstres consumés par ma propre force étaient finalement aux antipodes de ce que tu es. Fais-moi danser avec tes aptitudes, tes armes... Je te promets de t'offrir un tango enflammé qui fera pâlir ton autre toi. »

Pointant du doigt ce carnassier abrité par sa pupille jaune, elle ressentait que quelqu'un d'autre appâtait les dernières brides de son esprit pour le pourfendre et s'y poser en despote. Apposant une paume sur son torse, la Matsui fit reculer leurs peaux avant de s’emparer d'un kunai. Ses capacités de Bukijutsu faisaient d'elle une arme à double tranchant et un seul coup de cet objet commun devenait fatal. La Kunoichi fit valser l'anse du couteau sur son index avant d'agripper son manche avec sa phalange. La silhouette sans épaisseur, cette ombre résultant d'une partie vitale de l'individue des terres bleues, s'étendit sur le sol tellurique pour troubler Ginshi. L'astre de lumière s'étiolait, agonisant sous le déclin d'un jour. L'osmose de cet horizon vit son calme intemporel éclater dans une noirceur absolue, l'orbe lunaire venant naître dans les cieux. Esquissant un pas de volte-face, sa chevelure dansant en un frisson épanoui, brillant par l'éclat surnaturel de la lune coruscant, Yue l'embrasa de ses yeux, souriant avec facétie.
Messages : 77
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
57/750  (57/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Jeu 12 Mai - 22:05
Senjūrō Ginshi

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent
.



Depuis toujours, Ginshi avait été appelé de monstre, de démon et de maudit. Un homme sans âme, sans sentiments dont le simple sourire en faisait pâlir plus d'un. Des rumeurs et des mensonges poussant à la haine. Une différence difforme poussant à la solitude absolue, l'éloignant de la lumière. Petit déjà, sa taille anormalement imposante et ses capacités indéfinies l'éloignaient de l'espèce humaine, le rapprochant davantage de ce qui composait la nature. Là où aucun jugement n'avait lieu d'être, là où il pouvait être lui-même malgré sa peau charbon et ses cornes répugnantes. Chaque entraînement solitaire sous l'aridité solaire était animé par cette haine que l'homme lui vouait et qui commençait à grandir en retour. Le géant n'avait aucune peur, rien ne pouvait l'effrayer. Elle, cette petite femme des terres brumeuses, teintée de son ombre fidèle à son clan, pensait-elle lui être effrayante ? Elle se fourvoyait. Elle n'était en rien le démon qu'elle prétendait-être. Il y avait toujours été confronté, à ces Matsui et à leurs capacités singulière. Il était un monstre bien plus effrayant que ceux auxquels elle s'imaginait et pourtant, elle ne sourcillait pas, toujours ce regard insistant et déterminé. Il s'en réjouissait, car lorsque les ténèbres prirent place sous l'astre lunaire haut-dessus de leur tête, la jeune femme se mit enfin à parler le même langage que lui. Dans un bond presque spectaculaire pour cette taille minuscule, elle vint plaquer ses genoux contre le thorax du maudit. Tel un miroir, son ombre s'était placée derrière lui, une lame sous sa gorge. Un jeu d'adresse assez fin.

« Tu ne sais pas ce que tu fais. Si tu réveilles le démon, rien ne pourra le satisfaire, pas même ta chair. » Dit-il un large sourire sur les lèvres tandis que sa pupille virevoltait. Elle n'était pas celle qu'il devait combattre. Elle n'était pas celle avec qui il aurait pu se donner à fond. Elle semblait prendre la situation comme un jeu. Se battre n'était pas un jeu, du moins pas avec ce monstre du désert. Il n'était certes pas aussi vifs que la femme des eaux. Peut-être pas aussi agile, sans nul doute. Toutefois, ses poings résultaient d'une arme bien plus destructrice que son pauvre kunai. Écrase la ! C'est une fourmi, brise la ! Concasse la ! La petite voix intérieur lui soufflait des idées nauséabondes contre son grée. « Tu … » Sa tête entre ses mains, il résistait à l'envie de la brutaliser. Au bord du gouffre, il fixait l'horizon et le reflet de l'astre lunaire dans le ruisseau en contre-bas. Jamais il ne serait en paix.

Dans un nouvel élan de folie, son corps mutait avec une représentation atroce du géant. Sa peau semblait soulevée comme si une créature s'y déplaçait dessous. Les mains noirâtres siégeant dans son dos se dispersèrent en oisillons de chakra tandis que la crevasse qu'elles laissaient derrière elles se referma aussitôt. Un être nouveau. Un être beaucoup plus fort. La force brute à son apogée. Le géant avait repris forme humaine mais sa teinte aussi sombre que la nuit persistait sur son épiderme. Un épiderme aussi dur et résistant que l'acier. La forme ultime de sa malédiction. Sa forme guerrière. Sa voix aussi rogue que grave, il fixa la fille de l'eau, de son unique oeil.

« Tu es naïve … » Un simple clignement d'yeux, une fraction de seconde, suffit au jeune homme pour désarmer la kunoichi en brisant la lame de son kunai d'une seule poigne. De sa taille monstrueuse, il la surplombait tel le géant qui coince sa proie. Une main sur sa gorge, il la plaqua au sol tandis qu'il bloquait ses bras au-dessus de sa tête à l'aide de son autre main. Son front appuyé contre celui de la femme des îles, son esprit vacillait. « Il vaut mieux s'arrêter là … » Son sourire carnassier commença à s'estomper tandis que son teint repris une couleur naturellement hâlée.

Loin de sous-estimer cette petite femme, il ne savait pas retenir ses coups et il n'était pas tout à fait maître de son esprit. Un coup pourrait rapidement tourner mal. Il souhaitait éviter cette situation qui lui causait déjà pas mal de soucis. Un grand désavantage de sa malédiction. De plus, il avait vu ce qu'il voulait voir. Elle était une pure Matsui, les ombres y compris. Des capacités intéressantes et un bon atout en combat. Et c'est pour la pionnière de ce clan que l'ancêtre du géant s'était épris. Son front toujours collé au sien, il souriait, amusé. Une bête.

Messages : 68
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
144/750  (144/750)
Suna no Jônin ⎜ 砂隠れの里
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Mer 18 Mai - 22:43
Matsui Yue

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent.
Yue | Ginshi
Leurs corps se chevauchaient sur l'épiderme terrestre, la nuque de Yue embrasant le sol transi par la nuit. Ses longues mèches hybridées enveloppaient la terre et s'étendaient en longueur, ses cheveux se courbant dans des entrelacements tandis qu'elle cambra lentement son corps vers le sien. La douleur lancinante dans son coccyx s'épanouissait jusque dans le cœur de ses omoplates et obligea la belle à mordre sa lippe. Sa voix gutturale s'enfouit dans ses oreilles et résonnait comme un avertissement. Ses prunelles vinrent le désarmer et se dressèrent devant lui comme deux tigres prêts à bondir, emportant sa jugulaire dans leur trajectoire. Sa lourde main ceignait sa gorge, son pouce roulant sur sa glotte qui valsait au rythme de la force qu'il octroyait à sa poigne. Ses poignets, nimbés de sa deuxième main, était projetés au-dessus de sa tête. La position était plutôt charnelle et força à la Matsui à arquer un sourcil. Son front s'unit au sien et la respiration de Ginshi virevoltait sur son faciès nerveux. L'épéiste ressentait toute la lourdeur et puissance de son organisme qui compressait ses courbes chétives. Son buste, maintenu dans un corsage aux teintes nocturnes était atrophié par les muscles saillants du mâle argentin. La belle permuta alors avec son ombre, étendue à proximité de ses côtes grâce à la nitescence lunaire. Son homonyme noctambule était la proie du Sunajin tandis que la Némésis des Brumes était allongée sur le sable anhydre. Maintenue par son coude, elle adressa un sourire en réponse à celui de l'éphèbe.

« Tu joues sans connaître les règles... On dit souvent que je suis plus rapide que mon ombre. »

Ses paumes galvanisèrent le limon d'où elle se propulsa d'un mouvement de pieds. Retombant droite sur ses fines jambes, son kimono mouvait autour de ses chairs. L'immensité des ténèbres millénaires libérait son parfum frais et ténébreux. Ce vent suintant, qui soufflait de toute son ardeur sur les plaines désertées rafraîchissant ainsi l'humide climat. La jeune femme plongea ses ongles dans sa masse capillaire domptée par les vents contraires, fixement de son œil scrutateur Ginshi. La pression soutenue de sa vision pesait sur sa stature si robuste, en dépit de la cuirasse de ses muscles et son envergure physionomique. C'était un appui oppressant, comme une brûlure avec un fer chauffé à blanc sur une peau dénudée.

« Je dois me préparer à reprendre ma marche jusqu'au Pays de l'Eau. En attendant, je vais devoir trouver de quoi faire taire les flammes qui mordent mes yeux. »

Poings fermés, la Matsui fourbit ses prunelles ardentes par l'ankylose qui vint abattre son courroux sur ses épaules bien trop chétives pour supporter le poids de la fatigue. Ses larges yeux aux clartés paradoxales s'éternisèrent dans les dunes plaintives de la nuit. La fraîcheur de l'air la fit légèrement frissonner tandis que son pied caressa l'étendue galactique d'eau. Une sensation qui lui rappelait Mizu no Kuni et ses landes brumeuses. La nuit et ses bras d'onyx avaient détrôné les éclats étiolés de l'aube, déposant sur le monde des Sable une caresse évanescente. L'encre avait badigeonné le plafond de ce monde d'une couleur obscure d'une profondeur abyssale aux reflets bleus. La fraîcheur était de rigueur en cet instant et bien qu'habituée au manteau sibérien de ses contrées, Yue favorisait se plonger dans le berceau de Morphée dans un lieu plus serein.

« Je ne suis pas assez naïve pour te demander de faire le guide et encore moins le garde-champêtre. »

Sa phrase fut lâchée avec désinvolte, l'expression légèrement malicieuse quoique majoritairement anodine, cherchant à poser la potentielle dernière pierre de l'édifice qu'avaient formé les réponses de leur discussion. L'éclair hybride fit volte-face, sa silhouette pourfendant l'oasis d'un bond à l'apogée de sa puissance. Son ombre se faufila sous ses pas, se dressant finalement dans son échine à l'image d'une fourrure protectrice. Nappée dans l'étreinte nocturne, la distance entre les deux êtres vint s'accroître...

Messages : 77
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
57/750  (57/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Mer 25 Mai - 17:35
Senjūrō Ginshi

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent
.



Accueillant les peurs et les songes les plus extrêmes de tout un chacun, la nuit et ses ténèbres offraient à la Matsui un terrain de jeu immense. Les ombres ne se dissimulaient plus, elles étaient partout, ne faisant qu'une seule entité. L'astre lunaire agissait également comme un étau sur les paupières des êtres vivants qui s'en trouvaient atteint d'un sommeil lancinant. La kunoichi ressentait déjà les effets de cette obscurité, les yeux mi-clos, les yeux enflammés. Du repos bien mérité avant un retour au sein de mère patrie, au pays de l'eau. La température ambiante s'était nettement rafraîchie offrant à ce désert aride une fraicheur sans pareille. Sèche mais très certainement équivalente à celle du pays de l'eau. Des jours chauds et des nuits froides. Voilà ce qui caractérisaient le pays du vent et cette étendue de sable fin. Le géant n'avait pas de grandes connaissances à propos de ce canyon où ruisselait malgré lui, une ligne d'eau sinueuse. Trouver un endroit où passer la nuit n'allait pas être aisé. D'un regard monotone, il regardait la jeune femme s'éloigner, de plus en plus jusqu'à ce qu'il ne puisse presque plus l'apercevoir. Dormir à la belle étoile, c'était son propre problème. Ils avaient eu cette belle aventure ensemble et il était certain que leur route allait se croiser de nouveau. Après tout, des chaînes invisibles et puissantes les liaient au poignet. Un lien qui les unissait malgré leur différence, leur vie opposées.

Surplombant la zone de ses deux mètres et au-delà, une douce mélancolie résonnait dans le coeur de notre protagoniste. Lui qui n'avait d'engouement que pour peu de choses et qui ne s'attachait à presque rien ressentait une étreinte certaine dans sa poitrine. Une douleur qui força le colosse à poser le genoux au sol et le faire vaciller de sa grandeur. Une douleur incompréhensible pour le jeune homme qui n'avait jamais ressenti cela. Il ne s'agissait pas d'une douleur physique mais de quelque chose bien plus compliqué. Tandis qu'il se relevait pour traverser de nouveau le village marchand et retourner auprès du village caché du sable, son corps en décida autrement. En effet, c'est dans la direction du canyon qu'il entama sa marche. Ses sens en éveils, il pistait déjà la jeune femme au teint pâle. Il ne pouvait se résigner à la laisser partir après de si faibles informations à son sujet, elle qui l'avait envoûté dans ce temple maudit. Sa prestance était à proprement parler, royale. Elle avait l'assurance d'une femme libre, sans attaches et ne répondait de personne. Et pourtant, il ressentait cette grande tristesse au fond d'elle. Une chose qu'il avait beaucoup de mal à cerner. Elle lui devait bien plus de détails à son sujet.

Traversant le ruisseau de part en part et escaladant la roche, il ne parvenait pas à rattraper cette femme. Elle était rapide, très rapide. Ses capacités et sa petite taille lui étaient d'une grande aide. Le vent s'était levé et les grandes bourrasques qui s'engouffraient dans le canyon, étaient glaciales. Le borgne devait faire vite s'il voulait la retrouver avant d'être obligé de se retrancher dans une grotte pour y passer la nuit. Plus il se rapprochait de l'objet de sa quête et plus il subissait des séquences de rêve. Ce rêve qu'il avait fait, ce songe où la matriarche brûlait vive sur le bûcher. Il avançait à toute vitesse jusqu'à enfin tomber sur une plus grande source de chakra. Elle n'était plus très loin, à quelques dizaines de mètres tout au plus. Lorsqu'il franchit enfin un escalier rocheux un peu plus gros que les autres, il pouvait apercevoir la jeune femme aux cheveux ébène. Il resta un moment à l'observer de sa hauteur avant de s'en rapprocher. Tandis qu'elle se pensait en sûreté malgré les bourrasques venteuses puissantes, elle ne redoutait d'aucune prudence face à la nature. Une nature qui se montra rapidement sous l'apparence d'un bipède de quatre mètres et touffu de la tête au pieds. Ses dents carnassières et son regard vil en disait long sur ses intentions.

Ni une ni deux, le géant avait sauté sur la bête pour lui asséner un coup imprégné de chakra sur le crâne. La force surhumaine de Ginshi était un atout non négligeable pour tout combat. Un coup suffisait généralement à régler immédiatement tout combat. Ce cas-ci ne faisait d'ailleurs pas exception. Les phalanges du jeune homme pénétrèrent les poils et puis la peau de la bête pour venir briser ses os. Les yeux furent réduits en bouillie tandis que le cerveau du monstre était difforme. Une attaque inattendue qui prouvait son efficacité. La tête ne pardonnait chez personne et personne ne pouvait vivre sans tête.

« J'ai été plus rapide que ton ombre, même sans connaître les règles. » Dit-il un petit sourire narquois au coin des lèvres. « Les nuits sont froides en ces terres, très froides. Et j'ai encore un millier de questions à te poser. On devrait chercher un coin où passer la nuit. » Nul besoin de détournement. Une grotte était située non loin à l'abri du vent, là où ils allaient pouvoir établir leur campement.

Messages : 68
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
144/750  (144/750)
Suna no Jônin ⎜ 砂隠れの里
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Lun 30 Mai - 11:24
Matsui Yue

Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent.
Yue | Ginshi
Les lucioles célestes crépitaient dans les cieux et éclairaient faiblement les dunes de limon qui s'étendaient et s'esquissaient en des courbes aléatoires, créant des abris de fortune. Enveloppée dans son kimono de satin qui laissait derrière ses pas, un layon superficiel, Yue accroissait son pèlerinage aréique. L'étau aride était retombé et des bourrasques légères et porteuses de caresses fraiches rappelaient les terres brumeuses. La Matsui ramena ses longues mèches dans sa nuque, la délestant de cette chaleur physique. Ses sens étaient tout aussi fourbis que son esprit assombri par son état léthargique. L'épéiste laissa alors, sans s'en rendre compte, un traqueur venir s'ancrer dans les périmètres et menacer la jeune femme de son ombre. Mais promptement, cette source de chakra dangereuse vint s'évanouir dans l'atmosphère tendue lorsqu'un énième protagoniste s'ancra dans ce décor infertile. Tournant lentement son faciès placide, elle redressa ses iris bicolores en sa direction pour les ancrer dans son regard parme. Un soupir s'extirpa de sa gorge et méticuleusement, des arabesques d'encre se figurèrent sur son poignet, remontant son épiderme délicat comme un serpent d'onyx.

« Tes conseils sonnent comme des ordres. »

Sa voix était faible et légèrement tremblante cependant il n’y avait nul trace d’ironie ou d’arrogance. Une simple constations. Il suffisait de savoir rien qu’avec ses gestes que cet individu avait l’habitude de donner des directives. Seulement, la jeune femme ne savait pas à quel point. Son état légèrement léthargique, ne l’empêchait pas de comprendre qu’il avait raison. Malgré qu’elle ne se sente pas vraiment en sécurité en sa présence, tel un oiseau de mauvais augure planant au dessus de sa tête, la Jônin pensait que si il avait voulu la tuer, il l’aurait fait depuis longtemps. La jeune femme fit rabattre son capuchon sur son visage pour éliminer les heurts cinglants des vents contraires. Ginshi était une arme unique, possédant les atouts de la destruction en son sein. L'obscurcissement sous ses pas s’agrandit d'un mouvement circulaire, vraisemblablement affligé par les dires du Sunajin. Il créa un bouclier immatériel d'une noirceur onirique où la dame des eaux était la monarque en son centre.

« Je suppose que je dois te remercier... Mais je trouve ça plutôt étrange que tu aies tourné tes pas pour retrouver les miens. Depuis quand les démons se soucient d'autrui ? »

Elle marchait dans les empruntes qu'il laissait. Stigmates larges et profonds, des sarcophages pour les petits pieds de la Matsui. Sa fluidité témoignait de ses connaissances aciculaires sur le Pays du Vent ; était-ce le résultat de ses quêtes imperturbables pour retrouver le démon protecteur de ces terres ? L'adonis argentin s'arrêta à l'orée d'une crypte coruscante de calcite. Les rayons lunaires venaient scintiller sur ces gemmes et octroyaient une vision sur les créatures nocturnes qui étaient enfouies dans les stalactites. Ces dernières s'envolèrent face aux présences incommodantes, dans un nuage ébène qui contourna Yue. Elle étendit sa main pour effleurer leurs ailes avant que ces âmes noctambules s'évanouissent dans la nuit. Les profondeurs de cette grotte étaient indiscernables et sautant dans les bras de l'inconnu, l'épéiste s'avança jusqu'à y être réfugiée. Ses doigts se claquèrent, laissant son orbe phosphorescent flamboyer les recoins terrés. Sa paume se glissa sur l'étoffe de satin, agrippant le tissu sur son épaule pour laisser ondoyer l'habit à ses habits, délivrant sa tenue de Kunoichi.

Dans l'étreinte crépusculaire, un feu venait apporter des teintes flamboyantes à ce cadre abscons. Assis autour de ce dernier, les mains disposées au-dessus de cette valse chatoyante, leurs paumes léchées par la chaleur incandescente. Le halo rubis offrait à Yue une vision claire sur les phalanges abîmées de l'homme. Une vision qui contrastait avec les doigts de la dame des eaux qui étaient dépourvus de heurts hormis les stigmates superficiels des tracés du manche de son arme légendaire quand elle était obligée de forcer dessus. De sa pochette de Ninja, elle sortit une crème parfumée et délicate que la Matsui fit chuter jusqu'à l'intérieur de sa poigne. Ouvrant cette dernière et délivrant ses fragrances médicinales, la Jônin recueillie une noisette qu'elle appliqua de façon placide sur les entailles de l'homme. Ce contact ramena les moresques d'encre de leur coude jusqu'à leurs poignets, avant de disparaitre pour se lier autour de leurs auriculaires respectifs comme deux symboles d'unisson. Yue lorgna cette alliance chimérique, faisant tournoyer sa main libre devant ses iris bigarrés.

« Ce n'est point rassurant de voir des symboles antiques valser sur nos épidermes. Cela me donne davantage l'impression qu'Hasanoke cherche à revenir à travers mon âme. Ou bien que je n'aie toujours été qu'un réceptacle d'une partie d'elle. »

Elle fit une pause dans ses mots. Un sourire désabusé naquit sur ses lèvres fines et froides. L'épéiste avait beau être considérée comme un véritable prodige par bon nombre, ça n'empêchait pas le fait qu'elle se considère comme une créature enfantée par la névrose paternelle. Yue était aux antipodes d'usurper le grade qu'elle occupait, mais pourtant l'étendue de sa force était encore bien anodine à ses yeux d'opale et d'onyx. Un échange peu commun se livrait en ces lieux sépulcraux, toujours bercé par cette lumière rosée exhalant une certaine joie de vivre au sein de cette cavité noirâtre.

« Sais-tu réellement qui tu es ?  »

Les ténèbres les entourant étaient maîtres des lieux. Dans ce décor confus, ils étaient deux loups solitaires. D'innombrables pétales de feu surgirent de la pénombre, entourant discrètement leurs corps en formant anarchiquement un mouvement circulaire, comme bercés par les brises tropicales.

Messages : 77
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
57/750  (57/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi. Aujourd'hui à 8:53
Contenu sponsorisé
Les étoiles s'alignent et nos mondes se heurtent ☾ Ginshi.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le papillon des étoiles
» Match des Étoiles 2013
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» La Quête d'Ewilan / Les Mondes d'Ewilan
» ? Toiles d'araignées et fumée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du vent :: Alentours :: Akamizu-
Sauter vers: