AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Mar 5 Avr - 11:29
Minazuki Tozuka
Quand la Démence rencontre la Folie
« Alouette, gentille alouette »
Depuis quelque temps, mes travaux n'avançaient pas.Depuis quelque temps, mes travaux n'avançaient pas. Bien que scientifique, je n'avais pas la patience d'échouer, rien ne m'est plus horripilant que de ne pas réussir. Imaginez un instant ma tête, lorsque je constate que tous mes efforts sont ruinés. Imaginez mon état mental, à ce moment même, où j'observe mon patient dans son dernier souffle, me faisant remarquer à quel point mes recherches étaient vaines... Imaginez le chaos que je créais suite à ça dans le seul but d'apaiser mes nerfs. La science a beau être quelque chose de merveilleux, au fond de moi, cette idée de ne jamais parvenir à obtenir le savoir absolu de la science me mettait hors d'état. Contradictoire dites-vous ? Effectivement... Mais d'ailleurs, qui êtes-vous ?

Bref, qu'importe. Imaginez le chaos que je créais suite à ça dans le seul but d'apaiser mes nerfs. Tout ce que je désirais était de découvrir un antidote contre la mort. Un processus inversé de la nécrose, me permettant par une simple injection, de recréer les cellules de mon corps, m'offrant ainsi une vie éternelle et me permettant de me soigner de manière instantanée en cas de coup dur. La barre est certes placée très haute, mais si je possédais des moyens illimités, sans aucun doute, j'y parviendrais. Malheureusement, j'étais loin de posséder beaucoup de moyens, mes ryos partaient en fumée jour après jour et je vivais au cœur d'un appartement misérable, loin du village, dans un coin réputé pour être un coupe-gorge... Bien évidemment, la raison de cette réputation me revenait, puisque pour mener à bien mes expériences, j'étais dans l'obligation de kidnapper les âmes errantes qui avaient le malheur de croiser ma route.

Peut-être que le problème de mes expériences provenait de ces âmes errantes ? Bien souvent, leurs constitutions physiques étaient faibles et leurs esprits fragiles. Je ne pouvais pas me permettre de m'attaquer à de plus gros gibiers, sans quoi j'attirerais inévitablement l'attention, chose que je ne voulais pas. Pourtant, j'allais devoir changer mes habitudes... La simple idée de changement me donnait des nausées, bordel.

Bien, puisqu'il était temps de changer, je décidais de me rendre en ville, pour une fois, au lieu de rester cloitré dans mon vieil appartement cloisonné, où une odeur de renfermé se dégageait. Saisissant mes vêtements traditionnels, à savoir un kimono dans les tons violets, une paire de geta et ma pipe, je pris la direction du centre-ville. Dans un premier temps, je devais trouver une source de chakra suffisamment imposante pour m'attirer, ensuite traquer ma proie et lui faire regretter d'être venu au monde.

Voguant entre la foule, mon œil ne recherchait rien de particulier. Mon attitude était similaire à celle des autres, je me fondais dans la masse, jouant le simple voyageur qui cherchait un endroit où dormir. Bien évidemment, la raison de cette réputation me revenait, puisque pour mener à bien mes expériences, j'étais dans l'obligation de kidnapper les âmes errantes qui avaient le malheur de croiser ma route. Pourtant, même si je ne prêtais pas attention de manière physique à ce qui m'entourait, mes sens de senseur étaient quant à eux en éveil. Aucun chakra ne m'échappait, je les observais tous, je les comparais et je cherchais celui qui réveillerait en moi cette pulsion que je détestais tant.

Après de longues heures de recherches, je ressentis un léger frisson. Non pas de peur, mais d'envie. Un chakra venait de me titiller, plus encore, ce chakra avait des similitudes avec le mien... Il était étrange, comme si deux sources de chakra s'affrontaient, bien que l'une des deux sources s'avérait dominante. Voilà qui est intéressant, quoi de mieux que de peaufiner mes travaux sur quelqu'un de ma carrure ?

Conservant une large distance, je prenais alors en filature ma nouvelle proie. Je ne souhaitais pas l'éliminer furtivement, ce n'est pas le genre de chose qui fonctionne sur les types de ce genre. D'autant que si ma tentative échouait, peut être saurait-il saisir l'opportunité pour me sauter à la gorge... Un risque que je ne souhaitais pas prendre.

Après de longues minutes à la suivre, son chemin coupa dans une ruelle étroite et peu visitée. L'endroit parfait pour surprendre un ennemi. Peut-être m'avait-il repéré ? Hm, quoi qu'il arrive, il ne m'échapperait pas. À l'entrée de la ruelle, j'aperçus ma proie, ne lui laissant alors pas le temps d'avancer, je composais un mudra de mes mains. Suite à quoi, un mur immense se dressa face à lui, surgissant de nul part, comme s'il était là depuis toujours. Derrière moi, le même mur prit forme, tout aussi rapidement. Nous voilà tous les deux enfermés, au cœur d'une illusion. Frappant de mes mains pour attirer son attention, je pris alors en premier la parole.
"Eh bien l'ami, te serais-tu égaré ? Malheureusement, nous sommes bloqués... Mais ne t'en fais donc pas, nous allons trouver une solution et sortir d'ici, si tu acceptes de me faire confiance bien sûr"
Qui aurait pu me croire ? Personne. Je ne voulais pas être crédible, je souhaitais simplement jouer avec ses nerfs et voir ses réactions. Allait-il jouer le jeu ? Nous voilà tous les deux enfermés, au cœur d'une illusion. Se mettre à paniquer ? La suite des évènements me permettrait d'adapter mes gestes et mes mots à sa personne, afin de prendre le dessus et le mener doucement dans mon piège.

Spoiler:
 
Codage par Soldia-Alyss | Krysnelle



Messages : 52
Date d'inscription : 15/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
55/750  (55/750)
Suna no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Mer 6 Avr - 20:34
Sawagi Kureiji


Je me baladais sur l'avenue, ne cherchant rien ni personne, vagabondant comme à mon habitude. Je réfléchissais sur ce qui s'était passé l'autre jour avec ces gosses… Étais-je donc si rouillé que cela ? Non, il y avait autre chose… cette quatrième grande guerre avait surement changé les mentalités, et même s'ils étaient jeunes, ils n'avaient pas hésité une seule seconde. C'est peut-être ce que j'aurais dû faire aussi, en éliminer un rapidement, et m'occuper des deux autres. Mais cela aurait été risqué non ? S'ils avaient contré l'attaque, j'aurais été entouré et potentiellement plus dans le mal que je ne le fus par la suite. Enfin… ce n'était pas la peine de se prendre la tête avec ça au final, ce qui est fait est fait.

Bien, maintenant que la remise en forme était passée, je devais me préparer pour la retrouver. Rentrer en contact avec elle tout de suite serait dangereux, tant pour elle que pour moi, surtout depuis la fin de la quatrième guerre… Les villages commencent à prendre conscience du danger que peuvent potentiellement représenter les Nukenin, surtout lorsque ceux-ci sont organisés, ce qui va nous pousser à plus d'organisation dans un laps de temps très bref. Si nous ne faisons rien, nous nous ferrons tous capturer, dans le meilleur des cas, un par un, avant de finir nos jours dans une cellule, s'ils sont généreux. Ça serait embêtant non ?

C'est bien pour cela que je suis resté dans le pays du loup si longtemps, apparemment, de nombreux déserteurs seraient présents ici. Mais je ne me sentais pas d'être l'instigateur d'une alliance de renégats, trop dangereux, trop en lumière. Je préférerais m'amuser à suivre, à rester en retrait et à voir comment la situation évoluerait. C'était bien plus marrant comme ça non ? Les leaders sont souvent des cibles, et être la cible des cinq plus grandes puissances militaires du monde n'était pas forcement enviable. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'un autre se rendrait compte de la situation et se porterait volontaire pour être un pigeon d'argile ~

Mais ici, ils semblaient tous si communs, si banals… Sauf… je ne sais pas… quelque chose était dérangeant, une impression de déjà-vu … Lui ? Non… celui-ci peut-être… non plus… Mais c'était certainement un shinobi… sans être un senseur, je ressentais une once de son chakra, le laissait-il volontairement transparaitre ? Un oubli ? Ce n'était pas important, je n'avais plus grand-chose à faire dans le coin, partons. Sans accélérer ma marche, je me dirigeais vers les endroits plus calmes du centre-ville. Peu de personnes dehors, beaucoup de commerces fermés, mais toujours cette présence. Une coïncidence peut-être ? Non, je n'y croyais pas. En soupirant, je pris un virage sec, entrant dans une ruelle sombre. Il était toujours là.

Soudainement, un mur apparu devant moi. Hum … Du Doton ? Envisageable. Et enfin l'énergumène se montra, prenant la parole, parlant de confiance… Tu n'es pas tombé sur la bonne personne je crois. Je ne me fais même pas confiance, alors quelqu'un venant à ma rencontre en me bloquant le chemin, désolé, mais je ne crois pas que ça va le faire. Restons calme et gardons notre masque pour l'instant. Il serait dommage de ruiner une si belle ville n'est-ce pas ? Tournant légèrement la tête, toujours dos à lui, je le regardais de haut en bas.  


Vous ne portez pas de masque, vous n'êtes donc ni un Oi-nin, ni un ANBU. Mais vu que les murs sont apparus devant moi et derrière vous, il y a fort à parier que vous êtes un shinobi. Mais vous avez fait une erreur en tentant de m'enfermer. Car je ne suis pas enfermé avec vous… C'EST VOUS QUI ÊTES ENFERME AVEC MOI !

Bien que va voix devenait rauque, je restais stoïque. Lentement, je me retournais, lui faisant face, l'épiant pendant de longues secondes. Avant de me courber comme un animal, ne le quittant pas du regard. Pas de chance pour lui, je n'étais pas forcement d'humeur, et un début de conversation de ce genre ne me plaisaient pas réellement. Attendant un des clignements d'œil de l'homme me faisant face, je m'élançai sur les murs de la rue, sortant un scalpel de ma manche, m'apprêtant à le frapper dans le cou. Mais une question me venait à l'esprit, avait-il réellement cligné des yeux… Non mais c'est vrai, ce détail avait son importance !



Spoiler:
 
Messages : 71
Date d'inscription : 07/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
56/750  (56/750)
Kiri no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Jeu 7 Avr - 20:41
Minazuki Tozuka
Quand la Démence rencontre la Folie
« Be happy, be Friendly »
Finalement, ma proie se retourna, me fixant quelques instants derrière son masque... Masque ? Je n'avais pas eu l'occasion de le voir en face, de plus mon attention durant tout ce temps s'était porté sur son chakra, non son apparence. Cet étrange masque, je le connaissais. Un déserteur, connu pour ses talents... De plus, il était l'un des ninjas sur qui le rouquin de Suna désirait obtenir des informations... Sawa...Sawagi Kureiji ?
"Vous ne portez pas de masque, vous n'êtes donc ni un Oi-nin, ni un ANBU. Mais vu que les murs sont apparus devant moi et derrière vous, il y a fort à parier que vous êtes un shinobi. Mais vous avez fait une erreur en tentant de m'enfermer. Car je ne suis pas enfermé avec vous… C'EST VOUS QUI ÊTES ENFERME AVEC MOI !"
Shinobi, voilà un mot que je n'aimais pas. Comment pouvait-il me qualifier ainsi ? Un shinobi est un vulgaire ninja qui suit aveuglément les ordres de son maître, qui donne la patte lorsque ce dernier lui demande et qui se retrouve un jour ou l'autre sacrifié comme un vulgaire pion, dont on ne parlera plus jamais. Je n'étais pas lié à ce genre d'imbécilité, mais qu'importe. Sa phrase venait de prendre une tournure étonnante... Au fond de moi, je voulais voir de quoi était capable un déserteur recherché par le rouquin... Et s'il s'avérait être plus qu'un potentiel cobaye ? Peut-être pourrais-je me servir de lui comme d'une arme pour montrer à Suna à quel point leur village est faible ?

Malheureusement, un mauvais souvenir venait de refaire face. Le déserteur qui se tenait devant moi il y a quelques secondes venait de littéralement se déplacer à une vitesse éclair pour m'asséner un coup. Bordel, il fallait que je me coltine une deuxième fois un type de ce genre... Tandis que sa vitesse fulgurante ne me permettait pas d'esquiver ce qui allait suivre, je décidais d'adopter une autre stratégie. Ma main droite s'illumina d'une lueur bleue, formant alors un scalpel de chakra à l'aide de cette dernière. Tout en effectuant une légère rotation afin de prendre son attaque dans l'épaule et non le cou. Une fois le scalpel amortit par mon épaule, je plaçais rapidement ma lame de chakra au niveau de son cœur. Aucune blessure extérieure ne serait à noter, mais pourtant son coeur saignera bel et bien.
"Eh bien, tu ne me laisses même pas le temps de causer ? Pourtant, je suis prêt à parier que nous pouvons trouver un accord commun..."
Mes mots étaient vrais. Je n'avais jamais été dans l'optique de me déplacer en groupe, tout ce temps, j'étais un loup solitaire qui fuyait la vie sociale, qui se contentait de traquer, kidnapper, tuer... Pourtant, depuis ma rencontre avec le rouquin, je me rendais compte que le Pays du Loup n'avait finalement rien de protecteur. Pour qu'un type pareil puisse y pénétrer sans être aperçu, c'est que n'importe qui pouvait se permettre de venir nous chercher. De plus, des bribes d'informations me revenaient de ce "Kureiji"... Un puissant ninja qui a déserté il y a longtemps de ça et qui serait l'un des meilleurs mercenaires du coin. Qui ne voudrait pas d'un type pareil pour assurer ses arrières ?

Codage par Soldia-Alyss | Krysnelle



Messages : 52
Date d'inscription : 15/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
55/750  (55/750)
Suna no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Sam 9 Avr - 17:31
Sawagi Kureiji

Bien évidemment que ce mouvement n'avait pas porté ses fruits, encore une fois, tu as été trop tendre et miséricordieux, même si tu ne sous-estimes pas tes adversaires, tu ne veux jamais me laisser prendre la pas… qu'y a-t-il ? As-tu peur de ce que tu es au plus profond de toi ? Crains-tu cette misanthropie qui nous anime l'un et l'autre ? Pourquoi ne pas la relâcher… pourquoi ne pas faire ce que d'autres font ? Tais-toi. Tu sais aussi bien que moi que cela nous mènerait à notre perte, comme autre fois… Je suis là, car tu m'as voulu.

Bref. M'avait-il touché ? Apparemment non, aucun sang… et malgré tout, je ne sais pas, une impression. Une petite douleur me lançait dans la poitrine. Me recule presque aussi rapidement que j'étais vu, je l'observais de nouveau… Un chakra bleuté entourait sa main, formant presque une lame semblable a… Hey ! Il m'a volé ma technique ! Non attendez, celle-ci semble différente. Vous savez quoi, la meilleure façon de supprimer ces doutes, c'est de voir cela directement. En quelques signes, mes mains furent enveloppées d'énergie. Les formes ne correspondaient pas, les miennes étaient plus affûtées, vives, prêtes à trancher. Il y avait quelque chose qu'il n'allait pas.

L'écoutez ? Trouver un accord ? Il me prenait pour qui là ? Je le regardais dans les yeux, stoïque, droit… et cette souffrance qui revenait à la charge… qu'est-ce qu'il m'avait fait ? Mon masque dissimula l'expression dut à cette affliction. Bon, je suppose que je devrais au moins le laisser en vie pour savoir ce que m'avait fait sa technique. Un accord commun… Qu'est-ce qu'il comptait me proposer ? En oubliant le fait qu'il a tenté de me piéger dans une ruelle sombre, où dans tous les cas, il n'y a pas beaucoup de passants. Hum.

Je m'avançais vers lui, en marchant, le regardant dans les yeux, avant d'accélérer progressivement. Je n'étais pas aussi rapide qu'avant, mais je ne voulais pas pousser tant que je ne savais pas ce qu'il m'avait fait. Il était trop calme pour être honnête, étonnamment, il me rappelait quelqu'un. Au fait, j'y pense, j'aurais peut-être dû essayer d'escalader les murs non ? Boarf. J'ai encore besoin de me dérouiller, ça me fera de l'exercice, et s'il ne m'insupporte pas trop, peut être que je finirais par l'écouter gentiment.

Bref ou, en étais-je moi ? Ah oui, c'est vrai, foncer sur cet énergumène qui semblait ne rien avoir à faire de sa vie. Bon en réalité, je ne comptais pas le tuer, outre le fait que je voulais savoir d'où venait cette douleur, je ne voulais pas risquer d'attirer encore une fois l'attention sur moi. Pas pour l'instant en tout cas. Peut-être était-il aussi un Nukenin… Et dans cette éventualité, cela pourrait dire qu'ils ont commencé à bouger. Très bien. Je m'arrêtais à quelques mètres de lui, conservant mes lames de chakra activées, prêt à lui foncer dessus, si jamais une de ses paroles ne me plaisait pas ou sentait le mensonge.


Huhu… et je suppose que cet accord dit que tu règles ce que tu m'as fait en échange d'un service ? Quoi qu'il en soit, parle, mais choisis bien tes mots, je ne suis pas forcement de bonne humeur.


Je t'ai voulu, certes, mais regarde toi maintenant, tu ne veux plus être ce pourquoi tu as été élevé, tu ne veux plus être l'instrument de mort que la brume sanglante a fait de toi. Mais dans ce cas qu'est-ce que tu es devenu ? Un vulgaire barde, parlant à qui voudrait bien l'entendre. Tue le, éventre le, arrache-lui le larynx. Au plus profond de toi, c'est ce que tu veux, je le sais bien, j'y suis ~

Oui. C'est vrai. Mais je suis au-dessus de cela, je suis plus puissant que toi, car je suis plus réfléchi, et surtout, tu sais très bien que ce que je compte faire compensera totalement ces "excès de calme". Il faut juste être patient mon cher ami, après tout le plus grand des plaisirs est dans la traque, pas dans la capture, et je pense que sur ce point, tu ne pourras pas me contredire… Huhu…



Spoiler:
 
Messages : 71
Date d'inscription : 07/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
56/750  (56/750)
Kiri no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Sam 9 Avr - 19:02
Minazuki Tozuka
Quand la Démence rencontre la Folie
« Se faire briser le coeur, littéralement »
L'échange fut bref. D'un geste rapide, le Nukenin se retira au moment où ma lame de chakra pénétra son torse, laissant une vilaine blessure interne, à quelques centimètres à peine du cœur. S'il n'avait pas eu le réflexe de se retirer rapidement, ce serait son cœur actuellement qui serait coupé en deux et il ne lui aurait fallu qu'une dizaine de minutes pour succomber. Par chance pour lui, il survivrait certainement plus longtemps.

Nous nous retrouvions l'un en face de l'autre, tandis qu'affichant mon plus beau sourire, j'observais mon "adversaire" se rapprocher de moi. Après quelques mudras, ses mains furent animés d'un chakra aiguisé. Du Futon, aucun doute là-dessus, une technique assez similaire à la mienne finalement. Peut-être voulait-il m'impressionner et me prouvait que lui aussi savait faire ça ? Peu importe, celui qui était dans le plus mauvais état, ce n'était clairement pas moi à l'heure actuelle.

Inspirant profondément après c'est quelques secondes d'adrénaline, je profitais de la situation pour fumer, ne lâchant pas du regard mon opposant, qui conservé sa part de mystère derrière ce masque. Je me demandais bien ce qu'il pouvait cacher, au fond de moi, je voulais le surprendre et lui ôter ce truc sur son visage... Étrangement, je sentais que ce n'était peut-être pas une bonne idée. Je n'avais pas encore déterminé comme les choses allaient évoluer. Je venais seulement de me dire qu'il pouvait avoir un intérêt autre que celui de simple cobaye... Un allié potentiel, ou du moins une connaissance pour l'avenir, dans le cas où j'aurais besoin de quelqu'un.

Mais le souhaitais-je vraiment ? Pendant des années, j'ai fui le monde, déclarant que j'étais un loup solitaire et que je n'avais besoin de personne pour venir me géner... Et voilà qu'aujourd'hui, je réfléchis à un moyen de conserver ma tête ? Je n'aimais pas mon changement si soudain. Peut-être n'était-ce pas un mauvais changement après tout, personne n'accomplis de grands exploits en restant seul. Je pourrais peut-être l'utiliser, conservant ma propre volonté et faisant de lui un simple outil ?
"Huhu… et je suppose que cet accord dit que tu règles ce que tu m'as fait en échange d'un service ? Quoi qu'il en soit, parle, mais choisis bien tes mots, je ne suis pas forcement de bonne humeur."
Un service hein ? Disons cela comme ça, mes plans étaient tout de même plus élaborés qu'un vulgaire service. Je n'allais pas non plus jouer avec sa vie, laisser une telle blessure pouvait causer des dégâts irréparables, même en usant de la meilleure des médecines du monde ninja. Je ne souhaitais pas voir un futur compagnon se retrouver estropier simplement parce qu'il n'a pas répondu assez vite à mes exigences. Cependant, je ne comptais pas guérir un mercenaire qui refuserait de répondre à mes questions... Tout reposé entre ses mains, finalement.

Adoptant un ton joueur, comme si le maître du jeu n'était autre que moi, puis je me mis à marcher de droite à gauche, faisant tourner ma pipe légèrement entre deux bouffés.
"Voyons, voyons... Je ne suis pas doué pour les grands discours et les jolies phrases, alors j'espère que tu ne m'en voudras pas. Vois-tu, le Pays du Loup n'est clairement pas un lieu de grande sécurité. J'ai moi-même fait une mauvaise rencontre, non loin d'ici, avec un shinobi sortis de nul part, désireux de me ramener à Suna."
Inspirant une grande bouffée de fumée, je laissais quelques secondes s'écroulait, avant de reprendre de nouveau la parole.
"Au départ, tu n'étais qu'une proie comme les autres, tu aurais fini allongé sur une table, le torse ouvert en quatre, et tu serais décédé quelques heures plus tard en te noyant dans ton propre sang. Mais vois-tu, je te connais. Sawagi Kureiji, ancien Kirijin, mercenaire de nos jours, réputé pour être l'un des meilleurs et doté d'une violence rare. Comment le sais-je ? Je ne laisse rien au hasard, mais qu'importe. Mon offre est la suivante : gardons contact, reprenons chacun notre route et lorsque nous aurons besoin d'un petit coup de pouce, allions-nous. Seul dans ce monde, nous n'évoluerons pas, d'autant plus que cet endroit fourmille de ninja n'attendant que le glas pour nous égorger."
Je lui laissais le temps de réfléchir, de se demander si c'était une bonne idée ou non. Je n'en étais moi-même pas convaincu, quoi qu'il arrive, je pourrais le tuer s'il s'avérait décevant. M'immobilisant finalement, je pris une dernière fois la parole.
"Oh, au fait, actuellement ton cœur est ouvert en deux. Réfléchis vite, si tu ne veux pas finir paralyser à vie... Ou simplement mort parce que ton cerveau s'avère trop lent. Je te soignerais si tu réponds favorablement à mon offre"
Je souriais, amusé de la situation, m'imaginant le visage du déserteur apprenant que durant tout ce temps, son cœur laissait s'échapper des litres de sangs.
Codage par Soldia-Alyss | Krysnelle



Messages : 52
Date d'inscription : 15/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
55/750  (55/750)
Suna no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Dim 10 Avr - 4:27
Sawagi Kureiji

Pourquoi dois-je toujours tomber sur des barbares qui essayent de me tuer avant de vouloir discuter ? Hum ? Les lames de chakra ? Mais ce n'est rien ca voyons, c'est juste… pour faire joli ? Lui montrer que je ne suis pas en reste et que moi aussi je saurais le découper si j'en ai besoin… Et il me paraissait beaucoup trop calme, je n'aimais pas cela … Il fumait sa pipe avec un air si serein qu'il en devenait presque hautain… c'était agaçant ! Je me demande bien ce qui me retient de le laisser sortir. Ah oui. Un esprit raison et ne voulant pas se faire crucifier.

C'était donc ça cette douleur latente ? Un trou dans mon cœur… et je risquais de mourir rapidement, et bien soit. Il voulait s'amuser avec moi, nous nous amuserons. Je ricanai légèrement, tout en l'écoutant presque religieusement. À qui croyait-il faire face ? Un vulgaire déserteur de bas ordre ? Je ne comptais nullement mourir aujourd'hui, mais si ça devait être le cas, il viendrait avec moi, je vous en fais mes chers ! Les lames entourant mes mains avaient disparu, je baissais la tête, presque de résignation, avant de composer des mudra. Tout commençait à devenir flou autour de nous, une brume épaisse prenait place et nous fit disparaitre de la vision de l'autre. L'avantage venait de changer. Cette brume était mon domaine. Senseur ou non, il ne pourrait m'y distinguer. L'un des avantages d'être un assassin ~


Il me semble que vous m'ayez mal compris. Très mal compris même. Je n'ai pas accepté de "parler" pour hocher la tête quand vous me demanderez quelque chose. Et pour ce qui est de ma mort éventuelle, sachez que si cela arrive, vous risquez d'être bientôt très embêté.

Je me déplaçais silencieusement, essayant de ne pas perdre sa trace, composant une nouvelle série de signes. Un nombre incalculable de sphères sortirent de mes paumes, envahissant toute la zone, une zone désormais de non-droit pour quiconque n'est pas avec moi. En réalité, je ne voulais pas mourir de suite, et je n'y comptais pas, mais si jamais cela devait se produire, ces jolies petites choses exploseront et rependront de l'acide partout. Un acide assez puissant pour ronger sa chair jusqu’aux os. Un spectacle qui sera certainement ravissant

Dans un rire démonial, je tournais autour de lui en marchant, restant hors de son champ de vision, me taisant par moments, changeant de direction. Je ne sais pas pourquoi, je parierais que cela ne l'impressionnerait pas, mais j'espérais qu'il comprendrait que nous sommes, au moins, à égalité. Son offre m'intéressait oui, mais pas ses conditions.


Tu sais quoi, je t'apprécierais presque, malheureusement, le ton de ta dernière phrase ne m'a pas plu, cela sonnait plus comme une contrainte que comme une proposition. Oh, et au fait, je te déconseille fortement de bouger, tu risquerais d'avoir de légers… problèmes, et je pense que tu peux les apercevoir autour de toi non ?

Donc, reformulons tout cela, tu me soignes immédiatement, car si je meurs, ou si je le décide, tu risques d'être sous peu sous un déluge… comment dire… acerbe ?

Je me redirigeai vers lui, nonchalant, le regardant dans les yeux, et effleurant l'une de mes magnifiques sphères, souriant derrière mon masque, bien sûr que je comptais accepter sa proposition, cela pourrait toujours être utile d'avoir des alliés. S'ils se considèrent comme tel, et non comme des supérieurs. J'ai toujours eu du mal avec la hiérarchie.

Je l'entendais, voulant enlever ce masque, sauter à la gorge du fou qui tentait de nous faire un coup aussi bas, mais je n'écoutais pas, je ne voulais pas écouter. Cet homme pouvait être intéressant, il pourrait peut-être bien nous apporter quelque chose qui sait, et dans le pire des cas, il me servirait de défouloir.



Spoiler:
 
Messages : 71
Date d'inscription : 07/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
56/750  (56/750)
Kiri no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Dim 10 Avr - 14:25
Minazuki Tozuka
Quand la Démence rencontre la Folie
« Doux comme un agneau »
Il semblerait que mon invité ne soit pas déterminé quant à mon offre. Une brume épaisse se mit à envahir les environs, faisant de nos yeux de vulgaires outils sans utilité. Par chance, mes sens de senseur... Non. Étonnamment, je ne parvenais plus à sentir son chakra. Un talent de camouflage, une capacité pouvant bloquer un senseur, voilà quelque chose que je n'avais encore jamais confronté... Soudainement, un immense sourire se dessina sur mon visage, loin d'être inquiet, j'éprouvais une satisfaction à rencontrer un adversaire qui pouvait me mettre dans une telle difficulté.
"Il me semble que vous m'ayez mal compris. Très mal compris même. Je n'ai pas accepté de "parler" pour hocher la tête quand vous me demanderez quelque chose. Et pour ce qui est de ma mort éventuelle, sachez que si cela arrive, vous risquez d'être bientôt très embêté. "
Ainsi, il souhaitait m'emporter avec lui dans la tombe... Voilà qui est amusant, il n'avait aucune idée de mes capacités et pourtant, il pensait pouvoir me faire tomber aussi facilement. Il devait être sûr de ses capacités après tout, c'est un bon point, au moins il ne se pisserait pas dessus à la première difficulté. Continuant sur sa lancée de menace, d'étranges boules se mirent à flotter dans les airs, encerclant la zone, restreignant nos mouvements. Je n'avais pas la moindre idée de ce dont il s'agissait, mais sans aucun doute que les touchers seraient douloureux. Continuant de sourire, j'attendais la suite des événements, curieux de voir jusqu'où irait notre nouvel "ami".

Mon comportement n'avait pas changé, rien jusque-là ne m'avais "surpris", je me contentais d'observer, souriant à chaque nouveauté, prenant même le temps de fumer, comme un simple spectateur regardant une pièce de théâtre.
"Tu sais quoi, je t'apprécierais presque, malheureusement, le ton de ta dernière phrase ne m'a pas plu, cela sonnait plus comme une contrainte que comme une proposition. Oh, et au fait, je te déconseille fortement de bouger, tu risquerais d'avoir de légers… Problèmes, et je pense que tu peux les apercevoir autour de toi non ?

Donc, reformulons tout cela, tu me soignes immédiatement, car si je meurs, ou si je le décide, tu risques d'être sous peu sous un déluge… comment dire… acerbe ?
"
Je riais à pleins poumons, manquant presque de faire tomber ma pipe, avant de reprendre un air sérieux. C'était toujours la même chose, mes mots atteignés directement les nerfs de mes adversaires, qui finissait inlassablement par jouer avec les menaces et à s'emporter. J'appréciais ce genre de moment, cela montré à quel point l'humanité est facile à manipuler. Mais je n'avais pas spécialement envie de jouer avec lui, pour une fois que mes intentions étaient nobles, je ne devais pas tout gâcher par pur plaisir de pousser à bout le premier venu.

Je reprenais mon calme, avant de fixer de mon unique œil le masque du déserteur.
"Bien, bien, quelle belle démonstration. J'aimerais te faire l'honneur moi aussi de te montrer mes plus beaux atouts, cependant, je préfère te réserver ça pour l'avenir... À moins bien évidemment que tu ne veuilles que nos cadavres jonchent le sol ?"
Je n'avais nullement l'intention de négocier. Mais perdre un pion comme celui-ci, je sentais que ce serais une perte bien trop importante pour l'avenir. Positionnant alors ma main droite en avant, paume vers le ciel, un chakra bleuté s'en échappa. De l'Irou Jutsu plutôt basique, qui était ce dont avais besoin le mercenaire.
"Sois mignon veux-tu, ranges tes crocs et négocions comme deux grandes personnes. Ton sort ne m'intéresse pas, je pourrais partir d'ici sans grande difficulté, te livrant à une mort certaine. Mais je n'aurais fait que perdre mon temps et j'aurais perdu un avantage certain dans ce Pays. Je dois dire cependant, que tu m'as impressionné... Bloquer mes capacités de senseur, voilà quelque chose qui peut s'avérer terriblement efficace. Voilà ta récompense pour cet acte."
Je ne pouvais m'empêcher d'employer un ton et des mots vexant. Un fou m'aurait très rapidement sauté à la gorge, mais ce serait une preuve de faiblesse, une preuve qu'il n'est pas maître de son corps et qu'il n'a donc aucun intérêt. Tout ceci était une sorte de test, voyons cela comme ça.

Si le mercenaire se rapprochait docilement, alors je le soignerais, après tout, je n'avais qu'une parole. Mes talents en Irou Jutsu me permettraient de le guérir en quelques secondes, étant donné que la blessure n'étais pas de grande envergure. Cependant, s'il s'avérait jouer encore sur les menaces, je laisserais son cœur en l'état et peut-être même, que je lui ferais comprendre que dans ce monde, les menaces ne sont pas toujours une bonne solution...


Codage par Soldia-Alyss | Krysnelle



Messages : 52
Date d'inscription : 15/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
55/750  (55/750)
Suna no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Dim 10 Avr - 22:17
Sawagi Kureiji

Et après, c'est moi que l'on va traiter de fou. L'homme en face de moi riait, alors que je pouvais à tous moment le réduire en une gélatine d'os et de chair en décomposition… Il était vraiment marrant ce type, un peu barré, mais marrant. Et au final, son calme olympien n'était que de la méconnaissance de ce qui l'entourait, j'aurais bien voulu lui montrer ce qu'il risquait, mais il aurait été dommageable pour moi de laisser un potentiel "allié" mourir de la sorte, et bien entendu, rien ne pouvait me certifier que je trouverais quelqu'un capable de soigner les dégâts qu'il avait causés à mon cœur dans un laps de temps inconnu. Si ça se trouve, je pourrai décéder d'ici quelques minutes ou dans plusieurs mois… Et vous savez quoi, je n'avais pas envie de prendre de pari aujourd'hui.

"Sans difficulté"… vraiment amusant le bonhomme, avec le cœur transpercé ou pas, je ne l'aurais pas laissé partir, mais le temps pressait… une brume apparaissant seulement dans une zone de la ville risquait d'attirer l'attention, et je pense que l'Alpha n'apprécierait pas trop que l'on massacre ses hommes dans la capitale. Bien qu'il se servait abusivement des nukenin comme arme, il y avait fort à parier que pour lui, nous n'étions que des outils dont il se débarrasserait sans le moindre scrupule au moindre problème. Et je n'avais pas envie de voir débarquer des hordes kirijin dans ce havre de paix.

D'un pas assuré, je m'avançais vers lui, le laissant faire son œuvre, et ne prenant pas compte de son ton provocateur… contrairement à l'autre sang chaud qui hurlait en moi de lui trancher la tête et d'empaler cette dernière à l'entrée du pays pour faire un exemple. Qui cherche les problèmes ici, les trouvera à coup sûr. Et je dois avouer que cette perspective ne me déplaisait pas forcement. Mais que voulez-vous, il avait tenu sa parole, et bien, je tiendrais la… Une seconde, je n'ai jamais promis de le laisser repartir vivant ~


Et maintenant, il se passe quoi, on repart chacun gentiment de notre côté ? Je te propose quelque chose, tant qu'à "s'allier", autant voir jusqu’à quel point ceci serait possible non ? Allons à la tour de l'Alpha et voyons ce qu'il a à nous proposer, je suis sûr qu'il y aurait moyen de s'amuser ~


Nous étions maintenant copains comme cochon n'est-ce pas ? Non, c'est faux. Je voulais juste m'assurer qu'il ne serait pas un poids mort. Allier les Nukenin oui. Porter des lourdauds incapables de s'occuper d'eux même non. Donc, tant qu'à faire, autant essayer de se faire un peu d'argent en même temps que de tester et d'observer les capacités de mon "ami" non ? Je suis certain que cela pourrait se révéler intéressant.

Mais il est vrai qu'un disciple de l'Irou pourrait être un atout, il fallait juste savoir jusqu’à quel point. J'avais des idées en tête, mais pour l'instant, je n'avais pas pu progresser réellement en anatomie. Que voulez-vous, il est compliqué de disséquer un cadavre quand ce dernier est une flasque violacée difforme. C'est les aléas de la vie dirais-je. Un jour, on court dans un champ de fleurs avec sa copine, heureux et certain de son futur, le jour suivant on se retrouve en sang aux genoux d'un inconnu, le suppliant d'épargner d'autres horreurs à son aimée. Cette scène m'avait presque touché. Presque. De très loin. De très très loin. En fait non.


J'ose espérer que ton excès de confiance n'est pas juste de l'insouciance. Il serait regrettable que tu crèves comme un chien quelques temps après que nous ayons conclu un accord.


Aaaaah, un peu de mépris ça fait du bien. Et puis, sa réaction m'aiderait à le cerner. S'il était toujours aussi calme, il tente surement de cacher quelque chose. S'il s'énerve brusquement, il est sans aucun doute aussi tordu que moi. Si sa réaction est minime, il est potentiellement moins taré que je ne le pense.


Messages : 71
Date d'inscription : 07/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
56/750  (56/750)
Kiri no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Lun 11 Avr - 10:19
Minazuki Tozuka
Quand la Démence rencontre la Folie
« Car c'est un bon camarade, buvons à sa santé ♪ »
Mon Irou Jutsu faisait son effet. Au fond de moi, je sentais cette petite impulsion, cette petite envie qui tentait de modifier la nature de mon chakra, transformant une main réparatrice en une main meurtrière. Je n'étais pas habitué à soigner autre chose que des cobayes ou moi-même, en temps normal, mon Irou Jutsu me servait à tuer discrètement les autres, pas à les soigner. C'était assez nouveau et autant dire que je n'appréciais pas... Jouer les infirmières pour le bas peuple, ce n'est clairement pas pour moi.
"Et maintenant, il se passe quoi, on repart chacun gentiment de notre côté ? Je te propose quelque chose, tant qu'à "s'allier", autant voir jusqu’à quel point ceci serait possible non ? Allons à la tour de l'Alpha et voyons ce qu'il a à nous proposer, je suis sûr qu'il y aurait moyen de s'amuser "
Exécuter une mission à deux, pourquoi pas. Cela ouvrait une perspective intéressante, plus d'argents, plus de facilité à remplir un objectif... Mais surtout, plus d'argent. Si les choses tournaient mal, je pourrais même songer à le sacrifier pour le bien de la mission, j'empocherais ainsi la totalité des ryos... Mais serait-ce utile ? Si je le sacrifie, certes, je gagne plus, mais les prochaines missions ne me rapporteront pas grand chose. Hm, encore faut-il en trouver un bon en remplacement... Bien, prenons le risque.
"Soit, faisons ça. Je pourrais mieux évaluer si ta place est sur le terrain ou bien sur une table d'opération."
J'entamais alors le petit bout de chemin qui nous mènerait à la Tour de l'Alpha. Je n'avais encore jamais marché aux côtés de quelqu'un, c'était une sensation étrange... À chacun de nos pas, j'hésitais à la tuer. Je me sentais observer, suivis, c'est insupportable. Débarrassons-nous rapidement de cette mission, que je puisse retourner à mon havre de paix en solitaire. Faisant claquer mes getas à chacun de nos pas, je ne pouvais m'empêcher d'imaginer la nuisance sonore qui venait taper sur le système de mon compagnon du jour. S'il n'appréciait pas, tant pis pour lui, il finirait par s'y habituer un jour ou l'autre... Au pire, les morts n'entendent plus rien, n'est-ce pas ?
"J'ose espérer que ton excès de confiance n'est pas juste de l'insouciance. Il serait regrettable que tu crèves comme un chien quelque temps après que nous ayons conclu un accord."
Ses mots me firent sourire, un sourire carnassier... Je me retenais de planter un kunai dans sa jolie gorge, sans lui, je devrais me contenter de petit boulot, je devais le conserver en l'état encore quelque temps. Je laissais passer quelques secondes avant de me décider à répondre. Le mépris par le mépris, jusqu'où cela nous mènera-t-il ?
"Un conseil : ne reste pas sur ma route, je ne fais pas de distinction entre mes ennemis et les brebis égarées."
À ce rythme, nous finirions par nous sauter à la gorge l'un de l'autre et nous arracher la nuque mutuellement. Mais après tout, ce serait ennuyeux si nous nous comportions comme de bons camarades ?

Codage par Soldia-Alyss | Krysnelle



Messages : 52
Date d'inscription : 15/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
55/750  (55/750)
Suna no Nukenin ⎜ 抜け忍
MessageSujet: Re: Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka] Aujourd'hui à 22:47
Contenu sponsorisé
Quand la Démence rencontre la Folie [Sawagi Kureiji & Minazuki Tozuka]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Launysk ~ Quand la beautée est rejointe par la folie
» Quand la folie vient à prendre le dessus.
» Quand on plonge dans la folie ... [PV Launysk]
» La folie des BAM ! [FINI]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du Loup :: Village du Loup Hurlant :: Centre du village-
Sauter vers: