AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: De crainte à haine. {FB} {Gwon - Osou} Sam 23 Avr - 0:41
Hitobito no Jin



DE CRAINTE À HAINE



À une heure trop tard, dans une panique sans mesure, les adieux se firent. La main d'Asagorō salua le courage de son fils, d'un geste solennel. Jin était déjà parti. Il avait vu à travers toute la force et la détermination que son père déployait à l’œuvre pour se sacrifier, comme une sorte d'ordre, un dernier avant la fin. Qu'il fallait survivre, mieux, qu'il fallait vivre ; c'était de cela dont il était question. Et pour ce faire, l'enfant fuit, emporté par un singulier héroïsme, celui qui était nécessaire au fils qui laissait son père à la mort.

Étrange sensation que de se savoir seul au monde, sans aucuns repères. Elle le fut d'autant plus à ce garçon quand, au détour de la trappe par laquelle il s'enfuyait, il vit la créature déchiqueter le corps de celui qu'elle combattait. Il fut alors emmené à comprendre qu'il était désormais l'unique survivant de sa famille, même de sa communauté. Descendant à pleine vitesse les escaliers qui s'offraient à lui, Jin se mit à hurler.


Un bruyant cri de rage transperça le couloir. Il y avait un trop-plein de peurs en son cœur, et rien n'avait la capacité d'en supporter davantage. C'était pourquoi il explosait de l'intérieur. À l'instar de ceux qui devenaient des autres, il était en train de se transformer. Et sa métamorphose lui était une torture, une ponction de tout son être, aspirée par les douloureuses seringues du désespoir. Tout-à-coup, de lourds battements le frappèrent de nulle part, et il s'arrêta en serrant son sein, agenouillé. Il se retourna sur le dos, s'allongeant sur l'inconfortable serpentement des escaliers. Ses yeux s'effacèrent et une ombre blanche alla y faire éclipse.

Était-ce cela que faisait la rupture d'un cycle ? S'était-il opéré, de la même façon que l'on mourrait, un changement éternel, à travers cette crise soudaine qui le coucha ? Sans doute allait-il y répondre en se levant, différent. Cette pause avait peut-être duré quelques secondes, mais parut une éternité. Une inexplicable force semblait arrêter le temps au moment des renaissances.

Les crépitements du feu retentissaient, faisant écho d'un long grondement contre la circonférence du conduit par laquelle Jin s'évadait. Les villageois étaient probablement déjà tous cuits. Quel bruit épouvantable que celui du silence, quand les cris de ceux qui brûlent se sont éteints, étouffés par le rugissement des flammes. Il était temps de faire le deuil, mais surtout celui de quitter ces lieux. Cet enfant aurait été bien malheureux de dire au revoir à ceux qui partaient, pour finir par le dire à ceux qui restaient aussi. Ainsi, il accéléra le pas, encore. Il avait bel et bien viré de bord. Plus rien n'allait être pareil désormais. Et au crépuscule de ses déboires, se dressait une aube sanglante, mais nouvelle, totalement nouvelle. L'évolution n'était jamais seulement que la création, elle était également de la décomposition.



Pantin rafistolé, Jin s'emplit donc, au moment de sa reconstruction, d'une vermine virale, dans le goût de la haine. Ce fut bien plus que de la simple hargne, que l'envie de survivre et de tenir tête à sa destinée, oui, ce fut beaucoup plus que cela. Il planait dorénavant la vague impression qu'aux grands démons il s'était pour ainsi dire livré, sans demander de contrat. Et leur empreinte apparut dans ses yeux.

Les volcans de l'enfer se reflétèrent dans un scintillement éphémère, vert, luminescent, magnifique. À cette abyme de beauté qui se réverbéra dans son iris, le Diable but une coupe. Et comme embrassé dans le creux du cou par des lèvres glacées, un frisson mordit Jin, au grand fort de tout son corps. De là, il fut un signal pour l'avertir, lui expliquer qu'il était temps de s'abandonner à un nouveau personnage, de manière définitive. Il pensa, continuant à se déplacer entre les pièces et les salles délabrées, le décor macabre n'était devenu que décor. Quelle folle idée ; il pensa à ce qu'aurait pu être sa vie sans les shinobis. Fut-elle si folle, que dans sa dégénérescence, elle devint ainsi croyance, qu'elle devint, tout compte fait, un idéal. Les mauvaises herbes étaient toujours ponctuelles lorsqu'il s'agissait de pousser sur une terre bêchée.

Sous de spécieuses élancées d'honneur, il éclata le verrou qui scellait son sort. Et au moment où il le fit, il trouva le bout de son chemin, par une magie qui tombait à pic. Sorti de cette grotte, il était maintenant face à la nature, celle qu'il n'avait pas vu depuis plus de deux semaines. Il remarqua rapidement qu'il était aussi face... à des personnes.  À ces quelques gens, ils formaient un groupe de soldat, et tous arboraient les mêmes insignes de nuages que ceux qui les avaient déporté jadis. La mémoire photographiait, elle diluait les couleurs, troublait les sons, corrompait les formes, mais elle se souvenait du dégoût. Et c'est ce que ces nuages lui inspirèrent.

Haletant et brisé de fatigue, Jin fut alors porté par la première manifestation de sa fureur. La marque de la bête l'avait hérissé. Il serra son poing, ses dents grincèrent et son corps tout entier se rigidifia. Petit à petit, la marche calme de l'enfant, qui n'était que celle qui l’emmenait loin d'ici, devint toute autre.  La course du jeune homme n'en fut pas moins terrible que celle d'un guerrier qui renonce à son humanité pour aller au-devant du champ de bataille. Dans sa précipitation, il murmura de plus en plus fort...

— Je vous anéantirai tous, un à un. J'EN FAIS LE SERMENT !

Bras levé, tête haute, il attaqua les ninjas. De crainte en colère passagère, en haine ouverte, et de colère en haine prolongée, en souffrance continue. Ce lent processus avait finalement abouti.

— Remerciements à Adrenalean.

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 22
Localisation : Pays de l'Eau — Aux alentours.

EXPÉRIENCE
XP:
3/500  (3/500)
Kaminari no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: De crainte à haine. {FB} {Gwon - Osou} Lun 2 Mai - 4:09
Gwon-Ryong

恐怖と憎悪
Fear and hatred




« L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine. »


Du fer, du feu, des hurlements et du sang ; C’était elle, c’était bel et bien la guerre. Cette quatrième grande opposition shinobi était lourde de conséquences, son parfum dégageait une odeur particulièrement horrifiante de par, les nombreux cadavres gisant sur le sol, cette terre dévastée par les rangs des monstruosités de l’aube.
Debout, le bras levé, superbe en sa prestance, animant le combat d’un geste souverain, aux éclats de sa voix s’ébranlaient l’adversité.

Sous sa main de fer, en ses desseins féroces, pour aider et fournir aux massacres atroces où toute matière était arme, et tout homme soldats. De spectacles navrants, de meurtres sans pareilles…

Son peuple agonisait et creusait son propre tombeau face à la puissance militaire de l’un des fondateurs du village de la feuille. Pâle sous ses lauriers, l’âme d’orgueil remplie, il se situait face  à l’œuvre achevée et la tâche accomplie du combat qu’il avait rudement mené parmi les rangs de la division orchestrée par son homologue de la foudre, Darui.
L’icône ‘draconique’ des nuages avait en effet, été nommé comme étant vice capitaine de la première escouade, soutenant de ce fait, son compatriote dans un affrontement périlleux. Encourageant les troupes et se démarquant en profitant de ses aptitudes hors du commun. Gwon-Ryong se voyait au coude à coude avec certaines légendes du passé dont il obtenu à maintes reprises, éloges et louanges de leurs parts.

Le combat entre le bras droit de l’ombre des cumulus et les frères d’Or et d’Argent parvenait à son terme, de même que le reste de la section qui venait d’obtenir une victoire cruciale face à l’adversaire, qu’un message urgent émanant du quartier général se fit entendre. Un ordre du Raikage et chef suprême de l’alliance qui ordonna à son futur successeur d’intervenir dans une mission de sauvetage à quelques kilomètres à l’Ouest de leur position. Les paroles du patriarche ultime étaient claires, le sujet de mission net, Long-Wang devait à nouveau prouver à son supérieur hiérarchique que ce dernier pouvait compter sur sa personne même en ces temps difficiles.

Un paisible village, connu pour ses activités agricoles et ses citoyens charitables et joviaux avait été victimes des forces ennemies. Les habitants  de ce modeste hameau pris en otage comme du bétail à l’intérieur d’un repère nébuleux, sinistres. Gwon-Ryong et une poignée d’homme de l’alliance se regroupèrent à partir d’un point d’observation, élaborant une stratégie en fonction des aptitudes de chacun, car nuls ne savaient ce qui se tramait dans les entrailles de cet antre.

Une détonation, des cris de douleurs atroces alarmèrent le capitaine colossale de cette intervention délicate, il était maintenant trop tard, les Zetsu blanchâtre avaient été plus rapide, faisant preuve d’une cruauté démesurée. Une atroce odeur de calcination se faisait sentir, de la chair humaine brûlée vive s’évadait de l’entrée de cette grotte, de même que les hurlements s’estompaient subitement après.

Gwon venait sûrement d'échouer littéralement, il fit signe à ses sous-fifres de sécuriser le périmètre et de prendre d’assaut le repère adverse malgré le danger que cela représentait même pour les probables survivants.  

« Pénétrez à l’intérieur et tuez à vue ! Nous connaissons les capacités des Zetsu, ne prenez donc aucun risques ! Méfiez- vous et allez-y ! Je ne veux voir aucun survivant ! Ordonnait-il en positionnant ses hommes.


Les capacités singulière des Zetsu le contraignait à prendre une décision des plus difficiles et impitoyable. En réalité, l’équipe comptait dans ses rangs un shinobi excellant dans l’art de la sensorialité et il n’avait ressenti plus aucune vie dîtes ‘ humaine ‘ demeurant encore indemne dans ces murs obscurs, à l’exception d’un seul…

Un jeune homme faisait son apparition, soudainement, le visage crispé, le regard imbibé d’une rage inextinguible, il dévisageait Ryong et sa troupe essentiellement composée de kumojin en dénotant un dégoût et une fureur morbide.

Cet adolescent était emplit de colère, l’expression de ses yeux encore plus noir que la nuit qui enveloppait les cieux à l'heure actuel, la faute à un Gwon-Ryong peut être trop hésitant préférant s’appuyer sur la sûreté de son équipe, sans oublier le sévère manque de temps dont il bénéficiait pour accomplir cette requête.

Les menaces colériques du rescapé s’en suivirent, marchant machinalement puis intensifiant sa course tout haussant la voix, il était telle une bête enragée et déboussolée. C’était compréhensible mais aux yeux du Jônin, son attitude était inacceptable. Le guerrier titanesque interrompu en plein mouvement le pauvre villageois en lui assénant un puissant et extrêmement douloureux coup de de poing au niveau du foie.

« N’oublie jamais… cette douleur. » Susurrait Ryong dans l'oreille de son interlocuteur sur le point de s'évanouir.


Cette horrible sensation d’impuissance, le maître des arts martiaux la connaissait et l’avait longtemps côtoyée, et ce, durant des années lors de son enfance draconienne.  Ces mots qu’il le lui avait de façon subtile, soufflés aux oreilles avant qu'il ne s'écroule et ne ferme les paupières puis de sombrer dans une perte totale de conscience, avaient pour but de lui redonner espoir aux bienfaits tout comme aux méfaits de la vie, lui imposant indirectement, un certain objectif, quitte à devenir un ennemi potentiellement dangereux dans un futur lointain. Car après tout, l'ancien moine shaolin le savait mieux que quiconque, la haine donnait une raison, une saveur certaine à l'existence elle même et qui plus est, ce fut à partir de ce douloureux sentiment qu'il s'était accroché afin de franchir les plus grands obstacles de son existence antérieur.

Le capitaine de l’escouade était prêt à endosser toute la responsabilité et les conséquences de ses actes ainsi que de ses paroles pour le moins, crues, car ce garçon bien qu'agreste, lui ressemblait d’une certaine manière, dénonçant la représentation parfaite de sa personnalité d'antan. Le laisser dans son ignorance constituait donc un service rendu de son point de vu.

Transportant le corps jusqu’au camp le plus proche, il le confia à une équipe médicale adéquat, avant de s’en aller rejoindre les forces de l’alliance sur le champ de bataille principale, zieutant une dernière fois cette malheureuse victime de guerre d’un œil compatissant.

© GS
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 29/02/2016

EXPÉRIENCE
XP:
74/750  (74/750)
Kumo no Jônin ⎜ 雲隠れの里
MessageSujet: Re: De crainte à haine. {FB} {Gwon - Osou} Mar 3 Mai - 22:18
Chammadaï Osou


La douleur infinie de celui qui reste
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Bottero

Le réveil douloureux, bouche pâteuse, totalement déshydraté, voie interne obstruée par la poussière; l'argentin avait fait fort. Ses mains pâlottes surgirent du néant, déplaçant le débris gênant ses membres inférieurs alors qu'il se leva aussi rapidement que possible. L'assassin subit instantanément les méfaits de son dernier combat, sa vision vira rapidement floue et un coup de marteau vrilla ses capacités cognitives à un tel point qu'il se trouva rapidement assis sur le sol.
Le maître des loups observa les alentours, les doux rayons du soleil flottant sur son visage, figeant leurs couleurs orangés dans sa mémoire. Ne jamais oublier, voici son pouvoir. Le moment fut suspendu, au milieu des décombres et des corps sans vies. Ces mêmes âmes qu'il avait ôté sans plus de cérémonie sans tâcher ses mains de la moindre once de sang, s'occupant de tuer les survivants. Par la plus simple pitié. Une telle attaque ne prenait jamais la vie que de coupables.

Le temps passa sans que le chasseur ne se décide à bouger. Fermant ses yeux, se plaisant aux tempétueux secouant sa tignasse, à cette énorme bouffée de Nicotine, qui congédie alors la totalité de ses pensées. Profiter du moment présent, de sa magnificence, on ignore tous si un quelconque tout puissant en offrira un tel autre. Le ninja croyait réellement aux différentes croyances qui erraient ici et là dans les méandres du continent Shinobi. Il leur accordait beaucoup d'importance. Science, croyance, cela ne va pas pourtant pas très bien ensemble. Mais... Lorsqu'on observe les agissements humains, inexplicable par une quelconque science, là où le coeur ne l'emporte plus ce sont les ordres qui érigent. En l'heure, les ordres sont obscures, mauvais et l'argenté s'en voudra à vie s'il ne pose pas sa pierre à cette édifice en construction... Qui, du côté des gentils, est immense par les actes et les pactes concédés. Face à lui se trouvait un continent unis envers et contre tout, enfin, jusqu'à la destruction de leurs ennemis communs.
Un sursaut chakratique proche perturba sa concentration académique; ses yeux percèrent le voile du destin. Ténèbres, colère, tristesse; il s'y attendait et n'allait certainement pas être surpris. Néanmoins, l'assassin consciencieux percevait une lumière au bout du tunnel, légère, mais qui accrochait par sa futilité. Chancelante, celle-ci grandissait et rapetissait, sans jamais cesser sa belle dance.

Le loup se dressa face aux ténèbres, s'élevant de tout son être; sauvant cette étincelle de l'obscurité, souhaitant du plus profond de lui-même ériger le feu. Un foyer doux capable de faire vivre.
Ses babines se retroussèrent et ses yeux quittèrent ce point fixe à deux pas de lui, fixant l'horizon. Et l'assassin disparut, bien envieux de rattraper ses méfaits, observant en cette sensation... Le besoin de quelqu'un, une aide farouche, mais qui prenait ses fondements en quelque chose de moins bien. Mais en ce moment, pour se défaire de ces visages, paroles le hantant; Osou se jeta la tête la première dans ce qui ressemblait à un guet-apens de l'humanité envers sa vie. Le cyan de son regard jaillissait des arbres, mais aucun son ne perturbait le calme ambiant. Les déplacements ne faisaient bruits, ne provoquaient ce vacarme assourdissant caractéristique de ceux ne connaissant pas la forêt.
Protecteur en son âme et conscience, le ninja observa la scène. Un nom. « Gwon Ryong », un célèbre combattant figurant dans son Bingo Book Blanc. Son sourire s'affaissa, il n'était absolument pas de taille à débuter un quatre versus un actuellement. Tentant de remuer vaguement son épaule qui le fit alors vrombir de douleur, l'actuel ninja errant n'étant affilié à aucun village haussa les sourcils.

« Je vous anéantirai tous, un à un. J'EN FAIS LE SERMENT ! »
Un serment... Songeur, la brutalité et la colère se ressentait; pas même un aveugle l'aurait ignoré. Fouillant dans ses longues poches, le ninja sans faction se saisit d'un bandeau qu'il attacha rapidement à son front, au cas-où; le combat ne devra pas être une nécessité.
Le Loup prit conscience de l'état de ce pauvre gamin, mais, même en se concentrant intensément, il ne ressentait pas une once de chakra. Mais un plus, un petit quelque chose qui le poussait à croire en ce garnement. Mue d'une nouvelle motivation, ce même quelque chose qui effaça peurs et souvenirs, l'obligeant à se concentrer sur le présent. Il se sentir presque défaillir en ressentant la douleur émanant du justicier improvisé lorsque le poing du génie des arts martiaux s'enfonça dans son abdomen. Suffisament pour provoquer un souffle-court au moins, un évanouissement avec lésion interne au maximum. Mais là encore, le futur Shinobi du Pays du Loup ne voyait pas son futur élève s'écrouler, plutôt se relever, faisant preuve d'un ultime sursaut de fierté, d'une rancoeur vaine dans l'état actuel des choses. En somme, d'une idiotie tout à fait humaine. Ou bien, possédera-t-il, cette intelligence fictive qu'on associe dans ce genre de grand pays du combat à de la lâcheté, mais qui renseigne beaucoup plus à notre scientifique du loup.
Le cœur du combattant n'était pas vain et Osou reconnut en la manœuvre du Shinobi de Kumo une certaine humanité. La chaleur provenant du Tigre fut, l'espace d'un instant, aubaine-ment visible pour ce grand observateur qu'est le Protecteur. Tout sourire, il vint rapidement à la finalité de sa réflexion. De la manipulation à l'état pure, celle-là même qu'utilisa Uchiha Itachi lors de la fin de l'attaque de l'assassinat du Clan à l’Éventail. Très courageux de sa part, personne ne sait de quoi l'avenir est fait ou pire, ce qu'il nous réserve.

Ce regard, le ninja ne l'oubliera jamais, l'associera à un grand homme. Néanmoins, il ne laissera pas ce jeune homme à l'Alliance, son coeur ne saurait être assimilié par ce genre de personnes. Ce bonhomme aura besoin de lui, Osou Chammadaï. L'assassin n'eut aucun mal à pénétrer dans ce cas de deux-trois personnes et, une fois les premiers soins nécessaires fournis et l'estimation de ses capacités vitales. Le protecteur s'en alla, emportant avec lui tout souvenir, toute identité. C'était sa particularité, rien ne résistait à son passage, tous l'auront oublié, personne ne tiendra à ce gamin. Sauf lui.

fin
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 28/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
78/750  (78/750)
Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: De crainte à haine. {FB} {Gwon - Osou}
Contenu sponsorisé
De crainte à haine. {FB} {Gwon - Osou}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De crainte à haine. {FB} {Jin} | Part 2.
» KOUMAN HAINE TI PE A FE MARC HENRY E SAL DI SOU NEPTUNE...
» humiliation et Haine [PV]
» Une larme entre amour et haine
» LA " MARSEILLAISE CHANT de HAINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre :: Alentours-
Sauter vers: