AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Ven 22 Avr - 23:49
Zen'ichiro Kamui


 
One Fish, Two Fish, Blue Fish

 
 
Spoiler:
 

Bon sang, ma curiosité m'avait à nouveau emmené dans une situation à la fois embarrassante et chiante. Je me disais que finalement, cette année à voyager et à ne recevoir d'ordre de personne avait été la meilleure période de ma vie... Pendant quelques instants, je songeais même à l'idée de ne jamais revenir au village, de déposer mon bandeau au fond de l'eau et de me tirer, loin de tout ce merdier, de vivre en véritable vagabond, d'aller fracasser des crânes histoires de me dégourdir et enfin, de ne plus recevoir le moindre ordre.

Malheureusement, Kabutowari était une propriété de Kiri et déserter avec cette dernière sur le dos me vaudrait une prime si incroyable que même les déserteurs chercheraient à me buter. Non merci, les Oinins de Kiri sont effrayants, je ne voulais pas me frotter à eux. Mais qu'importe, maintenant, j'étais un toutou au service de mon si précieux village et je devais m'y faire. Tout d'abord, jouer le professeur pour l'une des sept épéistes, qui a d'ailleurs faillit faire couler mon sang à flot... Bien qu'il faille l'avouer, j'étais le premier responsable. Et maintenant, je devais me vêtir de mon habit de diplomate pour aller rencontrer le Kage d'un pays voisin afin d'établir un lien militaire et stratégique avec ce dernier.

Avez-vous sérieusement vu ma tronche ? Ma passion est de fendre des crânes, je ne supporte pas la population et la simple notion d'"échanges" m'est inconnue. Je suis un guerrier, un ninja, un combattant, pas un comédien en jupette jouant les nounous pour gagner un peu de respect. Le parfum de la Mizukage avait beau être une merveille, la femme qui se cachait derrière s'avérait démoniaque... D'un côté, j'étais partagé entre l'adoration et le dégoût pour cette femme.

Une dernière chose cependant vint achever ma journée. Étant le seul épéiste de disponible, Dame Terumi, souhaitant faire bonne impression devant ses compatriotes, décida qu'un épéiste serait le bienvenu pour les négociations, afin de prouver que militairement parlant, Kiri était loin d'être à la ramasse. Cependant, connaissant mon goût prononcé pour le sang, mes mauvaises manières et ma faculté à me laisser emporter par ma colère, notre très cher Mizukage jugea que m'envoyer seul équivaudrait à déclencher une guerre avec nos voisins. Pour cette raison, elle me confia à une chûnin semble-t-il prometteuse, en qui elle avait placé sa confiance afin de m'éviter de commettre l'irréparable, mais également pour que cette dernière livre le message de Dame Terumi.

Tout d'abord, je compris rapidement que ma présence se limiter à celui d'un élément du décor, que la jeune kunoichi présenterait aux autres dirigeants en tant que "potentiel de guerre". Je n'avais donc pas spécialement besoin de parler ou quoi que ce soit, je devais juste agiter Kabutowari dans tous les sens lorsque l'on me le demanderait... Soit, cela me convenait. Mais d'un autre côté, j'allais devoir voyager avec une gamine. Il semblerait que j'étais abonné aux gamines, entre petit-pois et celle-ci, je sentais que mon karma n'allait pas tarder à me précipiter en enfer.

Soupirant, tel un enfant agacé, je marchais les mains dans les poches, la tête baissée, tout en me plaignant à voix basse en permanence. Il ne faisait pas de doute que mon compagnon du jour allait détester ce voyage au vu de mon attitude, mais après tout, je m'en fichais... Moi, je voulais du sang, j'espérais qu'après un an sans nouvelle, la Mizukage me confierait une tâche digne de ce nom. Jetant un œil en arrière, je vis la jeune femme me suivant de près, tandis que nous quittions le village pour notre future destination : Kumogakure no Satô.

"Hey, pink lady. Ne traîne pas, j'veux en finir rapidement avec cette histoire de jupette. Me force pas à t'empaler sur ma hache pour te traîner jusqu'à Kumo, j'pense pas que Terumi-sama apprécierait."

Un peu cru ? Hm, c'est vrai. Et alors ? Je n'avais rien à faire de ma réputation, j'étais déjà considéré comme un Piranha à travers le monde, provoquant ma proie afin de l'attirer vers moi et finalement la déchiqueté. Je ne faisais que conserver mon image. D'autant plus que Kumo était réputé pour être un village de combattant, regroupant les plus grandes têtes brûlées du monde, notamment le Raikage, réputé pour ne respecter que la force. D'un côté, je voulais faire tâter de mon acier à cet homme, peut-être m'offrirait-il un vrai challenge ?

Spoiler:
 


 
 
 
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Messages : 33
Date d'inscription : 19/04/2016

EXPÉRIENCE
XP:
11/750  (11/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Sam 23 Avr - 0:07
Akuma S. Makkura


Ce matin, j'avais décidé de me lever aux aurores. Il était sérieusement temps que je me bouge un peu. Après avoir fait ce qu'il fallait au sujet de mon père, j'avais également suivi ses propres pas : m'enfermant dans une solitude incertaine. Oui, incertaine, parce qu'en réalité je crevais d'envie de découvrir ce monde que je n'avais qu'entrevu. Mais je restais méfiante face à cet océan d'inconnu qui se profilait sous mes pieds, désormais libres.
Et puis, la nouvelle était tombée sans crier garde : une mission m'attendait.
Sans savoir pourquoi, j'avais décidé d'octroyer une part de ma liberté retrouvée au village qui m'avait vu naître. J'avais eu milles et une raisons devant moi de déserter. Des souvenirs trop douloureux, un attachement au passé que je ne désirais pas. Mais je ne pouvais en vouloir à personne d'autre : tout ce qui s'était produit dans cette maison du " malheur " était dû à mon père.

Cette même maison que j'avais quitté une heure plus tôt, à peine, pour me rendre au bureau du Mizukage. Notre mission - puisque j'avais un compagnon d'arme - consistait à faire bonne figure. Sans doute une stratégie politique visant à montrer que le village s'était relevé après la guerre.
Chaque faction Ninja avait perdu des hommes dans la bataille. Il n'y avait pas eu de favoriser puisque nous avions tous agis comme si nous venions du même village. Mais chacun avait sa manière de se remettre. Et visiblement, pour Kiri, l'idée était de le montrer à tous. De leur en mettre plein la vue avec nos épéistes, nos ninjas pleins de talents et de promesses pour un avenir encore incertain.

C'est pour cette raison que nous prenions la route pour Kumo.
Lors de la guerre, j'avais quitté le village et découvert une partie du monde extérieur. Mais les conditions étant ce qu'elles étaient, ça n'avait été qu'une découverte superficielle. J'ignore si je pourrais profiter un tant soit peu des originalités du pays de la Foudre, et plus particulièrement du village caché de Kumo. Mais cette visite me rendait un tant soit peu curieuse ; j'arrivais en terre inconnue.
Nous venions de quitter l'enceinte de mon village natal, quand je me décidais à allumer une cigarette. Les choses " sérieuses " allaient peu à peu se profiler à notre horizon, si bien que j'ignorais quand je pourrais en fumer une. Cependant que mon compagnon de voyage s'adressait à moi.

- Quelle bonne humeur... soupirai-je à mon tour.

Je ne connaissais pas beaucoup de monde au village. Certes, j'y avais grandi, mais l'isolement forcé par mon père m'avait contrainte à ne connaître personne. Je découvrais mon propre village et mes compagnons d'armes au fur et à mesure.
Toutefois, et en dépit de cette ignorance pour mes comparses, j'avais tout de même entendu des choses sur les épéistes. Comme naguère, ils étaient la fierté du village, une escouade faite de ninjas tous plus qualifiés les uns que les autres. C'était sans doute pour cette raison que la Mizukage, Meï Terumi, avait décidé de l'envoyer avec moi. Malgré son côté... Humeur de chien, je dirais.

Nonobstant ses réflexions un brin sadiques, j'avançais pour me poster aux côtés de cet épéiste. Rester en retrait ne servirait à rien, et nous séparer dès maintenant serait encore plus inutile.

- C'est bon, il est content ? Je relevais le visage vers lui, petite taille oblige.

Malgré son rang et tout ce que je pouvais entendre à son sujet, j'avais décidé de ne pas faire la timide ou la niaise. Primo, ça n'était pas dans mes habitudes. Secundo, cela ne servirait à rien. J'imagine que ce genre de comportement ne m'aidera pas à me faire apprécier ; personnellement, j'avais tendance à détester les personnes trop timides à mon goût. D'autant plus que nous nous retrouvions côte à côte face à des menaces qui pourraient être réelles.
L'une des parties importantes de cette mission résidait sans doute dans le voyage. Il pourrait arrivé à n'importe qui de faire une mauvaise rencontre. Et même si je n'étais pas en reste niveau capacités, et qu'un épéiste m'accompagnait, tout pouvait arriver. Alors, je me comportais le plus naturellement possible.
Quitte à prendre le risque, quoique léger, de finir embrochée sur sa hache.

Messages : 32
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 20

EXPÉRIENCE
XP:
14/500  (14/500)
Kiri no Chunin ⎜ 霧隠れの里
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Sam 23 Avr - 13:02
Zen'ichiro Kamui


 
One Fish, Two Fish, Blue Fish

 
 
Réfléchissant à notre itinéraire, je sentis une odeur digne du Diable me parcourir les narines. Pire encore, l'odeur venait se rapprocher de moi, me forçant instantanément à me boucher le nez tandis que des larmes s'échappaient de mon seul œil. Me retournant vivement vers la jeune femme, je frappais d'un coup sec la clope qui dépassait de ses lèvres avant de l'écraser avec acharnement au sol, tel un psychopathe.

Bordel... J'avais oublié à quel point l'odeur du tabac pouvait m'être mortel. Reprenant mon souffle, comme si je venais de produire le plus grand des efforts, je tournais la tête vers la kunoichi, fixant cette dernière d'un air meurtrier.

"Si tu cherches à me buter, dis-le de suite ! Tss, ne t'avise pas d'en rallumer une seule, sinon, c'est ta tête que j'arrache la prochaine fois !"

Je commençai alors à prendre mes distances, avançant bien plus rapidement qu'au départ en destination du port. Finalement, je repris mon calme. Autant dire que notre mission commençait déjà mal, je venais d'échapper à une tentative involontaire de meurtre. Je sentais d'ailleurs l'odeur d'un stress passager chez mon compagnon, qui ne devait pas s'attendre à une telle réaction de ma part sur le coup... Peut-être devrais-je lui expliquer ? Je repris cependant ma trajectoire, essayant d'aligner les mots justes dans ma tête... Histoire de ne pas la froisser, ni de passer pour une créature étrange.

Soudainement, mes pas se stoppèrent. Je sentais que l'atmosphère était lourde, que je devais des explications à celle qui me suivait de près... Soupirant de nouveau avant de caler mes mains au fond de mes poches, je pris la parole.

"Hm, écoute... Comment dire... J'ai un don assez particulier, depuis toujours. Mon odorat est approximativement, cent fois supérieur à la normale. Je peux retenir un millier de senteurs et la moindre odeur est décuplé pour moi. Ton tabac, c'est comme si tu m'avais poignardé le crâne, je n'ai fait que réagir par instinct."

Bien, maintenant que les choses étaient dites, nous pouvions reprendre notre chemin, dans une ambiance beaucoup plus sereine. Je ne sais pas si mes mots avaient suffis à la convaincre mais dans tous les cas, elle devrait s'y faire. Voilà l'une des raisons qui me faisait tant destester la compagnie... Il fallait apprendre à se connaître, découvrir des choses l'un sur l'autre, commettre des fautes et ensuite les réparer. Autant dire que c'est d'un ennui mortel.

Tandis que nous arrivions au port, je fis un signe de la main bref à l'un des hommes sur le quai en charge des départs. Je le connaissais plutôt bien, depuis que j'étais gosse, je passais devant lui, même si son odeur infecte de poisson décomposé me donner à chaque fois la nausée, au final, il était devenu l'une de mes connaissances. Nous nous retrouvions alors à voguer sur l'océan, chose assez ordinaire pour nous autre Kirijin.

Observant le mouvement des vagues, je me perdis quelques instants dans mes pensées, attendant le moment fatidique de notre entrevue avec le grand Raikage. Qu'allions-nous dire ? Et surtout, comment ? Le Pays de la Foudre est réputé pour être un regroupement de têtes brûlés, les convaincre serait, sans aucun doute, délicat... Hm, nous verrons bien, je suis bien plus doué pour l'improvisation que pour la mise au point de stratégie.



 
 
 
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Messages : 33
Date d'inscription : 19/04/2016

EXPÉRIENCE
XP:
11/750  (11/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Sam 23 Avr - 17:13
Akuma S. Makkura


J'avais dû me retenir au moment où il avait arraché ma clope de ma bouche. Bon, que les non-fumeurs soient dérangés par l'odeur, je pouvais comprendre. Mais s'il avait seulement levé les yeux un moment, il n'avait qu'à me demander de m'éloigner.
Néanmoins, ses explications me contentaient : chacun de nous avait des particularités. Pendant longtemps après les premières expériences de mon père, la vue d'une aiguille me paralysait. Et puis, j'avais découvert une autre façon de les utiliser : pour me tatoué. Depuis, elles étaient devenues mes amies, presque, comme un refuge que j'utilisais pour extérioriser ma douleur.

Lorsque nous arrivions à proximité du port - et de l'odeur nauséabonde de poisson - j'esquissais un petit sourire en coin. A quoi cette odeur pouvait bien ressembler pour ses narines à lui ? Du coup, je lui jetais un bref coup d'oeil, et le dégoût qu'il ressentait se voyait à cent mètres.
Après avoir fait signe à un homme sur le quai, il m'entraînait à sa suite sur le navire. Je n'avais jamais pris le bateau de mon existence. Peut-être aurais-je le mal de mer ? Je l'ignorais, mais intérieurement, je priais pour que le voyage se passe bien.

- Bien, monsieur Narines sensibles. Je vais aller à l'autre bout du bateau et me fumait une cigarette. Si tu ne veux pas mourir à cause de l'odeur, ne t'approches pas, d'accord ? Je le fixais de toute ma petite taille avant de hocher la tête.

Pire qu'une excuse pour pouvoir fumer, j'avais besoin de me retrouver seule.
Je n'étais pas une grande fumeuse. Il pouvait se passer des heures sans que je fume, mais durant des heures plus sombres, j'enchaînais les cigarettes sans même m'en rendre compte. Peut-être que l'excitation, quant à la mission, et mon impatience d'arriver à Kumo jouaient en cette faveur.
Accoudée face à la mer, je reniflais tranquillement l'odeur d'iode. J'adorais cette odeur, sans savoir pourquoi. Et par chance, les vagues qui remuaient le bateau n'atteignaient pas mon estomac. J'étais donc insensible au mal de mer.
Mais mes pensées étaient indubitablement dirigées vers la mission. Le fait que celle-ci soit du ressort diplomatique la rendait autrement plus compliquée. Là, il n'était pas uniquement question de sortir les armes et de s'en sortir vivant. Il fallait trouver les bons mots, au bon moment. Il fallait faire bonne impression sans pour autant avoir l'air d'une loque. J'ignore encore si, une fois au pays de la Foudre, je serais ou non à la hauteur de cette tâche. Toujours est-il que cette mission était à ma charge - et à celle de l'épéiste, bien sûr - et que je devrais faire du mieux possible.

Une fois ma cigarette finie, je retournais aux côtés de l'épéiste. Mes vêtements s'étaient peut-être imprégnés de l'odeur du tabac froid et des relents de fumée, toujours est-il que j'avais essayé de ne pas l'importuner davantage avec cela.

- Terumi-sama a-t-elle énoncé des points particuliers à mettre en avant ?

Bien sûr, la Mizukage m'avait expliqué la mission. Néanmoins, il était possible qu'elle ait également donné d'autres directives à mon comparse. Et comme je le pensais à ma sortie du village : il nous fallait faire équipe.
Et tant pis si mon odeur de clope pouvait l'emmerder.

Messages : 32
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 20

EXPÉRIENCE
XP:
14/500  (14/500)
Kiri no Chunin ⎜ 霧隠れの里
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Dim 24 Avr - 14:32
Zen'ichiro Kamui


 
One Fish, Two Fish, Blue Fish

 
 
Étrangement, l'odeur de la mer m'était paisible. J'aimais sentir le sel, l'iode, l'humidité... Tout cela me donnait l'impression d'être dans mon élément, comme un poisson dans l'eau, à chaque fois que je me retrouvais sur cette immense étendue d'eau salée, mon cœur s'apaisait. À vrai dire, j'aurais aimé avoir des branchies et pouvoir respirer sous l'eau... Pouvoir sonder les profondeurs de la mer et vivre dans cet environnement si paisible et calme, transporter par les courants à marins à travers le monde.

Malheureusement, je devais me contenter d'une simple embarcation, me menant au pays des joyeux taré, remplis de muscles et de grandes gueules. Encore une fois, je pouvais sentir ce maudit tabac dans mes narines... La kunoichi avait fait l'effort de s'éloigner tant que possible, pour cette raison, je gardais mon calme, la distance permettait à la fumer de se disperser et ne pas complétement m'agresser. Retenant tant que possible mon souffle, j'attendais sagement dans mon coin qu'elle en termine avec sa mise à mort.

Voyant pink lady revenir... Oui, je ne connaissais pas son nom, Terumi-sama me l'avait certainement dit, mais je n'avais pas jugé l'information utile. J'étais bien trop occupé à broyer du noir dans mon coin et à pester en silence. Je disais donc : voyant pink lady revenir, je ne pus m'empêcher de tourner la tête, essayant de fuir l'odeur du tabac froid, bien plus atroce encore que le tabac en train d'être consumé.

"Terumi-sama a-t-elle énoncé des points particuliers à mettre en avant ? "

Hm, à vrai dire, je n'avais pas vraiment reçu d'instructions de la part de la Mizukage... Ou peut-être que si ? Que m'avait-elle dit... "Sois sage, tiens-toi à carreau et qu'importe ce que l'on te dit, ne répond pas aux provocations"... Quelque chose de ce genre, je devais simplement fermer ma gueule pour éviter une déclaration de guerre. Après quelques secondes de réflexion, une chose me revenait en tête.

"A part le fait de jouer le toutou docile devant le Raikage, elle m'a demandé d'annoncer à ce dernier qu'une nouvelle génération d'épéistes venait de voir le jour et qu'en vu d'une potentielle alliance, la Mizukage serait prête à nous envoyer en renforts au service du Village caché des Nuages. Je crois que c'est tout, elle m'a dit que tu avais reçu pas mal d'informations concernant les traités de l'accord, notamment une lettre manuscrite par Terumi-sama elle-même."

Ce n'était que maintenant que je réagissais. Quelle serait cette alliance ? Kumo et Kiri s'entraidant main dans la main face aux méchants ? Je n'avais pas vraiment d'idée concernant tout ça, je n'avais pas spécialement écouté la Mizukage, peut-être que j'aurais dû...

Notre navire termina alors sa course, nous arrêtant sur les côtes du Pays de la Foudre. Il n'y avait pas besoin de panneau pour comprendre où nous venions de mettre les pieds. Cet endroit était chargé de puissance, les montagnes omniprésentes représentaient parfaitement la philosophie de Kumo, à savoir un amas de force brut caché sous une montagne infaillible. J'avais hâte de voir à quel point la puissance militaire de Kumo pouvait être impressionnante... Ou décevante.



 
 
 
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Messages : 33
Date d'inscription : 19/04/2016

EXPÉRIENCE
XP:
11/750  (11/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Dim 24 Avr - 15:51
Akuma S. Makkura


Rapidement, l'épéiste m'avait appris qu'il n'était là que pour faire bonne figure. Comme il l'avait énoncé au moment de notre départ, il ne servait que de plante verte ici. Ou une poupée d'épéiste que je devais exhiber au Raïkage pour montrer notre puissance.
Le village se réduisait donc à cela : montrer aux autres comme nous étions puissants, beaux, forts et ... Ouais, modestes, en effet. Cette idée ne me plaisait pas tant que cela. Certes, les blessures de la guerre devait être pansées, on devait passer à autre chose. Mais se montrer sous un nouveau jour, sous une puissance certaine, est-ce que c'était la bonne chose à faire ? Je l'ignorais et le problème était là : et si la Mizukage n'avait pas agis trop vite, prenant des décisions qui risqueraient d'être péjoratives par la suite ? Qui risqueraient de nous coûter cher dans un futur proche ou lointain ? Ca aussi, je l'ignorais.
Alors, je haussais les épaules.

Nous arrivions rapidement au pays de la Foudre. Le paysage était aussi différent, dépaysant, que je l'avais espéré. C'est étonnant comme des contrées pourtant pas si éloignées que ça, puissent avoir autant de différence dans leur nature singulières.
Nous descendions du bateau et je sentais cette envie de découverte s'insinuait encore plus en moi. La vraie mission commençait maintenant. Nous étions arrivés au pays de la Foudre et maintenant, il faudrait s'assurer de faire bonne figure, et de montrer ce qu'il fallait. Ni trop peu, ni trop.

- Bon. On y est, ça y est ? Je lorgnais mon coéquipier. J'éviterais de fumer jusqu'au retour, si ça peut t'éviter une mort subite.

J'avais du mal à m'y faire, à cette explosion de son sens olfactif. Toutefois, je me demandais si il avait finit par s'accoutumer ou non de sentir toute les odeurs multipliées par dix ? Ou si ça revenait à chaque fois comme une claque.
C'est assez amusant de découvrir les particularités d'autres ninjas. La mienne, de particularité, n'était pas négligeable non plus. Néanmoins, je le vivais bien. J'avais appris à faire ma vie avec, à m'accoutumer de cette différence qui me représentait, qui était moi, tout simplement. Sans doute était-ce pareil pour lui. Je n'en savais rien ; mais je lui poserait sans doute la question à un moment ou un autre.

Mon ventre gargouillant me ramenait à la réalité. Peut-être qu'ils avaient des spécialités culinaires ici ? Quoiqu'il en soit, j'avais bien envie de découvrir une nourriture spécialement faite ici.

- J'ai faim, tu crois qu'on pourra manger quelque chose avant ?

Oui, j'avais réellement faim. J'étais un peu un estomac sur patte, surtout lorsqu'il était question de découvrir des nouveautés.

Messages : 32
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 20

EXPÉRIENCE
XP:
14/500  (14/500)
Kiri no Chunin ⎜ 霧隠れの里
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Dim 1 Mai - 0:59
Zen'ichiro Kamui


 
One Fish, Two Fish, Blue Fish

 
 
Il n'y avait pas à dire, cet environnement ne m'était pas particulièrement plaisant. Le sol était ferme, presque asséché malgré la proximité avec la mer, et l'immensité des montagnes me donnait le vertige simplement en les regardants. Je préférais largement le climat du Pays de l'eau, ni trop chaud ni trop froid, bien que souvent pluvieux, mais ce n'était pas un mal, j'aimé la pluie. Avançant alors sur la route menant au Village caché des nuages, je perdais mon regard dans l'immensité du ciel, observant chaque forme des cumulus, m'imaginant par moment une histoire, comme un enfant qui s'ennuyait sur la route et ne trouvait rien d'autre à faire que de jouer avec son imagination.

Tandis que je commençais à marcher comme un condamné à mort se dirigeant vers sa potence, la voix de celle qui m'accompagnait vint me ramener à la réalité. Pendant un instant, j'avais presque oublié sa présence et son odeur si... Infecte. Avec un peu de chances, nous prendrons la pluie en pleine tronche ce qui masquera l'odeur du tabac. Je l'espérais en tout cas.

"J'ai faim, tu crois qu'on pourra manger quelque chose avant ? "

Manger ? Hm, nous ne sommes pas là pour faire la tournée des restaurants, elle aurait dû y penser avant. Je n'avais surtout pas envie de m'arrêter, je voulais achever cette mission le plus vite possible et finalement repartir loin de tout. Continuant alors de marche, les mains derrière la tête et le visage levé au ciel, je lui répondis sur un ton fatigué.

"Nan, la cuisine ici est infecte, c'est un coup à chopper trois pestes différentes. On vient juste faire causette avec Papy Raikage et on rentre aussitôt."

Tandis que le bruit incessant de son ventre me donnait envie de la jeter à la mer et de continuer seul, je me retenais, préférant inhaler toutes les nouvelles saveurs de la région. J'étais déjà venu par ici, il y a longtemps, mais la guerre avait apporté son lot de nouveauté. La terre fraîchement retournée et le climat qui avait subi quelques coups, venaient de créer un nombre incroyable d'odeurs que je n'avais pas découvertes jusque-là. Je pouvais sentir l'odeur du sang qui était ancrée dans le sol, celui de l'acier et des ossements qui se mélangeaient, formant ce que l'on appelle le parfum de la guerre.

Au loin se dessina l'entrée du village de Kumo. Après des heures interminables de marches, la fatigue commençait doucement à me gagner. Il fallait dire que j'avais passé mon temps à me plaindre, criant de temps à autre que je détestais cet endroit et cette mission, que je préférais encore me sectionner la gorge plutôt que de traverser ces maudites montagnes et me plaignant du ventre gargouillant de ma partenaire à chaque manifestation sonore. A force de brailler et de brasser du vent, je m'étais épuisé pour finalement pas grand chose, mais j'en avais l'habitude.

Arrivant alors face aux portes du village, les gardes me firent signe de m'arrêter, reconnaissant Kabutowari positionnés dans mon dos, ils se mirent à poser tout un tas de questions, notamment sur les raisons de la venue de deux ninjas de Kiri dont l'un des sept épéistes... Ma réponse fut assez claire, d'un air souriant, dévoilant mes dents pointues, je me rapprochais d'eux tel un piranha essayant de piéger sa proie.

"Si je vous dis que je viens pour transformer vos jolies petites têtes en boucle de ceinture, vous en pensez quoi ? Contentez-vous de faire votre boulot et de nous emmener auprès du Raikage, l'envie de vous découper en deux me démanges, alors ne nous faites pas attendre !"

Mes poings étaient serrés, je n'avais pas combattu depuis bien longtemps et ma récente rencontre avec le p'tit-pois manieur de hachoir m'avais laissé sur ma faim, j'avais presque un besoin naturel de dépecer mes adversaires, c'est d'ailleurs une raison pour laquelle je ne voulais pas rester trop longtemps, pour éviter que je ne dérapes...



 
 
 
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Messages : 33
Date d'inscription : 19/04/2016

EXPÉRIENCE
XP:
11/750  (11/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Dim 1 Mai - 14:04
Akuma S. Makkura


Ma faim n'était pas réellement dû à un manque de nourriture. J'aimais simplement découvrir de nouvelles saveurs et j'avais espéré que Kumo m'en apporterait quelques-une. Après tout, et même si nous étions en mission, il devait bien y avoir une échoppe proposant des plats à emporter. Mon appétit et ma soif de nouvelles choses étaient bien contradictoires avec mon aspect physique : les essais de mon père m'avaient rendues chétive, comme anorexique. Pour autant, je mangeais à ma faim et même plus. Mais il faut croire que mon corps avait décidé de rester aussi fin que possible.
Dans un sens, cela ne me dérangeait pas. Etant également petite, ma taille fine et élancée me permettait d'être plus discrète et donc, en adéquation avec mes capacités, plus assassines. La seule chose qui me permettait, de toute évidence, de ne pas avoir l'air aussi amaigrie qu'une affamée restait mes hanches larges.

Alors que mon coéquipier commençait à râler, me parlant de peste ou je ne sais quoi, je me décidais ; quoiqu'il en dise, je passerais rapidement à une échoppe à emporter. La route avait été longue et j'avais réellement envie d'une douceur sucrée pouvant me revigorée un minimum. Tant pis s'il viendrait à râler, encore : cela semblait être une habitude chez lui.
Et puis, je n'en pouvais rien si mon estomac avait commencé à grogner d'impatience. Tout ça, à la simple idée que je puisse enfin découvrir les spécialités du coin.

Devant les portes du village, je laissai Kamui prendre la parole.
Je comprenais alors la raison qui avait poussé Meï-sama à le faire accompagné : la diplomatie semblait être une notion très vague chez lui. Cependant qu'il menaçait les gardes, je sortais l'ordre de mission de ma sacoche, la montrant aux gardes.

- Nous sommes envoyés par le Mizukage. Elle a un message à adressé au Raïkage et tiens à ce que nous lui remettions en main propre.

Kamui avait fait son petit speech, et j'avais accompli ma part du travail. En somme : un bon travail d'équipe. Il est clair que, malgré la paix ambiante, une menace pouvait toujours venir. Et ce, de n'importe où. Les questions et autres interrogations des gardes étaient donc légitimes, néanmoins, mon coéquipier ne faisait guère preuve de patience.
Je n'avais pas relevé et n'avait pas pris la peine de lui faire remarqué. Chacun à sa propre manière de se comporter, ses qualités et ses défauts. Non seulement Kamui était bien plus gradé que moi, mais en plus il avait la main légère sur les menaces. De ce fait, j'avais préféré de ne pas prendre la peine de l'engueuler pour ça. Ce n'était pas mon rôle.

Les gardes nous désignaient le bâtiment du Raïkage ; ils ne pouvaient nous accompagné mais nous assuraient qu'un ninja pourrait nous y accueillir. Après avoir opiné, je passais les portes et me jetai sur la première échoppe à ma vue : personne.

- Je fais vite ! Il n'y a personne, je lançais à Kamui.

Et en effet, à peine une minute après ça, j'étais servie.
J'ignorais si le Raïkage nous attendait ou s'il était occupé, j'avais donc pris assez de spécialités sucrées au cas où, si nous devions attendre. Au pire des cas, je pourrais les consommer sur le chemin du retour.

- Tu en veux ? Je tentais le paquet vers mon coéquipier.

Je fixais des yeux ronds sur lui, tout en espérant que l'odeur, agréable mais fortement sucrée, ne viennent pas lui agresser son sens olfactif. Il risquerait de m'en parler pendant encore tout le trajet retour.

Messages : 32
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 20

EXPÉRIENCE
XP:
14/500  (14/500)
Kiri no Chunin ⎜ 霧隠れの里
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Mer 4 Mai - 0:35
Zen'ichiro Kamui


 
One Fish, Two Fish, Blue Fish

 
 
Alors que je me trouvais à quelques centimètres des gardes et que la tension commençait à devenir électrique, la voix de Pink lady vint faire irruption dans notre conversation musclée. Brandir la convocation de la Mizukage s'avéra une bonne idée au final, je n'y avais pas vraiment songé... Ou plutôt, je voulais me défouler et elle venait de m'en empêcher. Pour sûr, à notre retour, j'irais traquer un vilain pas beau histoire de faire couler un peu de sang.

Alors que la porte du village s'entrouvrit légèrement, je passais rapidement, histoire de ne pas perdre de temps. Observant les lieux, je sentais la testostérone ambiante... L'odeur de sueur était presque irrespirable, à croire que les kumojins passent leurs temps à se taper sur la tronche. Essayant alors de respirer le moins possible cet air pollué, je cherchais du regard la tour du Raikage... Facile à trouver, cela ne pouvait être que le bâtiment le plus imposant du village, s'élevant dans les airs afin de surpasser n'importe quelle autre bâtisse.

"Je fais vite ! Il n'y a personne "

Tournant rapidement la tête, je vis la kunoichi courir en direction d'une petite échoppe, certainement un restaurant au vu du mélange d'odeur chaude, de sel, de sucre et de toutes sortes de saveurs... Elle était donc décidée à se remplir le ventre et histoire que je n'ai pas mon mot à dire, elle avait profité de mon inattention... Un rictus se forma sur mes lèvres, j'avais envie de dégainer Kabutowari et de faire un trou dans la peau de la chûnin... Cependant, je me ravisais, peut-être étais-ce trop extrême ? Je devais me détendre, du moins, essayer.

Fort heureusement, mon attente fut de courte durée. Une minute, plus ou moins et voilà que Pink Lady était de nouveau à mes côtés. Je voyais dans ses mains tout un tas de cochonneries, principalement sucré. J'étais fan de ce genre de chose, l'odeur du sucre est particulièrement douce et délicieuse. À vrai dire, l'odeur du sel et du sucre sont deux choses que j'apprécie plus que tout. Piochant alors généreusement dans son sachet, je ne pus m'empêcher de sentir l'odeur de la pâtisserie entre mes mains. J'avais peut-être l'air con à renifler ma bouffe au lieu de simplement la déguster, mais tant pis. Me contentant d'un simple mouvement de tête en guise de remerciement, je repris la route pour la tour du Raikage, essayant de masquer mon plaisir en laissant croire que je n'appréciais pas ce léger contretemps... Tss, il en fallait peu pour détourner mon attention...

Traversant les rues de Kumo, je ne pouvais m'empêcher de comparer l'ambiance d'ici à celle de Kiri. Nous étions habitués à une atmosphère bien plus sombre et mystérieuse... En général, il est mauvais de traîner inutilement dans les rues de Kiri et les gens sont loin d'être aussi "heureux" qu'ici. J'étais étonné de voir autant de monde, autant de discussion, j'avais l'impression d'être partout sauf dans un village ninja. Même les odeurs n'avaient rien à voir... Tout était plus chaleureux et l'odeur de poisson n'envahissait pas les rues. Je commençais presque à me plaire dans cet endroit, malheureusement la mer était trop éloignée à mon goût et je n'appréciais guère l'altitude.

"Hey... Euh... Pink Lady, t'est déjà venu ici ? Tu sais comment on est censé se comporter devant le Raikage ? On lui sert la main ? Ou on agit comme eux en se frappant le torse tel des animaux en rutes ?"

Oui, les Kumojins me faisaient penser à des gorilles, cherchant à s'imposer les uns envers les autres, à prouver qui est le mâle dominant. Après tout, ce n'est pas l'armée la plus puissante du monde ninja pour rien... Quand il s'agit de frapper, ils sont les premiers. Par contre, quand il s'agit de découper, rien ne vaut un bon Kirijin. Mais soit, je me posais sincèrement la question. Je n'avais pas vraiment d'idée concernant les politesses du pays et je ne souhaitais pas faire échouer cette mission. Un ninja doit savoir abandonner toute dignité et jouer les caméléons pour le bien de son village n'est-ce pas ? Observant sérieusement la chûnin, j'espérais au moins qu'elle saurait me guider dans cet art qui m'étais étrangé.



 
 
 
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Messages : 33
Date d'inscription : 19/04/2016

EXPÉRIENCE
XP:
11/750  (11/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Mer 4 Mai - 21:09
Akuma S. Makkura


Dire que je me suis régalée avec mes quelques achats n'étaient qu'un euphémisme : les pâtisseries ici étaient divines. J'en prendrais sans aucun doute sur le chemin du retour, quoiqu'en dise mon coéquipier. Et à voir la façon dont il se goinfrait avec moi, je ne pense pas qu'il serait contre cette idée. Après tout, le voyage serait ennuyeux, alors un peu de nourriture ne pourrait que l'égayer.
Nous avancions dans le village de Kumo. La tour du Raïkage - tout à l'instar de celle du Mizukage - semblait dominé le village, elle le surplombait de sa hauteur. C'est à croire que c'est comme ça partout.

Néanmoins, je continuais de me demander si nous devions nous comporter d'une autre façon ou non. La logique voulait que nous nous présentions au Raïkage pour ensuite expliquer notre venue, dont il avait pourtant dû être informé.
Les rues étaient vivantes et chacun semblait être avenants et prêt à la conversation ; je m'attendais même à ce qu'on vienne nous guider. Ce qui n'arrivait pas, bien évidemment. Mais, contrairement à Kiri, on pouvait se sentir à l'aise. Même le gérant de l'échoppe où j'avais acheté mes sucreries avait un large sourire et semblait prêt à servir sa clientèle avec bonheur.
Mon coéquipier finissait par m'interroger sur notre comportement. Et cependant que je réfléchissais à sa question, je me rendais compte que je n'en savais rien. Accepteraient-ils de laisser parler une femme ? Ou, à l'inverse, préféraient-ils avoir à faire à un homme ? La misogynie est peut-être une chose courante ici, je n'en sais rien.

- Honnêtement, j'en sais rien. Et je n'ai pas souvenir que la Mizukage nous ai demandé d'agir d'une sorte ou d'une autre, je haussais les épaules en signe d'incompréhension totale. Même si je doute que le fait de te frapper le torse vigoureusement serait bien vu. Je me chargerais de nous présenter, et tu expliqueras notre venue. Si je vois qu'ils n'ont pas de problème avec le fait que je prenne la parole, je continuerais. Ca te convient ?

Je me tournai vers lui cependant que la tour du Raïkage se dressait désormais devant nous. Il était temps de vraiment rentré dans le vif de notre mission, si bien que je rangeais le reste de mes pâtisserie dans ma sacoche.
La seule idée qui me restait en tête était de réussir à accomplir notre mission sans accroc. Elle paraissait simple, à première vue, mais il nous fallait user de diplomatie et faire preuve de bonnes manières pour amener Kiri et Kumo aux meilleures ententes possibles ; j'en avais conscience et au moins, je ne risquais pas de faire de bourdes. Ou du moins, je l'espérais.

- Allé, c'est parti.

Je jaugeais un instant le bâtiment, avant d'en franchir la porte et de gravir les marches jusqu'au bureau du Raïkage. Là, un garde restait devant la porte. Je lui tendais alors notre ordre de mission et il nous désignait des sièges plus loin.
Il nous faudrait patienter quelques temps.

Messages : 32
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 20

EXPÉRIENCE
XP:
14/500  (14/500)
Kiri no Chunin ⎜ 霧隠れの里
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Ven 13 Mai - 1:11
Gwon-Ryong

ンとの協定と
Pact with the storm





« Les droits sont des propriétés appuyées sur la puissance.
Si la puissance tombe, les droits tombent aussi. »


Ô race humaine aux destins d’or vouée, avais-tu senti de quel travail formidable et battant, soudainement, depuis des siècles, ta force immense se faisait secouée ?

L’acharnement perpétuel des shinobi à mieux chercher, à mieux savoir, fouillait comme à nouveau l’ample forêt des êtres, et malgré la broussaille où tel pas s’enchevêtrait, l’homme conquérait sa loi des droits et des devoirs.

Soldats, savant, artiste, apôtre, aventurier, chacun trouait à son tour le mur noir des mystères du ninshû, et à cause de ces labeurs groupés ou solitaires, l’hominidé nouveau se sentait l’univers tout entier, s’autoproclamant même divin inutilement après avoir effleuré le fruit défendu que l’on appelle ‘ chikara’.

Siégeant du haut de son piédestal, ce gratte-ciel ornementé de l’insigne national surplombant la ville ennuagée, Gwon-Ryong fut convié à diriger en l’absence provisoire du patriarche officiel, le village caché des nuages. Adosser sur son trône cuivré, face à cette vitre transparente martelée par de fines particules d’eaux, de son regard limpide, le dragon céleste zieutait l’horizon à la manière d’un ‘aquila ’, examinant en hauteur ces montagnes qu’il dirigeait, dominait et protégeait au péril de sa vie.

Son intronisation au poste suprême était imminente, le sacre de la cinquième ombre de Kumogakure se faisait sentir au fil des semaines, tandis que le prochain Godaïme ne pouvait s’empêcher de servir sa patrie tout en lui faisant honneur en remplissant avec brio les requêtes octroyées et en prêtant main forte au ‘ Boss ‘ lorsque celui-ci s’adonnait à des activités politiques externes.

Le rejeton du troisième Raikage s’était en effet absenté pour une durée qui semblait indéterminée, léguant les rennes à un successeur déterminé à préserver cette fameuse place, cette position royale, sur la plus haute marche du podium dans l’échelle de puissance shinobi. La nation foudroyante s’apparaissait véritablement comme une patrie avec des moyens économiques et militaires sans équivaut, et ceci étant dû à une capacité d’investissement remarquable ainsi, qu’à une faculté de diriger et gérer les finances notoire, notamment de la part des hauts dirigeants du pays. Kaminari était donc, à l’heure actuelle, en constante évolution, laissant loin derrière ses voisins.

Des voisins qui ne pouvaient s’empêcher de vouloir tisser des liens, des accords communs et alliances juteuses pour leur misérable territoire. Toutes furent immédiatement refusées, à l’exception des récents événements contraignant l’orage noir à se mêler aux pauvres petits nuages blanchâtres.  

La venue des deux étrangers issus tout droit des contrés brumeuses n’était pas passée inaperçue, et cette nouvelle parvint rapidement jusqu’aux appareils auditifs du prétendant, deux shinobi qui lui était inconnu, bien que l’un d’entre eux semblait faire partie de cette section si réputée connu sous le nom de ‘Kiri no Shinobigatana Shichinin Shû ’, à l'image d'une de ses anciennes connaissances, également détenteur de l'une de ses fameuses armes aux pouvoirs si effrayants.

« Faîtes-les entrer. » Ordonnait froidement le Jônin.


La porte s’entrouvrit lentement, un léger grincement se faisait entendre avant que le duo d’allogènes ne fasse son apparition face au colosse adosser sur le fond de son siège de cuir, Gwon-Ryong se démarquait de par son habillement, vêtu d’un ensemble costard noirâtre dénotant une certaine élégance chez celui que l’on comparait à une véritable brute.

« Le Yondaïme étant absent, ce sera moi, Gwon-Ryong qui sera chargé de participer à cette entrevue. * Il joint ses mains et croise les jambes* Je vous écoute kirijin, donnez-moi les détails de la raison de votre venue, et de ce que désire votre supérieur. » Disait-il d'un ton mystérieux.


L’attitude du Long-Wang ne laissait transparaître aux premiers abords, aucune sympathie particulière à l’égard des guerriers de Mizu no Kuni, manifestant dans ses faits et gestes, une assurance impressionnante, préservant ce côté étrange chez sa personne. Ses pupilles de cyclamen se plongeaient dans celles de ses interlocuteurs juvéniles, pendant qu’il faisait signe aux deux gardes de sortir de la salle principale, afin de mettre plus à l’aise ses opposants en leur offrant une atmosphère plus cordiale bien que légèrement pesante et menaçante.

Assis de manière confortable, le capitaine de l’équipe Ryûugu se délectait du thé jaunâtre appelé ‘huáng chá’ qui fut servi par la nouvelle secrétaire du ‘Boss’, jubilant intérieurement à l’idée d’entendre les propositions alléchantes des représentants de la nation de l’eau, des portes-paroles qui semblaient comme deux agneaux ayant pénétrés dans l'antre d'un dragon affamé.

© GS
Messages : 104
Date d'inscription : 29/02/2016

EXPÉRIENCE
XP:
74/750  (74/750)
Kumo no Jônin ⎜ 雲隠れの里
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Sam 14 Mai - 14:42
Zen'ichiro Kamui


 
One Fish, Two Fish, Blue Fish

 
 
Suivant la jeune femme à la chevelure rosée, notre route nous mena finalement dans la tour du Raikage. Je ne savais pas vraiment comme appréhender cette entrevue... Au fond de moi, l'envie de me jeter directement sur l'ombre de la foudre et de tester ses capacités me semblait une bonne idée. Kumo était comme une arène, c'est l'endroit rêvé pour se taper dessus et dieu sait que le chef de ce petit village était un homme sanguin qui a tendance à frapper du poing plutôt que de discuter. J'avais envie de voir ce qu'un homme de cette trempe pouvait apporter au village.

Finalement, installé dans la salle d'attente, je commençais légèrement à m'assoupir, essayant de sentir les différentes nuances au sein du parfum du Raikage. Malheureusement, pour la première fois de ma vie, mon odorat me faisait défaut. Je ne pouvais pas sentir cet homme. Ce n'était pas comme si son odeur m'était inconnue, je l'avais croisé lors de la guerre, de loin certes, mais je connaissais exactement sa fragrance, ce n'était pas quelque chose que je pouvais oublier. Fronçant les sourcils, je me sentais presque vexer à l'idée que le Raikage ne nous accueillent pas.

"Hey, pink lady, y a un truc qui ne va pas. Je crois qu'on va avoir le droit à une petite surprise, je n'aime pas ça."

Me levant brutalement de mon siège, je commençais à me diriger vers la porte massive du dirigeant de Kumo. Alors que j'allais m'en saisir et débarquer à l'improviste, je vis cette dernière s'ouvrir, m'échappant à quelques seconds près des mains, tandis qu'une jeune shinobi nous fis signer d'entrer.

Comme je m'y attendais, le Raikage était absent et à sa place siégeait un homme d'une carrure impressionnante. Son expression sérieuse et son attitude sévère auraient pu mettre mal à l'aise n'importe qui, mais je n'y faisais pas spécialement attention. Prenant les devants, oubliant alors tout ce que nous avions convenu avec Makkura, à savoir, la laisser, parler et me faire aussi discret que possible, j'avançais d'un pas rapide vers le bureau de l'homme en costard, me tenant alors devant lui, les mains dans les poches et le regard inquisiteur.

"Le Yondaïme étant absent, ce sera moi, Gwon-Ryong qui sera chargé de participer à cette entrevue. Je vous écoute kirijin, donnez-moi les détails de la raison de votre venue, et de ce que désire votre supérieur. "

Un vulgaire remplaçant ? Tss, comme c'est grotesque. J'avais envie de briser son bureau en deux et de me tirer d'ici, cependant, rentrer à Kiri et devoir annoncer à la Mizukage que les négociations se sont mal passé risquer de m'attirer de sérieux ennuis. Respirant un grand coup, je jetais un œil rapide vers ma partenaire avant de finalement prendre la parole.

"Je ne vais pas te le cacher, l'idée de négocier avec un remplaçant ne me plaît pas. Mais après tout, la Mizukage ne s'est pas déplaçait non plus. Je suis Zen'ichiro Kamui, Épéiste de la Brume et la crevette-là, c'est... Bah, qu'importe."

Hm, mon manque de mémoire visuelle et auditif étaient assez risible. Me voilà à négocier en étant incapable de mettre un nom sur celle avec qui je venais de passer plusieurs jours de voyage. En réalité, retenir mon propre nom était déjà un exploit. Faisant un signe de la tête envers la kunoichi, je lui laissais le relais, la laissant expliquer tout ce qu'il y avait à expliquer, mais sans pour autant me mettre à l'écart. Je ne bougeais pas d'un pouce, il s'agissait peut-être de négociations, mais ce ne serait pas à sens unique. J'espérais que le kumojin le comprenne et qu'il ne s'attende pas à être en position de forces dans cette affaire.



 
 
 
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Messages : 33
Date d'inscription : 19/04/2016

EXPÉRIENCE
XP:
11/750  (11/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Dim 15 Mai - 16:59
Akuma S. Makkura


Notre attente avait duré quelque peu. Ma patience arrivait à ses limites ; je n'en n'avais presque pas. D'autant plus que je sentais une légère appréhension montait en moi. Sans savoir pourquoi, celle-ci semblait être la même que celle de mon coéquipier. Il m'en informait et je me contentais de hocher la tête. Que dire d'autre ? Nous étions sûrs de la même chose et la réponse viendrait bientôt.
Je croisais puis décroisais mes jambes, autant dire que je n'étais pas à mon aise. Le fait que l'accord reliant Kiri et Kumo reposait en partie sur mes épaules me rendait nerveuse. D'autant plus que j'avais compris que mon coéquipier ne disposait d'aucune diplomatie quelconque. En somme, je me retrouvais dans un autre pays avec une boule de nerf prête à découper tout le monde.

Ainsi, lorsqu'il se levait, je le suivais. Néanmoins, je restais en retrait : il serait capable de me trancher sans le vouloir.
Alors que Kamui s'apprêtait à ouvrir la porte à la volée, première preuve de son manque de diplomatie cuisant, celle-ci s'ouvrait. Une jeune femme nous accueillait alors, souriante. Je suivais mon coéquipier, restant légèrement en retrait. J'y avais songé dès le début : j'ignorais si nous avions à faire à des machos ou autre, si bien que le fait que je sois une femme risquerait d'être un malus conséquent.

Mais le malus était dans mon équipe : Kamui n'avait pas été capable de retenir ne serait-ce que mon prénom. J'étais la crevette, donc. A savoir si cela venait de mon poids plume ou de la teinte de mes cheveux, il n'empêche que je l'insultais mentalement à ce moment précis.
La Mizukage m'avait mis en garde par ses talents de sang chaud, de vif et de tout ce que vous voulez d'autre. Mais qu'il puisse faire le boulet à ce point m'étonnait encore. Même si j'aurais dû m'attendre à tout, venant de sa part.

- Makkura Akuma, je me présentais simplement. Eisei-nin du village de Kiri.

J'avais énoncé la seule chose pour laquelle on me connaissait : mes talents de médecin. Peut-être que cela pourrait faire peser la balance pour ce tas de muscles.
Cet homme ne me mettait pas à l'aise non plus. Son imposante stature avait quelque chose de menaçant, en dépit de son choix d'arborer un costume-cravate. J'ignore d'ailleurs si cela devait le rendre plus inquiétant ou, à l'inverse, le rendre plus inquiétant. Toujours est-il que son ton presque impérial et sa stature ne me rassuraient pas non plus.

J'attendais un instant, puis, je me décidai à reprendre la parole. Il était temps de mettre carte sur table. Cela serait plus qu'inutile de faire traîner les choses en longueur ou d'essayer de cacher notre intention derrière de belles paroles et de belles présentations. Je sortais alors la lettre remise par notre dirigeant.

- La Mizukage souhaite vous remettre ceci, je m'avançais vers lui et lui remettait la missive. Nous espérions pouvoir aborder avec vous des questions d'échanges commerciaux et militaires.

Aussitôt, je revenais aux côtés de Kamui sans jamais tourner le dos au géant. Il me ferait presque frissonner, à vrai dire.
Alors, je restai le plus droite et le plus stoïque possible. Si mon coéquipier avait déjà fait preuve de peu de sérieux, je ne voulais pas envenimer la situation. Après tout, il fallait bien que l'un d'entre nous soit un minimum responsable et ne commette pas trop de bourdes. J'étais donc l'élément choisi par le Mizukage pour cela.

Messages : 32
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 20

EXPÉRIENCE
XP:
14/500  (14/500)
Kiri no Chunin ⎜ 霧隠れの里
MessageSujet: Re: Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui] Aujourd'hui à 22:47
Contenu sponsorisé
Diplomatie entre poissons et pigeons [Akuma S. Makkura & Zen'ichiro Kamui]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tournoi entre poissons : Second duel : Astre/Arjuna
» fumoir a poissons
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Bush, Lula et Haiti: La diplomatie de l'éthanol (H en M)
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre :: Village Caché des Nuages :: Tour du Raikage-
Sauter vers: