AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ] Ven 11 Mar - 19:14
Han Shinwō


On est jamais trop prudent.



Spoiler:
 



Cette besogne qui avait été faite mienne, elle était tout spécialement conçue pour moi disait il, ce sot de Kage-Raï. Serait ce là une épreuve, un test ? Depuis l'achèvement de la Grande Guerre, Les Ombres s'entêtaient à conserver cette félicité factice, je ne savais quoi penser ni sur quel pied danser avec ce changement radical de procédé. Mais J'aime à penser que sous ces airs belliqueux, qu'il se cache un être doué de raison, mais la folie qui y siège tout aussi bien, me laisse perplexe. jamais ô grand jamais, il n'aurait pu me gloser, au point d'apposé une telle péroraison sur ma personne.. S'il avait déjà deviné mon envie de raviver les flammes de la guerre, j'aurais déjà été retrouvé au fond du caniveau sous la forme d'un tas de chairs difformes et sanguinolents.

C'est à contre cœur que je fis mine d'accepter la missive, de prendre en charge la responsabilité de son succès. J'avais troqué mon habituel climat de montagne contre l'air  marin. C'est dans un calme luciférien, presque religieux que la route se fit. Assis au sein d'une mince chaloupe de fortune, mon regard à l'affût, n'avait de cesse de scruter l'horizon, comme s'il désirait percer à jour cette opaque brume. Pour seul compagnie, on m'avait attribué les services d'un vieux guide, chauve et bourru, dont la traversée ne recelait aucune cachotterie pour lui. De mot, il ne disait ; mon faciès tourmenté ne lui laissait que le luxe de pagayer. C'est dans cette ambiance maussade que nous arrivâmes à bon port ; mes mirettes ambrés décelaient les esquisses de cette contrée ceinturée d'eau salée. Comme l'on pouvait s'y attendre d'une paix durable, la sécurité des lieux semblait s'être amenuisé avec le temps qui passe. Je n'en pouvais plus, qu'on en finisse me disais-je, cette attente fut interminable, de plus en plus pesante, bien au de-là de ce que j'avais espéré.

Pied à terre et sac en main, je n'avais laissé qu'une bourse pleine de Ryôs au vieil homme, tandis que je foulais cette terre maudite. A peine débarquai-je qu'une toute autre atmosphère s'offrait à moi sous une brise légère. Brutalement, ma perception du temps et de l'espace noua ses cordelières avec les lieux, l'épais mur de brume me céda sa compagnie pour une place publique riche d'animation. J'avançais placidement, maintenant un mouchoir de soie contre mon nez. L'odeur de la poiscaille emplissait mon sens olfactif de dégoût. Je me fondais dans la population Kirienne, dans un trafic dense, tous ces marchands ambulants, les appareillages et départ, véritable capharnaüm, une pollution sonore sans égal.

Dans une démarche cinglante, je pressai le pas vers l'inconnu, sous le regard malveillant d'une lune qui pointe le bout de son nez. Diantre ! pensai-je, où entreprendre mes recherches, qui contacter ? Balivernes ! Me restaurer m'incombait bien plus à cet instant. J'avais réchappé de mon enfer portuaire en m'aventurant au " Restaurant des Algues Gelées " Peu attractif comme échoppe, vous me le concéderez, mais après un long voyage, qui s'amuserais à refuser un bon verre de saké !? Vous pensiez que je me serais précipité sur une des spécialités culinaire locales ? Croyez moi sur parole, je n'aurais pu supporter le goût du poisson avec son horripilante odeur qui me collait à la narine depuis mon arrivé. L'endroit semblait agréable, petit avec une rangés de piliers qui soutenaient les murs de béton, ce qui réduisait grandement la mobilité de tout un chacun.

Voyez, chers messieurs dames, il me faut avouer la faiblesse qui teintait mon allure, la fatigue se disait mon nouveau maître et se lisait sur mon visage. Dès lors au coin d'une table commune parmi une foule monstre, je soulevai mon lourd bagage et le posai avec vélocité sans crier gare. J'avais heurté dans mon lancé, un indigent samouraï de pacotille. Drapé dans son kimono ivoire et coiffé d'un chignon qui s'effrite au fur et à mesure que l'ivresse lui monte à la tête, il ne manqua point de me faire remarquer ma maladresse. « Héééé !! ... " long silence " Qu'est ce que t'attends pour t'excuser ? " long silence " On aime pas trop les étranger qui se la joue par ici ! Je compte jusqu'à Trois, après, ne m'en veux pas de t'apprendre les bonnes manières par le fil de l'épée. Un .. Deux ..  »

Dans la confusion totale, j'avais l'air dubitatif, c'est qu'il avait raison le bougre .. Je ne fais point allusion à ce charmant tête à tête. Le point qu'il souleva, m'avais fortement troublé. Mes inquiétudes au sujet du Raïkage, me fit oublier l'espace d'un bon moment qui j'étais et surtout où j'étais. Laissez moi vous conter quelques prémices de mon histoire. Voyez, jadis, mes imbéciles d'aînés, ceux de ma tribu, furent traqué à travers le Pays de l'Eau par ce même village caché où je me trouve, ce n'est point un hasard que ce continent me répugne à ce point .. Arf, vous préférez de l'action à la place, je suppose !? Ah ! Et il ne faut point non plus vous étonner de ce qui s'est passé ensuite, j'ai ça dans le sang !

« Vous, les habitants de Kiri, vous croyez véritablement détenir le monopole du combat au sabre, voyons lequel d'entre nous dégaine le plus vite ! » Ma voix rocailleuse, trahissait mon arrogance, elle qui est accompagnée d'un ton moqueur. Interrompu dans son décompte, mon bourreau s'exécuta. Alors que par un certain dispositif, un Kunaï dont je me saisi lame vers le bas, s'échappait de ma manche, l'homme tenta de s'emparer de son sabre posé sur la table, à peine l'eut il en main, que j'enfonça mon bout de métal pointu dans le revers de celle ci. Je l'avais littéralement clouée à la table, sa pauvre main. L'assurance du samouraî céda place à une giclée de sang de plus en plus importante, et comme fond sonore, vous vous en doutez, d'atroces cris de douleur qui sonnaient tel une mélodie enjouée au fond de moi même.. D'un ton amusée, je m'adressai à lui. « User d'un sabre dans un endroit aussi confiné ? Vous auriez dû me prendre au sérieux où .. Peut être n'êtes vous qu'un beau parleur ? Peu m'importe la réponse en fait, je vais retirer mon jouet, et là ça va vraiment se mettre à saigner, il y a tellement de nerf là dedans .. »


avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 03/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
0/750  (0/750)
Kumo no Jônin ⎜ 雲隠れの里
MessageSujet: Re: On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ] Ven 11 Mar - 21:17
Matsui Yue

On est jamais trop prudents.
Yue | Shinwô | Jinto
Le port de Kiri respirait les fragrances marines. Cœur de l'agitation et de l'ardeur des habitants, cette structure navale caparaçonnait une myriade d’infrastructures attrayantes. L'embrun drapait les venelles du pays, sinuant à travers la marche de la foule, de cette effervescence. Les citoyens de l'eau semblaient délivrés du fardeau des guerres et du sang. La cohue vivait, faisant l'âme magmatique de cet archipel transi. Aux travers des ombres qui se déployaient, un être flânait. Sa chétive constitution physique rappelait celle d'un enfant cependant ses iris vairons avaient défié les pires aversions de la grande bataille shinobi. Sa physionomie unique la rendait aisément discernable et ici, dans le village de la Brume, elle était distinguée pour sa présence dans l'escouade des épéistes. Aujourd'hui, aucune mission avait été octroyée, permettant à Yue de délivrer sa journée. La Jônin appuya sa paume contre son hypogastre, arquant un sourcil au vrombissement que ce dernier composa. La fringale achemina l'épéiste jusqu'aux bordures du restaurant des Algues Gelées. La jeune fille circula sa langue avide sur sa lippe, franchissant les palissades. Comme d'accoutumer, l'auberge était meublée par les entités des docks. Des hommes grisés et dont les teintes nébuleuses de leurs liqueurs chatoyaient dans les tréfonds de leurs iris, des femmes qui partageaient des repas entre elles et qui scandaient les bienfaits des produits du terroir... Yue se logea à une petite table contre une large baie vitrée qui réfléchissait l'horizon maritime. Après une brève analyse de la carte, la Kunoichi dressa sa main pour héler la serveuse.

« Des tenpura au cabillaud et aux crevettes. Avec un verre thé. Merci. »

Son aura flegmatique s'effritait doucement avec la faim, mâchonnant son index dans l'espoir de passer cette spirale abyssale qui avait naquit dans son estomac. Un quart d'heure plus tard, la barmaid déposa la commande de la jeune femme sur le bistre, faisant éclore des étincelles dans ses prunelles bariolées. Au fur et à mesure de ses bouchées, l'amas humain permutait, de nouvelles silhouettes apparaissant dans le restaurant. Yue était le seul échantillon esseulé de cette mêlée. L'hélianthe perça la grisaille des cirrus, éblouissant l'auberge aux travers des carreaux, la faisant soupirer. Son épiderme n'était toujours pas acclimaté aux nitescences ignées. Nonobstant, la chaleur extérieure fut tannée par la température du restaurant qui gravit promptement. La jeune femme fit volte-face, un beignet de palémon encore noué entre ses lèvres ourlées. Les citoyens entourèrent les acteurs de cet émoi, mais les paroles des protagonistes parvinrent aux tympans assidus de la demoiselle.

La cohue fut perturbée par une ombre qui instantanément se plaça à l'arrière de cet inconnu. Sa vitesse avait était-t-elle que son verre de thé tournoyait encore sur le zinc. Le sceau sur son poignet s'était activé durant son déplacement, laissant naître Kubikiribōchō dans sa frêle main. L'arme soulignait sa trachée. Les êtres reculèrent pour octroyer la place nécessaire à l'épée.

« Trop lent. Tu me laisses aussi user de mon jouet ? »

D'un mouvement de tête, Yue interpella la serveuse qui prépara deux torchons propres imbibés d'une eau glaciale pour permettre à la victime d'avoir une hémorragie rapidement stoppée lorsque le kunai serait retiré de ses phalanges.

« Et là, ça va saigner. »

Une année soutenue à apprendre à manier cet outil qui la surplombait en longueur. Mais l'acier n'avait plus de secrets pour la Jônin qui savait aisément ôter les ultimes soupirs de ses adversaires avec le fer de Kubikiribōchō.

avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
57/750  (57/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ] Sam 12 Mar - 1:04
Han Shinwō


On est jamais trop prudent.



Son hachoir disproportionné épousait à la perfection les traits de mon cou. Une apparition tout droit sorti de l'ombre m'avait assaillit, me prenant en joug. A quoi bon mentir, j’étais bel-et-bien la victime de ma propre insouciance, le souffre-douleur d’un dédain des plus acérés. La prudence ? Je l'avais omis, mis de côté ; car c'est ce en ce jour si inaccoutumé que je cueillis une certitude des plus absolus : on est jamais trop prudent. Elle m'avait prit de court, de derrière, tel un assassin. Malgré la férocité de la situation, je fus ensorcelé, que dis-je, subjugué par une aussi grande maîtrise. Persuadé d'être en terrain conquis, j'opérais jusque là au gré de mes envies et il semble que ma personne ai finit par attirer l'attention.

Ma mimique joueuse échangeai sa tonalité pour une mine plus inquiétante, sérieuse. Ce moment de répit, cet instant où tout se fige, où l’on fusionnait avec son âme, où on apprenait à connaître la voie d’une vie ; ce moment, je le vécu. Sans émettre le moindre mouvement, mes pupilles d'or muni de leurs cercles concentriques respectifs, se mirent à fixer l'inconnue. Ce moment dura bien longtemps, mais dans la réalité, ce ne fut que l’écoulement d’une paire de seconde, je buvais les paroles de cette femme, mais j'étais aussi tout attentif à la moindre phonation qui s'échappait d'ailleurs. Un nom qui revint bien souvent dans la bouche des spectateurs : Kubikiribōchō. Mes lèvres desséchés se dégainèrent l'une de l'autre, et d'un ton nonchalamment fataliste, je daigna lui adresser la parole.  

« Arrivé à ce niveau de jeu et avec un jouet de cette envergure, il s'agit d'une valse que vous m'invitez à danser. Malheureusement, toute danse à certes son début, mais elle à également une fin inéluctable. Un des danseur devra indéniablement tirer sa révérence sous le tapis rouge.. »

Un éclair de désir d’une accentuation fulminante fut susceptible dans mes yeux. Un souffle léger se fit sentir au sein des lieux, nous apaisant de sa fraîcheur avant de disparaître aussitôt, un vent de mer peut être bien. Parallèlement, mon antagoniste fut instantanément repoussé par une force des plus consistantes, trois mètres en arrière, soumis à la répulsion dont je fus usage et ce sans la moindre sommation de ma part. Comment avais-je réussi à m’en tirer ? La réponse n’est que plus indéniable. J'avais eu seulement besoin de revendiquer mon simple souhait. J'avais bénéficier de la protection divine d'Eolus, déité en qui une foi sans faille était synonyme de bénédiction.
Je retirai aussitôt mon arme ninja de la plaie de ma victime avant d'y appuyer mon mouchoir, le temps que l'hôtesse de restaurant ne pointe à son chevet. Je fis un demi tour droite pour lui faire face, à cette combattante émérite, qui avait obtenu toute mon attention. Je rengainai mon Kunaï avant de farfouiller mes affaires et d'y sortir un cahier. Dépourvu d'esprit combatif, j'englouti la moitié de la distance qui nous séparaient l'un de l'autre. Et du haut de mon mètre 90, je déniai une fois encore, lui confier quantité de choses, d'une voix posée, presque narrative.

« Il me semble que des présentations sont de mise. Je suis Kirito, fils cadet du Daimyo du Pays de la Foudre. Je suis un vétéran de la précédente Grande Guerre. A dire vrai, je ne m'en suis jamais vraiment remis, comme vous en avez pu constater par vous même. J'ai pour ainsi dire, pris ma retraite de Shinobi. Débarrassé des contraintes du fardeau de ninja, je voyage à travers le monde afin d'écrire mon roman .. C'est en citoyen d'un village alliée au vôtre que je suis ici. La rumeur raconte que le village caché de Kiri aurait retrouvé sa force d'antan, qu'il aurait reformé sa caste des 7 épéistes légendaires. Etant moi même amateur d'armes en tout genre, je viens ici afin d'écrire à propos de ces combattants de renom et de leurs vie en cette époque de post-guerre. Au nom de la littérature contemporaine, je vous prie de m'en dire plus au sujet de cette pièce de collection que vous tenez là. Je vous invite, même , qu'en dites vous ? En échange, je vous offre de me demander ce que vous voulez, dans la mesure du possible bien entendu. »

Spoiler:
 

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 03/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
0/750  (0/750)
Kumo no Jônin ⎜ 雲隠れの里
MessageSujet: Re: On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ] Dim 13 Mar - 21:00
Matsui Yue

On est jamais trop prudents.
Yue | Shinwô | Jinto
Lorsque les regards de deux combattants s'hybrident dans un croisement, le cycle temporel se bouscule et nimbe les protagonistes dans une bulle sclérosée dans les mains de Chronos. Yue ressentait le souffle de l'homme papillonner sur sa joue opaline, une mèche retombant fluidement entre ses prunelles chimériques. Une bourrasque naquit entre les deux corps, éloignant la Jônin qui rabattit son arme devant elle pour échapper aux griffes acerbes du blizzard. L'alizée zébra quelque peu son épiderme, embrassant ses pommettes et ses avant-bras d'indolentes morsures. Après de bénignes attentions apportées au Kirijin mutilé, l'être anonyme fit volte-face sur la nymphe. Leurs apparences étaient aux antipodes, l'homme surplombant l'épéiste de sa stature. L'ombre d'un mètre quarante-sept obliqua, s'éclipsant de l'égide qu'était Kubikiribōchō. Son visage se suréleva pour dominer l'ébène de ses iris. La signature sombre ancrée sur son poignet s'esquissa d'un galbe carmin, l'arme se retirant du restaurant pour se repentir dans les abîmes du sceau. Les mésententes au cœur des infrastructures étaient itératives, nonobstant, l'antagoniste possédait une aura distincte. Il ne respirait pas les effluves des spiritueux et surtout, il semblait être feutré dans une profonde antipathie envers les âmes de Kiri.

Ainsi, ses paroles transparaissaient l'arrière-goût amer de douces ruses. Un rictus agréé se délia sur sa bouche, décomposant chacun de ses dires et chacune de ses mimiques. Il était évident qu'il cherchait à enrober la quête d'informations sur l'escouade de la brume d'un mensonge velouté pour quérir au mieux les détails de cette dernière. Un Shinobi à la retraite ? Il respirait bien trop le désir de l'effervescence des rixes pour n'être qu'un humble écrivain.

« J'imagine que Kiri n'est pas le seul village à posséder d'intéressants trésors à retranscrire à l'écrit. »

Le gérant du restaurant congédia la cohue. Yue avait effleuré les facultés du ninja et ne désirait pas que ces ressources s'étendent sur d'autres entités. Son pied épousa le bistre d'une chaise, la poussant dans les jambes de l'individu pour le solliciter à la discussion. Était-il en mission dans la visée de cueillir des renseignements sur le Pays de l'Eau ? Il était facétieux d'admirer la fragilité de cette pacification. Les nations sondaient leurs alliés dans l'espoir d'avoir en permanence un coup d'avance. La Matsui attira un tabouret sous son ombre pour se placer face à l'adonis. Les armes n'étaient qu'un prétexte calomnieux pour juger de la puissance militaire de Kiri depuis sa reconstruction économique.

« Dans ce cas, nous allons jouer au jeu de la vérité. Une vérité de mon côté m’octroie une vérité du vôtre. Soyez gentleman, les femmes commencent. »

Les dés étaient lancés et la partie pouvait s'engager à travers les règles éminentes de la Kunoichi.

« Kumo, un village qui regorge d'épéistes tout aussi importants. Je pense notamment à Killer Bee. Il était indisponible pour vos questions ? Peut-être était-il en voyage initiatique... »

Ses cils se refermèrent sur les diamants hétérogènes qui ornaient ses traits. Leur dialogue s'apparentait à une valse, où toutes les apostrophes sournoises et les coups bas étaient permis. La Matsui tergiversa son attention vaironne aux travers des vitraux de la taverne, distinguant les contours d'une physionomie familière.

NB:
 


avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
57/750  (57/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ] Lun 14 Mar - 14:32
Hozuki Jinto


La journée passait lentement. Aujourd’hui, alors que le soleil était au Zénith et que la chaleur faisait presque évaporer l’eau dans le village de la brume, Jinto et Samehada était debout sur la tour du Mizukage. Telle la lumière d’un phare, ses yeux caressait doucement chaque recoin du village. Calme, le sabreur l’était oui. Il n’avait rien de prévu pour aujourd’hui, aucune missive importante ni rendez-vous prévu avec la Mizukage. Il était donc libre de tout mouvement et pouvait, si l’envie lui prenait, d’aller faire quelques tours en dehors du village. Mais c’était tout autre chose que le détenteur de Samehada avait en tête. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas fait un tour dans le quartier des gourmets ! Car oui, Kiri avait un quartier remplie de boutique en tout genre et de restaurant. Un quartier construit exprès pour le tourisme qui regorgeait de plat que Jinto n’avait pas encore eu l’occasion de gouter. La nourriture était en effet le petit péché mignon du sabreur. C’était son petit secret, car selon lui, c’est avec un ventre bien remplie que les ninjas accomplissent des missives. Le ventre vide, rien ne pouvait être fait mise à part dormir. Mais en tant que membre de l’escouade des épéistes, le Hozuki ne pouvait pas se permettre de dire sa façon de penser à ses supérieurs. Il gardait donc ça pour lui.

De toute manière, chaque ninja avait un secret. Ce n’était pas quelque chose de jamais vu, donc il trouvait ça normal. C’est ainsi qu’il disparut du tout de la tour du Mizukage pour réapparaitre quelques mètres plus loin, dans les rues du village. Il n’avait pas très envie de se presser, rien ne lui demandait de faire vite. Il allait donc marcher doucement jusqu’au quartier des gourmets. Samehada sur son dos, tout le monde le reconnaissait et baissaient le regard devant lui. Certains même allant même jusqu’à saluer le ninja de la brume avec respect. Jinto était assez connu dans le village. Il n’était pas le seul à pouvoir maitriser la suceuse de chakra pour rien, tout le monde le respectait pour ça. Il avait quelque chose en plus des autres … Quelque chose d’unique et reconnu par le peuple. Une fois arrivé dans le quartier, Samehada sur son dos commença à se trémousser dans tous les sens. Elle avait repérer un chakra inconnu et ça avait de venir d’un restaurant. « Les algues Gelées », quel nom bizarre pour un restaurant. Mais c’était très Kirijin comme dénomination. M’enfin bref, dedans, il y avait deux chakra puissant. L’un d’eux était celui d’un des membres des sept épéistes de Kiri. Une femme, Matsui Yue, que Jinto connaissait assez bien. Elle maniait Kubikirihucho, l’ancienne l’âme du démon Zabuza. Et l’autre chakra était inconnu, sûrement un ninja d’un autre village. Mais en regardant de plus près, le Hozuki aperçu l’épée légendaire de la belle dégainée, du sang au sol et  le personnel du restaurant complétement apeurés. Il y avait aussi des flaques d'eau assez minime ici et là à l'intérieur, ce qui montrait que le restaurant n'était pas très étanche et surtout qu'il n'était pas très bien géré ni nettoyé.

Il fallait donc agir vite, mais bien. Après quelques secondes précieuses, il était entré dans le restaurant tandis que la jeune femme venait de finir de prononcer sa phrase. Elle venait de parle de Kumo, de KillerBee et des épéistes du village des nuages. Le ninja en face d’elle était donc un ninja de Kumo, ça allait être intéressant. Mais une question traversa l’esprit de Jinto, pourquoi il était dans le village ? Et puis aussi quel était son nom  et son grade ? Pour ce qui est de la deuxième partie de la question, il en avait une petite idée déjà puisque la puissance de son chakra lui donnait une petite information sur son grade. Il ne pouvait pas être en dessous de Jonin. Du coup, qu’est-ce qu’un Jonin faisait dans le village de la brume ? Une récolte d’information.. Et Matsui avait croisé son chemin. Il n’avait sûrement pas eu de chance.

« Et si je jouais aussi ? Samehada à l’air d’être attirée par ton chakra … Tu lui rappelle celui de Bee. Bientôt je ne pourrais pas la contenir, donc je te conseil de ne faire aucun geste brusque. »


Tout en prononçant ces phrases, Jinto dégaina son épée avec une main tout en pointant son doigt en direction de l’homme, attendant patiemment qu’il répond aux questions de la dame. Mais il en avait des questions lui aussi et c’est pourquoi, il reprit a parole.

« Comme d’habitude, je rate la meilleure partie, hein Yue ! Mais bon, vu que je suis là maintenant, si tu me faisais un petit topo de ce qu’il s’est passé avant que je n’arrive ? »

Jinto était à environs 10 mètres de l'homme et 3 mètres de Yue. Le restaurant n'était pas très grand et combattre dans un espace aussi confiné n'était pas une bonne chose pour un épéiste. Malgré ça, si l'homme ne répondait pas aux questions, il serait dans l'obligation d'engager les hostilités.



avatar
Messages : 72
Date d'inscription : 02/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
53/750  (53/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ] Dim 20 Mar - 17:08
Han Shinwō


On est jamais trop prudent.



Muni de cette aisance qui m’orbitait, je demeurais à mon tour, le plus silencieux de nous deux, amplement serein, comblé par un calme des plus césariens, j’étais indifférent aux conséquences, mélancoliquement attentifs aux paroles qu’énonçaient la femme épéiste. Enfin seuls, nous avions les lieux pour nous et nous seuls. A cette hôtesse, en état de choc, je lui fis signe d'apporter à boire tandis que je prenais siège à ma chaise. C'est avec quelques lampés de sake que je la déshabillai du regard, d'haut en bas, elle était à des lieues de renvoyer l'image d'une féroce guerrière, mais ce n'est point aussi simple, tout à fait fascinant. Mes mirettes ambrés butaient sur son faciès si particulier, qui se refermaient de plus en plus sur lui même. Cette scission symétrique des couleurs à sa figure me troubla un temps ; d'un côté, un noir de jais qui teint cheveux et pupille, laisse présager une forte personnalité, brutale, prête à exploser et de l'autre ; des coloris claires se disent maître du reste de sa chevelure et de son œil restan, un blanc immaculé semblable aux séraphins, qui lui donne l'air placide, presque froide. Étonnant mélange, n'est il pas ? Du vrai art.

Hors de mon esprit bien tourmenté, je vivais une toute autre histoire. J'avais ouï son discours, décelant à travers ses dires, un esprit aussi affûté que sa lame. Et avant même que je ne puisse lui répondre, stoppé dans mon élan, un invité de marque se joignit à nous. Ne tardant guère à rejoindre les lieux, ce Shinobi était sans aucun doute, emplit de la plus grande des excitations, cela paraissait plus qu’évident à la vue de la vitesse à travers laquelle, il se mouvait, sa soif de divertissement ne demandait qu’à être exhiber. Ultérieurement, dans un moment des plus inopinés, alors que tous ceux qui étaient présents face aux fameux étaient bien usités dans leurs tâches, l’imprévu survint.

Une ambiance suffocante embrasait les lieux, magnifique ! Jusqu'à ce que sa phonation ne s'éteigne, je n'avais aucune image à étiqueter sur cette voix. Je délaissai mon verre pour me lever et faire face à mes interlocuteurs. J'avais grand respect pour cet homme là mais ne vous détrompez pas, c'est son audace qui me marqua dans l'instant. J'aurais dû naître au sein de ce village, dans cette indigente folie qui semblent ne point connaître de sentiment d'effroi. Mes yeux me décrièrent un homme à l'allure narcissique, à la crinière d'argent et dont les pupilles hélaient l'exquise douceur d'un ciel des plus hivernaux. Autre chose qui me captiva, la posture qu'il se mit à adopter. Chose baroque, son doigt dégainé vers moi n'était point sans me rappeler mon propre Jutsu qui naît de ce même procédé. J'en avais l'âme qui tremblait, puisqu'au delà de ce doigt menaçant, la vision de son épée plus que légendaire s'offrit à moi, Peau de Requin. Comment cet imbécile de Kira B avait il pu perdre ce trésor d'une valeur si inestimable, pathétique. Son parlé trahissait sa trop grande confiance en son arme, même si cela se justifiait car après tout il demeurait le seul épéiste dont la lame échappait totalement à mon influence. Par on-ne-sait-quelle-moyen, il semblait parvenir à lire mon chakra. Quand bien même il aurait pu avoir une idée de la qualité où quantité de mon chakra, celà ne saurait lui permettre de m'attribuer un grade afin de jauger ma puissance puisque comme tout un chacun le sait, dans ce monde  de ninja, un grade n'est point forcément représentatif des capacités de son porteur. Dites vous bien, messieurs dames qu'il existe en ce monde, des Genins plus jeune que vous qui sont plus fort que moi.

Un raclement de gorge, c'est ce qui précéda ma prise de parole, mes lèvres humectés se mirent de nouveau à s'entrechoquer, créant par la même divers sons qui, associés bout à bouts, formaient des mots puis des phrases. Toujours muni du même ton, je m'adressai avant tout à cette Yue avant l'autre.

» Kira B ? Ce guignol à disparu des radars, allez savoir où il se cache. Mais là, n'est pas l'important. Fort désolé de vous contredire mais c'est à Kiri qu'on trouve de nos jours, les plus grands trésors ninja et leurs détenteurs tout aussi baroque. Preuve en est par celui qui complète notre trio ... A Konoha, les Sanins ont disparu, leurs disciples Naruto et Sasuke également. A Iwa, leurs maîtrises endémique d'affinité et leurs propriétaires ont presque tous disparu. A Suna, on entend plus parler des marionnettistes, il 'y en a que pour le Kazekage. A Kumo, la lignée des Yotsuki est sur le point d'être mise à l'écart et les quelques épéistes qui y vivent n'ont rien d'exceptionnel. Comme dit précédemment, on raconte qu'à Kiri, qu'une nouvelle génération de Shinobigatana fait surface et force est de constater que la rumeur dit vrai. Samehada, c'est la première fois que je la vois d'aussi près. Attirée par mon chakra ? Sachant que Kira B en est l'ancien propriétaire, cela voudrait il dire que je sois digne d'elle où qu'elle reconnaît le chakra d'un Bijuu ? Question piège, j'imagine..

C'est alors que j'empoignai mon sac, pour me saisir d'une large palette de pastel. Je pris de nouveau place à mon siège et après une dernière gorgée d'alcool fort, j'ouvrit mon cahier précédemment dégainé avant de me mettre à les croquer sur papier et de reprendre de plus belle.

» Croyez vous sincèrement que le grand Jiraya ai pu écrire l'oeuvre de sa vie, la Trilogie du Batifolage en ayant mené une vie vertueuse et empli de chasteté ? Je ne crois pas. Voyez, on ne triche pas avec l'écriture d'un manuscrit, un authentique auteur ne peut coucher sur papier que son vécu et ce qu'il connaît. Problème, comment faire lorsque votre quotidien ne vous est d'aucune inspiration  ?? Il faut vous mettre en danger ! Et c'est exactement ce que je fais, je pénètre au sein de mon sujet. Les frissons que vous me procurez à vous deux me comblent d'inspirations, tel une muse ! Je transforme mon vécu !!  Malgré ma retraite, je demeure un Maître d'armes dans l'âme et suis fasciné par de telles perspectives. N'hésitez pas je vous en prie, faites moi part de vos anecdotes de batailles où d'autres.
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 03/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
0/750  (0/750)
Kumo no Jônin ⎜ 雲隠れの里
MessageSujet: Re: On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ] Mar 22 Mar - 23:47
Matsui Yue

On est jamais trop prudents.
Yue | Shinwô | Jinto
La porte s'était refermée sur la silhouette rigoriste de Jinto. Les vents extérieurs caressèrent l'épiderme de Yue, refroidissant l'atmosphère torrentueuse qui étreignait les protagonistes. Les regards s'entremêlaient, fusionnant en une multitude d'émotions. Une tension électrisante serpenta l'air, se refermant dessus tel une geôle pour rendre l'ambiance méphitique. L'inconnu respirait les fragrances de l'hypocrisie. Il était à l'image d'une vipère, les crocs doucereux prêts à altérer vos dires et votre esprit. La jeune femme éludait ses adages, n'absorbant que les informations capitales qui esquissèrent sa vraie venue. Un Kumojin avide de jauger la stature de cette escouade. Soif de curiosité du Raikage ? Aa cherchait-il à tâter les connaissances de chaque nation pour effleurer une excroissance de ses forces militaires et économiques ? La Kunoichi appuya ses paumes sur le bistre transi, se redressant sur ses chétives jambes. Une carrure aux antipodes des autres épéistes qui semblaient être la prolongation de son ombre. Yue se déplaça jusqu'à Jinto, se positionnant devant lui, son épiderme frôlant son torse. Les entraînements ensembls avaient permis aux entités de se connaître l'un l'autre et de pouvoir ériger des combos.

Le Kumojin réverbérait une attitude placide, digne de la fixité Shinobi. Il étendit une constellation pastelle sous ses pupilles, entreprenant un adage sur ses motivations. La nation brumeuse décrétait que ses gemmes se devaient d'être occultes et il était utopique d'imaginer extorquer une averse informative. Le cruor surnagé le zinc et déracina un soupir de ses lèvres. Il cherchait des réponses ? Qu'il en soit ainsi, il aurait ses réponses à travers la gestuelle de ce qu'il consumait de sa curiosité.

« Les paroles ne sont riens contrairement aux actes. Tu veux étendre ton expérience sur du papier ? Alors les mots ne pourront pas amplement satisfaire ton indiscrétion. Les habitants de Kiri ne croient pas détenir le monopole du combat au sabre. Ils le détiennent. »

Un rictus s'esquissa sur sa bouche avide, ses paupières se plissant sur ses joyaux vairons. Son sceau se consuma sur son poignet, se nimbant d'une auréole rubis. Ses mots avaient cinglé au visage de l'étranger, et pourvue de sa vélocité, Yue s'élança au-devant de ce dernier, son tracé s'ombrageant sur l'homme. Ses doigts exécutèrent des symboles et le restaurant s'auréola d'un gel. Ce dernier figea les portes à l'image d'une ergastule sclérosée. Les vitraux furent statufiés dans le temps, irisé dans le froid. La Kunoichi fut nimbée dans l'étreinte transie, disparaissant du champ de vision des deux hommes comme une brise imprenable. Ses compétences altéraient l'ouïe des protagonistes et il était impossible de déceler sa gestuelle féline. Ses pas étaient feutrés, mués. Comme si sa présence n'avait jamais subsisté.

Son sceau relâcha son arme, cette dernière se matérialisant dans sa paume. Un poids aussi conséquent dans les mains d'une si chétive nymphe. Ironique. Nonobstant, la Matsui possédait des capacités supérieures à ses possesseurs d'antan et savait manier le fer comme un artiste manipulait son pinceau. Yue appuya son pied droit contre la paroi du mur, n'y acheminant que très peu de chakra pour ne pas fomenter le crépitement de la solidification. Son impulsion lui permit de frôler l'homme, Kubikiribōchō abdiquant un stigmate halitueux sur sa gorge. Ses doigts relâchèrent une microseconde le manche, l'impulsion de la Kirijin lui permettant d'envoyer ses jambes en arrière pour atterrir sur son arme en lévitation. 10−6 seconde. Dans le kaléidoscope expéditif, l'épéiste dressa son genou pour heurter le nez du Shinobi. Elle se laissa choir, exfiltrant le hachoir dans l'espace-temps de son affaissement, terminant son combo en frappant son poing dans son plexus solaire. Le coup lui permit de prendre assez de recul, la divergeant sur la boiserie transie.

Technique utilisée:
 

avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/03/2016

EXPÉRIENCE
XP:
57/750  (57/750)
Kiri no Jônin ⎜ 霧隠れの里 ⎜ épéiste
MessageSujet: Re: On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ]
Contenu sponsorisé
On est jamais trop prudent - Mission de rang A [ Matsui Yue ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de l'Eau :: Village Caché de la Brume :: Restaurant des Algues Gelées-
Sauter vers: